Ma mère allait jadis faire sa « grocerie » chez Steinberg. Elle revenait avec ses sacs en papier, cordés à l’arrière du Station Wagon. C’était l’époque où elle pesait et pouvait emballer (ou pas) elle-même ses fruits et légumes. Trente ans plus tard, faire son marché sans aucun emballage relève du défi. Surtout en grandes surfaces où l’emballage abonde et triomphe même dans la section des fruits à pelure (?!), déjà autosuffisant à cet égard. Comme on le faisait avant la venue des SUPERmarchés, on se retrouve à butiner un peu plus pour faire nos achats.

8c385d1c28a110597398883f0da915ce

De mon côté, je trouve mes spots tranquillement, développe ma façon de faire et l’efficacité s’installe comme dans n’importe quelle nouvelle habitude. En refusant un emballage de plus à chaque fois, on fait progressivement la différence dans nos vidanges/bac vert et chez notre marchand d’alimentation.d7db0e2149b14f409e575595c591282f

Passée de mode

Ma façon de faire les courses laisse parfois les gens autour perplexes; ce qui n’est pas totalement désagréable!

  • J’apporte ma taie d’oreiller (on peut aussi réutiliser longtemps un « vieux » sac à pain avant de le recycler) à la boulangerie et mes plats/pots aux comptoirs des fromages et poissons.

image1FEU VERT chez les épiciers IGA, qui acceptent les plats propres sans hésitation (sinon, vous avez cette preuve à l’appui!) et au MAPAQ, on m’a confirmé que cette pratique est bel et bien en règle.

  • Je déballe les fruits & légumes suremballés sur place. Je laisse le contenant de polystyrène et le plastique étiqueté au préposé de comptoir/caisse.

mini-gammevs

6a00d834515d8769e200e54f740f858833-640wi

À force de gentiment refuser ces emballages nuisibles, les marchés et épiciers seront poussés à repenser leurs façons de faire. Ces emballages ni réutilisables (contrôle de salubrité) ni recyclables (dans le cas du polystyrène) aboutissent directement dans la nature pour un bon 80 ans. Le mieux est donc d’arrêter d’en accepter et par la bande, d’en encourager la production.

C’est un peu gênant au départ, mais une fois la glace brisée, les employés te reconnaissent et ça se fait tout seul. Nous sommes déjà plus nombreux que nous ne le pensons à emprunter cette démarche.

photo_nouvelle1_192 vs

FLEGS-MOB-FRAIS

Ce genre de pratique ne date pourtant pas d’hier, tout comme l’habitude qu’ont toujours eu ma grand-mère et ma mère de laver leurs sacs de plastique ziploc. Pourtant, il fut un temps où je les trouvais intenses, voire passées de mode avec leurs manies. Sans doute parce qu’il était devenu coutume pour les mères de mes ami(e)s de simplement les jeter et en racheter. Aujourd’hui, tout(e)s mes ami(e)s lavent ce genre de sac et de moins en moins en rachètent.menagereÀ choisir et valoriser l’emballage tel qu’illustré plus haut, on constate à quel point on est venu freiner l’évolution de la pensée humaine! Plus on ré-adoptera « d’anciennes » pratiques pleines de lucidité, « démodées » et rejetées paresseusement par certains, ou simplement oubliées par la majorité des autres, plus on rendra service à nos « enfants non-bioniques du futur »!

LE VRAC: paradis du zéro déchet

IMG_7040Oui, acheter en gros (ex: Costco) peut engendrer des économies, mais acheter en vrac permet d’en faire davantage, en plus d’éviter le gaspillage par le simple fait d’acheter la quantité nécessaire à nos besoins. L’achat en gros nous encourage à stocker, tandis que le vrac nous permet de sauver de l’espace, en plus de mettre un frein à la consommation d’emballages.

