Cette année, c’est la rentrée de mon plus grand à la maternelle (une larme de sentiments mélangés roule sur ma joue…). C’est un peu comme un choc et je me rends compte que le discours si souvent entendu par les parents de mon entourage m’ayant précédé sort maintenant de ma bouche, comme si je venais seulement de le réaliser : la vie va vite avec des enfants! J’ai la vive impression qu’hier encore, il était au sein et aux couches.

Étant donné que le train-train continue et qu’il faut se faire à l’idée, j’ai décidé en juin dernier que j’allais prendre du temps durant l’été afin de faire des recherches et de rendre la rentrée scolaire de mon fils ultra écoresponsable et tout et tout. Pouet pouet pouet! Mon projet a fini aux oubliettes et j’ai préféré m’amuser dehors (qui peut m’en vouloir?!). Avant la rentrée scolaire, j’ai donc un gros deux semaines bien rempli et peu de temps pour faire des recherches approfondies. Comme tout le monde, je veux sauver des sous, du temps, mais ce qui me tient aussi à cœur, c’est de réduire le gaspillage potentiel et d’éviter de surconsommer.

La réalité est que la liste des fournitures est assez garnie et cela ira en augmentant d’une année à l’autre. Aïe aïe aïe, le défi : ça relève du miracle que de préparer une rentrée parfaitement zéro déchet, antigaspi, écolo et locavore. La conclusion à laquelle j’en suis venue est donc que je dois faire un melting pot de mes valeurs, besoins, moyens, et surtout, SURTOUT, que je dois faire mon possible avec le temps dont je dispose.

Voici donc mes trucs et astuces, dans l’ordre, qui se divisent en trois temps : l’avant, le pendant et l’après-magasinage.

 

Avant d’acheter

LIRE LA LISTE DE FOURNITURES REQUISES ET RESPIRER UN BON COUP

Oui, la liste fait saigner nos cœurs d’écolos-granos, surtout quand on pense que beaucoup des fournitures seront sans doute gaspillées, perdues, et que plusieurs des articles ne pourront pas nécessairement être réutilisés l’an prochain, car les demandes diffèrent d’une année à l’autre (pour ne pas nommer les fameux Duo-Tang vert-jaune-orange-bleu-rouge). Respirez un bon coup et dites-vous qu’il y a des moyens pour rendre le tout un petit peu plus écoresponsable, malgré tout!

FAIRE LE TOUR DE CE QU’ON POSSÈDE DÉJÀ AVANT D’ACHETER TOUT NEUF

C’est toujours mon premier réflexe que de vérifier ce que j’ai à la maison avant d’acheter. J’ai fait quelques retours aux études durant ma vingtaine, aussi, en faisant le tour de mes babioles, j’ai pu rescaper certains articles (gomme à effacer un petit peu entamée, cartable, crayons de plomb HB, etc.). Sinon, nous avions des tonnes de crayons de couleur en bois qui ne demandaient qu’à être utilisés, j’en ai donc glissé une vingtaine (au moins 16 couleurs différentes, n’est-ce pas;) ) dans le kit d’école de fiston.

FAIRE PREUVE DE CRÉATIVITÉ

Parfois, certains des articles requis peuvent être remplacés par autre chose qui fait tout aussi bien l’affaire. Je pense à la serviette de relaxation, à laquelle j’ai substitué un drap plat de la grandeur de mon fils qui encombrait notre garde-robe. Vous pouvez même impliquer votre enfant en lui demandant s’il n’aurait pas des idées lui-même! Fait vécu : nous parlions, mon conjoint et moi, du fait que l’étui à crayons devait être assez gros pour contenir le matériel, en plus d’être idéalement transparent. Mon fils nous a entendus du coin de l’oreille et est arrivé avec une pochette transparente à la main, trouvée dans la bibliothèque, disant qu’il voudrait l’utiliser en guise d’étui. Nos enfants nous écoutent plus qu’on ne le pense et ils sont très créatifs! <3

 

Pendant le magasinage

PRIVILÉGIER DES ARTICLES DE BONNE QUALITÉ ET DURABLES

Il faut user de son gros bon sens et y aller selon nos priorités et notre budget. Par exemple, pour nous, le choix d’un bon sac à dos durable et de bonne qualité est primordial, car nous jugeons que ça en vaut la peine et que notre investissement sera rentable à long terme. Nous avons opté pour un sac à dos Lavoie, car le fabricant offre une bonne garantie et plusieurs cordonniers certifiés par la marque peuvent faire les réparations. D’autant plus que 90 % de la production est faite ici, au Québec, et que l’entreprise offre un service ultra rapide sur son site web (j’ai commandé et le jour même, le sac était livré!).

