Fin octobre / début novembre… Pu vraiment de couleurs dans les arbres et encore un bon bout de temps avant qu’il y ait de la neige pour la peine. C’est probablement le moment de l’année le moins aimé. Heureusement qu’il y a l’Halloween pour illuminer un peu cette période creuse dans la météo et notre moral! Personnellement, j’adore l’automne, mais je sais que le froid et la pluie, ce n’est pas pour tout le monde. Heureusement, c’est aussi le temps des recettes réconfortantes et des pulls de laine. <3  Et comme si on n’avait pas assez de raison de se gaver de sucre avec Noël et Pâques (et la St-Valentin pour les chanceux/chanceuses qui reçoivent du chocolat), octobre nous donne une excuse de plus, avec les petites citrouilles en chocolat, les caramels mous, les tires Ste-Catherine, les suçons multicolores… et les lattes à la citrouille !

Avant de vous parler bouffe, je vais laisser libre cours, deux minutes, à mon passé-pas-si-passé de religionteuse. De quessé ? Vous ne serez pas les premiers à trouver ça bizarre, mais j’ai fait un bac en sciences des religions. Et sur les internets, je ne fais pas que parler de bouffe, de Diva Cup et de cosmétiques, mais je jase aussi religions. On est loin, avec ça, des sujets abordés généralement par Les Trappeuses, mais je me disais que vu que Marie vous démystifie souvent le côté « sciences pures » des cosmétiques, je pouvais bien me faire démystificatrice moi aussi, mais version « sciences humaines ». Parce que l’Halloween, ce n’est pas juste une fête commerciale. Et que s’en rappeler, ça aide aussi à revoir comment on veut consommer.

Fait que pour la petite histoire, l’Halloween tire ses origines, si vous ne le saviez pas, dans la fête « païenne » de Samhain, qui est célébrée le 1er novembre. Cette fête était la plus importante du calendrier celtique. Elle marque le début de la saison sombre et c’est une journée « hors du temps », lors de laquelle la frontière entre le monde humain et le monde surnaturel est très mince. On risque donc d’y rencontrer des créatures inquiétantes, comme des vampires, des esprits ou des démons… Dans le christianisme, le 1er novembre est la fête de la Toussaint et le 2, le jour des Morts. Une belle façon de récupérer l’ancienne tradition ! D’ailleurs, le mot Halloween veut dire « veille de la Toussaint », All Hallows’ Eve. Latte citrouille (9)

Qu’est-ce que les citrouilles ont à faire dans tout ça ? Eh bien la tradition irlandaise a un conte effrayant, tout indiqué pour l’Halloween (fête particulièrement répandue dans les pays anglo-saxons), à propos d’un ivrogne nommé Jack, qui a été condamné à errer éternellement dans le noir après s’être fait refuser l’entrée au paradis (pour sa mauvaise vie) comme en enfer (il avait joué quelques tours au diable). Ce pauvre Jack n’avait qu’un charbon pour s’éclairer, déposé dans un navet évidé. De là vient la tradition des jack-o’-lanterns, des visages sculptés dans des navets et illuminés à l’aide d’une bougie. Les citrouilles sont venues sur le tard, alors que les Irlandais, arrivés en Amérique à la suite de la Grande Famine, ont découvert ces belles grosses courges orangées. Avouez qu’on n’est pas fâchés de cette découverte, parce que des cafés lattes au navet, ça sonne pas mal moins alléchant (haha).

Et nous voici à parler enfin de bouffe! Pour boucler la boucle, un an après mes recettes complètement courge et après que Mariane vous ait tout confié sur sa passion du pumpkin everything, je vous livre ma recette de latte à la citrouille maison. Comme on est aussi en plein défi végane, c’est une recette sans cruauté ! Et y’en a pas que pour les grandes personnes buveuses de café, j’ai aussi ajouté une recette pour un smoothie à la citrouille, pour les enfants ou ceux qui ont une rage de pumpkin spice en soirée et n’ont pas envie de passer la nuit debout.