Kit d’emballage sans emballage

  • Se munir de pots de verre (après être passé aux travers nos Tupperware cheap);
  • Des sacs de transport réutilisables (version compacte pour la sacoche);
  • The « liste » (décrite plus bas);image2-1
  • Les pots en verres sont très pratiques pour le beurre d’arachide et les aliments en poudre (sucre, farine, sel, épices, etc). Comme ils sont plus lourds, ladite liste m’aide à prévoir lesquels apporter;
  • Les plats de plastique qu’on décide de garder sont efficaces pour les poissons, fromages et viandes;
  • Contenant d’oeufs si vous avez accès à des fermes/marchés publics près de chez vous;
    image1-1
  • Nos sacs réutilisables pour le transport (on en laisse dans l’auto, la sacoche, le sac à dos, etc.);
  • La taie d’oreiller pour le pain, qui fait aussi le travail pour la congélation, si on souhaite en acheter davantage et y retourner moins souvent;image5
  • De petits sacs en tissus usagés: lavables et faciles à fabriquer, ils sont idéals pour les noix, épices, fruits secs, légumineuses, craquelins, etc.;
  • Les sacs en filet/toile (sacs à lessive), sont pratiques pour les fruits, légumes et fines herbes parfois humides;image2
  • Les petits sacs en plastique et attaches n’ont rien d’écologique. Comme certains marchands les imposent, une fois les aliments transvidés dans nos pots à la maison, ces sacs essuyés/lavés (et leurs attaches) peuvent être réutilisés longtemps. Belle occasion d’utiliser les anciens sacs à pain avec lesquels on est restés pris;image3
  • La « two » do listAfin d’être plus efficace, on sépare notre liste en deux. Une pour les courses de routine (aliments frais) et une liste pour les courses moins fréquentes d’achats en vrac.image3-1Étant ici encore en mode papier plutôt que techno, on utilise l’endos de feuilles imprimées. On économise papier, temps, neurones et argent!

Huiles et vinaigres en vrac

Remplissez vos bouteilles vides, pré-lavées et séchées chez Olio & cie (Marché Jean-Talon) et chez Olive Pressée (sur Mont-Royal), entre autres. Ils fournissent étiquettes et bouchons.

Vin en vrac

Comme le verre au Québec n’est que très peu recyclé (mon prochain billet parlera du recyclage) et même si le feu semble tourner au vert pour la consignation des bouteilles de vin, l’option la plus écoresponsable demeure toujours la réutilisation. Aux Entrepôts de vin en vrac de Saint-Hyacinthe et Montréal, c’est possible.

image3       image2

À coup de 6 bouteilles (pré-rincées) ou plus, on goûte, on fait le plein et on économise. BÉMOL + HONTE À EUX: c’est de la piquette! Comme si le but de Kruger, régi par la SAQ, était de nous décourager de l’initiative. Ainsi, superbe idée, mais il y a beaucoup de chemin à faire encore.

Voici tout de même 2 vins de table parfaits pour la sangria et la cuisson, qui dépannent la semaine, ou lorsqu’on l’échappe un brin!

image1-1

Un blanc: Golden CapeChenin blanc muscat, Afrique du Sud, 8,50$

Un rouge: Sunshine Reserve, assemblage, Californie, 8,50$

Dernier bémol: on doit prendre nos 6 bouteilles de la même sorte (hum hum, mettez-vous en gang?). Ceci dit, la fille qui m’a servie était très cool et sensibilisée. Verdict: l’essayer, c’est « potentiellement » l’adopter!

Lait consignéimage1

Autant que possible, je tente d’acheter ce lait en bouteille consignée. Offert à plusieurs endroits au Québec, dont 8 à Montréal (plan ici), le lait Harmony Organic provient de l’Ontario. Même si moins local, j’apprécie beaucoup ce genre de produit / initiative. Faites-en la demande près de chez vous! Peut-être qu’en cons
tatant l’engouement autour de ce genre de produit, les laitières québécoises iront de l’avant.

Manger frais et vivant

grocery-store-1981
On s’entend pour dire que réduire ses déchets rime avec le fait de cuisiner les aliments plutôt qu’opter pour des plats pré-cuisinés, suremballés et moins santé. Ça va de soi. 