Il y a également plusieurs entreprises et artisans québécois qui offrent des produits scolaires (étuis, napperons, accessoires pour les lunchs, etc.) et qui méritent notre attention (liste non exhaustive) :

 

ACHETER EN FORMAT ÉCONOMIQUE LES FOURNITURES QUI SE CONSERVENT LONGTEMPS

Après avoir repéré les magasins et marchands qui vendent des articles scolaires dans mon quartier, j’en suis venue à une conclusion : oui, Bureau en gros, Costco et Walmart (pour nommer les endroits qui m’ont été le plus souvent recommandés par mes proches), c’est là que les prix sont les plus bas. L’une de mes priorités était d’acheter en format économique, c’est-à-dire de choisir des emballages comprenant de grandes quantités, et, ayant un budget à respecter et n’ayant pas le temps de faire plus d’un stop, j’ai opté pour des magasins à grande surface. On s’entend, les crayons de plomb, les crayons-feutre et la colle sont des articles qui ont un coût moindre s’ils sont achetés en gros packs, et nos enfants en auront besoin chaque année. En plus de nous faire épargner sur le prix, les formats économiques permettent également de réduire l’emballage.  

Il existe probablement dans votre quartier des solutions plus locales, comme de petites boutiques québécoises se spécialisant en fournitures scolaires ou les librairies dans les cégeps et universités. Cependant, par chez nous, j’ai trouvé que les formats y étaient plus petits et les coûts, plus élevés. Rendu là, c’est à chacun d’y aller avec ses moyens et son jugement.

Après le magasinage

 

CONSCIENTISER NOS ENFANTS

Même s’ils sont tous petits, nos enfants peuvent commencer à faire l’apprentissage de certains comportements visant à réduire le gaspillage. Sans nécessairement s’attendre à ce qu’ils appliquent ces principes à la lettre, il est possible de les sensibiliser tranquillement à l’importance de finir un article avant d’en entamer un autre. J’ai aiguisé 2 des 4 crayons de plomb de l’étui de mon fils et lui ai demandé d’attendre qu’ils soient terminés avant d’aiguiser les autres en cours d’année scolaire. 

FAIRE LE BILAN EN FIN D’ANNÉE

Lorsque l’année sera terminée, nous prendrons le temps de trier ensemble ce qui sera utilisé en premier à la rentrée suivante, et les articles trop usés serviront pour le bricolage lors des journées pluvieuses d’été! Les articles d’écriture désuets peuvent être déposés dans un point de dépôt du programme de recyclage TerraCycle (crayons feutres secs, bouts de crayons, etc.). Bureau en gros en est un. Pour en savoir davantage, c’est par ici!

La rentrée scolaire est une période de l’année qui peut devenir onéreuse, mais faire des choix plus soucieux et écoresponsables est possible. Je n’ai malheureusement pas de solutions parfaites, mais je crois que c’est un bon début. Je glisse quelques liens vers des articles de blogues abordant le sujet de la rentrée scolaire et qui fournissent beaucoup d’information très pertinente et utile.

 

Et vous, quelles sont vos solutions pour rendre ce moment plus écoresponsable? Bonne rentrée!

 


Crédits photo:

Pixabay

Caroline Parent

Caroline

Author Caroline

Je me décris comme : Moitié sociable, moitié sauvage. Nomade amoureuse de la nature et exploratrice invétérée. Cerveau hyperactif aspirant au mode slow. Ma devise : En a-t-on vraiment besoin? Mon cheval de bataille écolo : Promouvoir une consommation intelligente via une approche globale conscientisée (minimalisme, soins au naturel, réduction des déchets, éthique animale). Mes faiblesses : Ma dépendance au chocolat noir et mon surplus de vêtements. Ma recette DIY favorite : Les produits laitiers végétaux. Je jase de quoi sur le blogue? Notre quotidien est truffé de produits qui sont facilement remplaçables par des produits DIY. Je propose des recettes inspirées de mon quotidien familial.

More posts by Caroline

Join the discussion 2 Comments

  • Karine dit :

    Bonnes idées! Pour l’efface, si elle n’est pas déballée elle ne sera pas identifiée et elle risque d’être perdue :). Merci!

    • Caroline dit :

      Bonjour Karine! Effectivement, une fois déballée, la gomme à effacer ne sera plus identifiée donc ce n’est pas nécessairement une bonne idée après tout! Merci pour ce commentaire, je vais le prendre en considération :)

Leave a Reply