Latte citrouille (11)Latte à la citrouille, maison et vegan

1 espresso
1 tasse de lait de noix de cajou (ou autre lait végétal, mais celui de cajous mousse mieux !)
1 c. à soupe de purée de citrouille maison*
½ à 1 c. à soupe de sirop d’érable, tout dépendant de comment vous aimez ça sucré !
¼ c. à thé de cannelle
⅛ c. à thé de muscade
Une pincée de cardamome
Une pincée de clou de girofle
Un petit peu de poivre

Faites chauffer le lait avec le sirop, les épices et la purée de citrouille dans une petite casserole, à feu moyen. Surveillez pour ne pas que ça bouille, mais que ça devienne assez chaud. Pendant ce temps, faites-vous couler un espresso. Quand votre lait commence à fumer, fermez le feu et faites-le mousser à l’aide d’un pied mélangeur. Si vous avez une machine à espresso avec un mousseur, vous n’avez en fait qu’à mettre tous les ingrédients directement dans un pichet et à faire mousser ça, sans besoin de faire chauffer auparavant ! Facile de même ! Vous n’avez plus aucune raison d’acheter un latte qui ne goûte pas du tout le café et beaucoup trop le sucre et les saveurs artificielles.

*Pour faire de la purée de citrouille maison, coupez « simplement » (parce qu’on s’entend que ce n’est pas si facile) une citrouille en quartiers, en la vidant de ses graines, et faites-la cuire au four ou faites-la bouillir jusqu’à ce qu’elle soit tendre. Passez ensuite les morceaux (sans la peau !) au robot culinaire. Cette purée neutre, non sucrée, se congèle facilement et sert à pleiiiin de recettes, que ce soit pour des desserts, du risotto (miam !), un exfoliant ou des biscuits pour vos chiens !

Latte citrouille (3)Smoothie à la citrouille (vegan)

Passez les ingrédients suivants au mélangeur et savourez :

1 tasse de lait de soya (ou autre lait végétal)
½ banane
2 c. à soupe de purée de citrouille
½ à 1 c. à soupe de sirop d’érable (dépendant de votre goût)
¼ c. à thé de cannelle
⅛ c. à thé de muscade
Une pincée de cardamome
Une pincée de clou de girofle
Un petit peu de poivre
⅓ tasse de glaçons

Le réconfort ne serait pas complet sans une petite gâterie, alors voici aussi un « caramel » fait à partir de dattes, à saveur de pâte à biscuit ! Oui madame !

Latte citrouille (12)Caramel de datte à la pâte à biscuit (vegan)

1 tasse de dattes dénoyautées, fraîches ou réhydratées
⅓ tasse de beurre d’arachides (ou d’amandes, ou du tahini)
2 c. à soupe d’huile de coco
½ c. à thé d’essence de vanille
¼ c. à thé de cannelle
Une pincée de bicarbonate de soude
Pépites de chocolat noir (facultatif)
Fleur de sel (facultatif)

Passez les dattes au robot culinaire avec le beurre d’arachides, l’huile, la vanille, les épices et le bicarbonate de soude. Lorsque les dattes sont bien défaites et que le mélange est homogène, étendez le « caramel » dans un moule d’environ 6 pouces de diamètre. Ajoutez des pépites de chocolat et un peu de fleurs de sel si le cœur vous en dit. Congelez pendant au moins 2 heures avant de consommer et conservez au froid.

***

Sur ce, régalez-vous et faites le plein de sucre un peu plus sainement avec des recettes maison. Si vous fêtez l’Halloween, pensez à vous déguiser avec le maquillage maison de Caroline et à choisir des options zéro déchet (ou presque) pour gâter les halloweeneux ! Booh !

Marie-Hélène

Écrit par Marie-Hélène

J’aime la bouffe. J’aime la voir pousser, la préparer, la partager. Mais – je l’avoue - j’aime surtout manger! J’adore le côté un peu magique de la cuisine, les transformations chimiques, et mélanger des ingrédients a priori incompatibles. J’aime les pois chiches, le thé, le chocolat et la bière. Je m’intéresse aussi beaucoup aux bienfaits sur la santé des aliments. En digne fille d’une mère passionnée de cuisine et d’un père philosophe-artiste-qui-fait-son-compost, je m’intéresse non seulement à la nourriture, mais je suis aussi une intello grano. Je me passionne pour l’écologie, la simplicité, le DIY et je tripe sur les tiny houses. Mon parcours d'études témoignes d'une dispersionnite aiguë : bachelière en sciences des religions, j’ai aussi complété une maîtrise en relations publiques et un certificat en développement durable. Travaillant maintenant dans le milieu de l'agriculture urbaine et étant végétarienne, je vous parlerai d'alimentation saine et intelligente. Pour plus de recettes, jetez un œil à www.cuitleutcru.com. À votre santé!

Les billets de Marie-Hélène

Mon commentaire