Mis à part le garde-manger

En utilisant nos contenants usagés de lave-glaces, de vinaigre, ou autres contenants grand format, le remplissage en vrac des produits ménagers et cosmétiques ralentit le cycle de rachat et de recyclage.

terre-a-soi

Pas encore disponible dans votre région?

Même s’ils existent depuis toujours, les marchés en vrac font moins partie du paysage que les grandes chaînes. Créer la demande auprès de marchands et boutiques aux visées écoresponsables demeure la meilleure option. Les marchés publics se sont multipliés en raison d’une demande croissante. Il en va de même pour tout ce que le client veut et refuse. 

En attendant, faites des achats en groupe ou en plus grandes quantités lors de vos passages dans les plus grands centres. Vous réaliserez du même coup des économies!

Pas parfait, même en ville

Je consomme par exemple les produits des fermes Lufa (agriculture sur les toits), mais qui emballent certains de leurs légumes/herbes dans des sacs en plastique oxo-« biodégradables » (non recyclables). En attendant les emballages compostables, j’évite l’achat de certains produits.Duane-Hanson--Supermarket-Shopper--1970Y’a rien de parfait, mais en discutant avec les responsables des services à la clientèle des marchands, on constate plus souvent qu’autrement un désir de cheminer dans le bon sens. Ça nous encourage à demeurer clients, sinon, à aller chercher mieux ailleurs!

PS: Le temps du homard!

La saison est à nos portes et je me sens un peu dépourvue devant les options de transport de la bête vers la maison. N’étant pas très enthousiaste devant l’idée d’un homard en semi-liberté dans mon panier de vélo ou sur mes genoux dans l’auto, une amie des Trappeuses me proposait d’apporter mon chaudron et/ou utiliser une taie d’oreiller. Qu’en pensez-vous?

PS: Recherchez le homard du Québec, notamment celui de la Gaspésie, avec son médaillon de traçabilité qui permet de « rencontrer » les pêcheurs! Ici.

Pas dans ma cour

7-days-of-garbage-environmental-photography-gregg-segal-12À l’échelle planétaire, la vie terrestre (et aquatique!) croule sous une quantité exorbitante d’emballages non compostables, souvent inutiles. L’idée est de résoudre le problème à la source, soit par le refus de ceux-ci. Moins de rebuts au centre de tri et dans la nature, c’est un choix collectif économique et constructif. Qui dit parents allumés, dit enfants plus conscients!

Bonnes adresses :

Le carnet d’adresses le plus complet qui soit se trouve via l’application Bulk de Béa Johnson. On peut y ajouter nous-mêmes nos adresses favorites et le genre de produits qu’on y trouve.

Sans tous les nommer, voici quelques endroits où j’aime aller. PS: Génez-vous pas pour nous envoyer vos adresses préférées en commenaires!

Aliments en vrac à Montréal :

  • Épices Anatol
  • La vie en vrac
  • Frenco
  • Vrac en folie
  • Veux-tu une bière?
  • Les marchés publics (Jean-Talon, Atwater, Maisonneuve, etc.)
  • Le Vrac du Marché
  • Bulk Barn (j’aime moins mais ils ont quand même beaucoup de bio et depuis que j’habite la campagne, c’est le genre d’endroit qui me dépanne. Ils ne prennent pas les pots, ni les sacs tissus. J’y apporte de vieux sacs plastique transparents usagés et même si ce n’est pas accepté, ils ferment les yeux.)

Aliments en vrac à Québec et en région:

Produits ménagers écologiques en vrac à Montréal:

Produits ménagers écologiques en vrac à Québec:

Moins d’emballages dans la boîte à lunch:

  • Mère Hélène
  • À L’escale verte, il y a plein de beaux plats en inox & verre/inox seulement, et même des boîtes à lunch à 3 étages à la chinoise!

 Épicerie sans emballage!!: 

  • Passez voir ici!!!

Références:

Béa Johnson et son livre Zéro déchet, aux Éditions Transcontinental, 2014, sont une grande source d’inspiration pour mon cheminement et l’écriture de mes billets.

Le blogue Trash is for tossers : http://www.trashisfortossers.com/p/about.html

Le blogue Clémentine la mandarine (inspiration pour la couture des petits sacs en tissu): http://clementinelamandarine.com

Consignation du verre au Québec (dernières nouvelles): http://www.lapresse.ca/environnement/politique-verte/201505/15/01-4869874-feu-vert-a-la-consigne-des-bouteilles-de-vin.php

Crédits photos dans l’ordre:

Photo thème :http://pzrservices.typepad.com/.a/6a00d83451ccbc69e2017c318ec2d4970b-pi

L’homme à l’ananas :https://www.pinterest.com/pin/376472850071910972/

Épicerie vintage :https://www.pinterest.com/pin/156851999495647356/

Légumes emballés :http://www.princedebretagne-pro.com/newsletters/fr/201012/mini-legumes.html

Légumes nus :http://casablancademajeunesse.vip-blog.com/vip/categories/73257.html

Sur-emballage : http://www.metrodb.ca/nouvelles.php

Comptoir sans emballage :http://www.retail-and-detail.fr/article-mobilier-mural-froid-fruits-et-legumes-117403912.html

Ménagère du futur : http://www.vivelapub.fr/le-retrofuturisme-dans-la-pub/

Plats congelés :https://2warpstoneptune.wordpress.com/category/grocery-storessupermarkets/

Remplissage en vrac :http://www.terreasoi.coop/#!produits-vrac-biodegradables-ecologiques/cknx

Les bigoudis :http://histoiredesartscamus.over-blog.com/article-le-xxe-siecle-en-images-duane-hanson-supermarket-lady-1969-116264834.html

Homard vegan: http://veganvalkyrie.canalblog.com/archives/03__tout____et_surtout_n_importe_quoi____/index.html

7 jours de déchets, par Gregg Segal : http://fence.photoville.com/2014/gregg-segal/

Chantal

Author Chantal

Je me décris comme : La partie féminine de Saratoga, écolo, créative, artisane, entrepreneuse, amoureuse des vieux objets, toujours coiffée pareil, souvent naïve. Ma devise : Faut faire quelque chose. Mon cheval de bataille écolo : Recréer un mode de vie plus harmonieux et durable et donner le goût au monde d’embarquer. Mes faiblesses : Le sport, la lecture, me souvenir de ton nom, me souvenir... tout court! Ma recette DIY favorite : Le déo au lait de magnésie et huiles essentielles. Je jase de quoi sur le blogue? De réduction significative des déchets et de comment rendre cette simplicité volontaire facilement applicable au quotidien.

More posts by Chantal

Join the discussion 23 Comments

  • Cindy dit :

    Bonjour Chantal!
    Je me demandais comment tu as fait dans les IGA pour apporter tes contenants? Moi, ça fait plus de 3 IGA en région et un Métro et c’est toujours un gros non… Mais de remettrebles barquettes, je me suis fait repoussé! J’ai donc tourner mon épaule vers les boucheries. C’est plus simple, quoique un peu plus de tourniquet dans mes courses! Pour le homard, j’ai une petite (plutôt cocasse) phobie de ces bestioles, que penserais-tu de les apporter sac fait de cuirette? Ou encore une poche de jute, une belle façon de récupérer les sac de maïs. C’est plus solide et on risque moins de sentir leur petites pinces lolll.

    • Chantal dit :

      Pour ma part, je crois que je suis peut-être tombé sur un IGA plus « open » que les autres, soit celui au coin Jarry/Christophe Colomb (MTL), mais je sais qu’un gars réussi à le faire aussi dans un IGA sur Saint-Zotique (MTL). Il disait qu’il avait réussi en apportant l’argument qu’on acceptait ses contenants au Marché Jean-Talon et que le vendeur ou gérant (je n’ai pas ce détail) avait alors changé d’idée et accepté. Bref, j’imagine qu’en ayant des exemples d’endroits où ils acceptent de le faire, ça pourra aider. Et si on a le luxe de pouvoir alors s’en retourner en ajoutant qu’on devra alors aller faire nos courses ailleurs, j’imagine qu’à quelque part, ça pourra les inciter à évoluer en ce sens? Faut surtout pas lâcher. Tiens-nous au courant! :)

  • Claire dit :

    Pour le homard, la bonne solution est la bouteille plastique (je sais, je sais… mais c’est du plastique recyclable)avec le fond enlevé: tu glisses le homard dedans, en commençant par laqueue. Et hop, il ne peut plus bouger. Tu mets un couvercle en tissu tenu par un bout de ficelle, par exemple, et le tour est joué. Tu peux même le mettre direct au congélateur comme ça (sortir le homard de la bouteille une fois gel, pour l’emballer dans qq chose qui ne laisse pas passer l’air, afin d’éviter les brûlures dues au froid, et le désèchement.

    • Chantal dit :

      Wow! Ingénieux comme plan, sauf qu’au final, je suis en train de me dire que le courage va me manquer et que je vais peut-être y aller avec la solution facile; manger autre chose!!! ;) Haha! Mais merci pour le conseil!! Ça va certainement servir!

  • Merci pour le bel article Chantal! Ça me décourage tellement, tous ces fruits et légumes suremballés! En plus, plus souvent qu’autrement, l’option biologique est davantage emballée que les autres…
    Je commence aussi à m’apporter des petits sacs en filet pour les fruits et légumes, et j’ai bien sûr toujours des sacs réutilisables ou un sac à dos. Je lave aussi mes ziploc hahaha
    Malheureusement, quelqu’un me mentionnait dernièrement qu’en comparant le prix des noix chez Bulk Barn et chez Costco, l’option en vrac coûtait près du double de l’option emballée en gros!!!!
    À part le Bulk Barn de Lévis, je peux mentionner dans la région de Québec qu’on trouve du vrac au CRAC (rue St-Jean) et à L’Ère du vrac (rue Soumande), ainsi que des noix dans certains Super C.

    • Chantal dit :

      Il y a certainement des produits plus « économiques » chez Costco. Mon argument en ce sens est qu’en bout de compte, on achète certainement plus d’items que prévu en sortant de là, ce qui augmente la facture individuelle, mais aussi collective (production d’emballages (polluante), recyclage, transformation, etc.). Mais à chacun sa démarche et ses possibilités!
      Merci pour les adresses!!

  • K. dit :

    C’est un article inspirant et remplis d’adresses pour améliorer mon petit parcours de course!
    J’ai par contre une petite question: j’habite tout prêt des épices Anatole et la seule fois où j’ai tenté les sacs en tissus, ils n’ont pas aimé ça du tout… C’était il y a quelques mois, mais j’avoue que ça m’a refroidi au point où je n’ai pas retenté depuis… Est-ce que quelqu’un a refait l’expérience et aurait un petit mot positif pour me redonner le courage de retenter ma chance? :)

    • Chantal dit :

      Moi je réutilise leurs sacs en plastique à chaque fois et j’insère un sac ou deux en tissus dans le tas, je leur laisse les plats de plastique avant de partir en transvidant le contenu dans mes pots… Bref, j’ai le même feeling que toi alors je suis over fine et souriante, ce qui aide un brin! ;)

  • Lauraki dit :

    Un beau résumé. Pour l’huile, j’ajouterai Héritage Kalamata, qui fournit de l’huile directement de ses champs d’oliviers en Grèce, dans la région de Kalamata. Mais je suis difficile, j’aime trop l’huile grecque! ET c’est dans Petie-Patrie.
    http://www.lespimous.com/huile-d-olive-en-vrac/

  • Maïté Roy dit :

    Merci pour cet article, Chantal !
    Depuis janvier, je mange végétalien, ce qui simplifie pas mal les choses, et je ne vais plus dans les grandes chaines. J’opte pour les paniers bio, le marché Jean-Talon, Seagal et Frenco, sur St-Laurent, Rachelle Berri (pour du chocolat 70% pas trop cher), le Pain dans les voiles et Camellia Sinensis. Je n’ai toutefois pas encore trouvé de tofu en vrac et j’en consomme beaucoup. Je vais aller voir du côté du quartier chinois. Je suis contente de voir que nous sommes de plus en plus nombreux avec nos sacs. Je vais essayer les Épices Anatole, je n’y suis pas encore allée.

    • Chantal dit :

      C’est vraiment une belle démarche! Laisse-moi savoir si tu réussi à trouver le tofu en vrac! Ce n’est pas évident pour ce genre d’aliment emballé dans un plastique non-recyclable. À moins de le faire sois-même, le vrac demeure LA solution!
      Merci pour ton témoignage! Hésites pas à re-commenter si tu as d’autres « cues » et commentaires!

  • Amélie dit :

    Wow, merci pour toutes ces informations!

    Je me posais récemment la question par rapport aux contenants de lait (car il n’y en a pas sans plastique, même les contenants multicouches en contiennent 20%). Le produit en question ne se rend pas à Québec, mais j’en informe de ce pas le magasin en vrac du quartier pour voir si le produit pourrait les intéresser :)

    Super recherche sur les magasins de vrac, ça fait un beau topo!

    • Chantal dit :

      Allo Amélie!
      Je prépare un billet sur le recyclage, qui démystifiera ces items qui nous font douter au moment de les mettre au recyclage ou à la poubelle. Pour les contenants de lait, lorsqu’il n’y a pas de bec verseur en plastique, ils sont recyclables. Vaux mieux achetez ceux-ci, sinon, on se complique la vie à arracher le morceau de plastique, qui ne sert pas à grand chose au final. Sinon, les sacs de lait en plastique sont réutilisables et ensuite recyclables.
      Merci pour ta question et ton commentaire!
      Laisse-nous savoir s’il y a du développement à ce niveau de ton côté!
      :)

  • […] Un très bon article d’une trappeuse: http://lestrappeus.es/gardemanger/guide-de-survie-sans-emballage/ […]

  • Geneviève dit :

    Bonjour! J’aime utiliser de l’huile en spray pour cuisiner. Je cherche un contenant réutilisable mais toutes les reviews que j’ai lues à date semblent négatives.. Avez-vous un produit à conseiller? merci!

    • Chantal dit :

      Allo Geneviève. Vraiment désolée du délais de réponse! En fait, je ne suis malheureusement pas en mesure de répondre à ta question puisque je n’utiliser pas de « spray ». J’ai bannis toutes formes de « spray » en aérosol depuis longtemps et j’ai toujours cuisiné avec des huiles « naturelles ». J’espère que tu trouveras une alternative qui te convient :)

  • Alexandra dit :

    Bonjour,

    Lorsque vous redonnez la pellicule plastique et le polystyrène, vous croyez que le polystyrène est réutilisé pour emballer d’autres fruits et légumes, ou il va directement à la poubelle de votre épicier?

    • Chantal dit :

      Je sais que certains marchands plus petits sont moins frileux et plus sensibles à cet égard, mais pour les chaines épiceries, je ne sais pas. La meilleure solution est d’aller directement aux comptoirs des épiceries pour demander d’avoir un produit non emballé. Habituellement, ils en ont pas trop loin derrière et ils acceptent d’en fournir.
      Plus on va être nombreux à boycotter ces matières, moins il y en aura :)

  • Catherine dit :

    Il y a maintenant du lait consigné au Québec :) La Pinte fait du lait, lait bio, lait au chocolat (délicieux!) et de la crème. Ce n’est pas encore disponible partout, mais en Estrie oui!

  • Léa dit :

    Pour les gens de la région de Vaudreuil-Soulanges, vous pouvez ajouter le Bulk Barn à Vaudreuil pour l’achat en vrac ainsi que Vert Essentiel, qui offre l’achat d’ingrédients pour la fabrication de produits ménager et cosmétiques en vrac! À mettre dans votre petite liste de commerces ;)

Leave a Reply

X