Cette semaine, nous accueillons Stéphanie sur le blogue! Elle a fondé l’entreprise Nuphar afin d’offrir des cosmétiques végétaliens, biologiques et sans risque pour la santé. Cette grande rouspéteuse aspire à changer les perceptions des gens envers les produits faits à la main, un petit pot de crème à la fois. Même si elle est passionnée de plantes médicinales, elle peine à garder celles de son appartement en vie.

***

J’ai une relation amour-haine avec le café. J’ai longtemps évité cette boisson, qui me paraissait infecte. Lors de mes fins de session à l’université, alors que mes amis dépendaient de la caféine, je me contentais de boire de l’eau, même si je bâillais pendant toute la durée de mes cours. Si je prends aujourd’hui mon café noir et sans sucre, il a fallu beaucoup de cappuccinos 3 sucres et de mokas extra crème fouettée pour me faire apprécier le goût. Avoir su qu’il existait des plantes pour remplacer le café, j’aurais rempli ma bouteille avec des infusions un peu plus stimulantes! Si vous n’aimez pas le café, souhaitez boire autre chose pour vous donner du pep ou simplement réduire votre consommation de caféine, voici quelques plantes toniques pour augmenter votre énergie et votre concentration.  

Mise en garde : certaines plantes ne conviennent pas aux femmes enceintes ou allaitantes, ou encore peuvent interagir avec certains médicaments. Renseignez-vous avant de consommer une plante, car naturel ne signifie pas sans danger.

Chez l’herboriste

Note : on peut trouver ces plantes médicinales dans des herboristeries comme la Bottine aux herbes et l’Alchimiste en herbe, situées à Montréal.

1. Le schizandra

Nom latin : Schizandra sinensis

La médecine chinoise considère le schizandra comme un tonique de choix, particulièrement pour le système nerveux. Ses jolies baies écarlates favoriseraient la concentration et la mémoire, tout en calmant l’anxiété et l’agitation intellectuelle (le fameux hamster mental). On le recommande dans les cas de dépression et pour combattre la fatigue chronique. Les recherches semblent prometteuses quant à son efficacité pour réduire la fréquence des crises d’épilepsie (mais attention, pour le moment, il est recommandé aux épileptiques de s’abstenir, voir contre-indications). Petit bonus : le schizandra est hépatoprotecteur (il protège le foie) et augmenterait la libido — à bien y penser, ce n’est peut-être pas idéal en période d’étude!

Posologie : comme les baies sont coriaces, on privilégie la décoction : 1 c. à thé de baies dans une tasse d’eau qu’on fait frémir une dizaine de minutes. L’eau ne doit pas bouillir! Filtrer ensuite le mélange.

Contre-indications : déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes, aux personnes souffrant d’épilepsie, d’œsophagite par reflux, d’hypertension artérielle, d’hypertension intracrânienne, d’hyperthyroïdie ou encore aux prises avec un ulcère gastro-duodénal. Peut interagir avec certains médicaments contre la dépression et l’anxiété.

2. Le bacopa

Nom latin : Bacopa monnieri

En toute franchise, je n’avais jamais entendu parler de cette plante avant de faire mes recherches et pourtant, elle risque bien de faire partie de mes végétaux chouchous. Le bacopa, ou hysope d’eau, est associé aux facultés mentales et est utilisé depuis plus de 3000 ans dans l’ayurveda, la médecine traditionnelle de l’Inde. On l’appelle également brahmi, en l’honneur du dieu indien Brahma, créateur du panthéon hindou et lié lui aussi au cerveau. Le bacopa stimulerait les facultés cognitives et la mémoire, ce qui est assez pratique en période d’examens, on s’entend. Son goût légèrement amer et doux est idéal pour bien commencer la journée.

Posologie : 1 c. à thé par tasse d’eau bouillante qu’on laisse infuser 10 minutes.

Contre-indications : déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes. Éviter en cas de congestion intestinale, d’emphysème ou d’obstruction urinaire. Le bacopa pourrait également augmenter l’effet de la phénothiazine, un neuroleptique.

3. L’éleuthérocoque (ginseng sibérien)

Nom latin : Eleutherococcus senticosus

Les Chinois profitent des bienfaits de l’éleuthérocoque depuis des millénaires et il a fallu attendre le XIXe siècle pour que ce tonique soit popularisé en Russie. On utilise les racines de cette plante forestière pour stimuler le système immunitaire et lutter contre la fatigue causée par le stress. Si vous voulez maximiser votre entraînement ou battre vos records de course à pied, cette plante est votre alliée. Petite anecdote : en Union soviétique, on donnait de l’éleuthérocoque aux athlètes pour améliorer leurs performances sportives. Parions que d’autres substances l’ont remplacé depuis…

Posologie : comme il s’agit des racines de la plante, on préférera une décoction : 1 c. à thé dans une tasse d’eau qu’on fait frémir une dizaine de minutes, sans faire bouillir. Filtrer ensuite le mélange.

Contre-indications : déconseillé aux enfants, aux femmes enceintes et allaitantes ainsi qu’aux personnes ayant une tension artérielle élevée ou des problèmes cardiaques.

4. Le chaga

Nom latin : Inonotus obliquus

Le chaga n’est pas une plante, contrairement à ses consœurs présentées ci-haut, mais un champignon qui pousse sur les arbres, dont le bouleau jaune. Avec son aspect de grosse tumeur brûlée, il est parfaitement hideux! Ses propriétés stimulantes, antioxydantes et antivirales en font un excellent allié dans les moments de rush et compensent pour son look repoussant. Fiou! On peut l’acheter en poudre (on laisse la cueillette aux experts) en privilégiant les produits québécois, car oui, le chaga pousse dans les forêts de notre belle province. Alors, si vous cognez des clous, ou que votre journée de travail semble interminable, faites comme Marie et préparez-vous un p’tit chaga-ccino!

Posologie : 1 c. à thé par tasse d’eau bouillante qu’on laisse infuser 10 minutes.

Contre-indications : éviter avec des anticoagulants, après une transplantation ou lors d’un traitement après transplant. Peut interagir avec l’insuline.

Dans le garde-manger

Pas besoin de faire un tour en Sibérie pour se requinquer! Certains aromates du garde-manger agissent comme stimulants, favorisent la concentration et bien souvent, la digestion. C’est le cas de la menthe, du romarin, du basilic sacré et du thym, notamment. Bien plus que des fines herbes, ces plantes médicinales luttent également contre les infections et sont disponibles partout. N’hésitez surtout pas à faire des mélanges ou à les incorporer avec d’autres plantes médicinales telles que l’ortie et le framboisier. Vous préférez faire votre infusion à froid? Pas de problème, il suffit de laisser la plante dans l’eau froide toute une nuit et de filtrer (mais faut pas être pressé(e), hein!). Vous voilà maintenant équipé(e) pour affronter vos examens, vos lendemains de veille ou vos réunions interminables au bureau… l’haleine de café en moins!

En vous souhaitant de bonnes infusions,

Stéphanie


Sources :

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=schisandra_ps

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=bacopa_ps

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=eleuterocoque_ps

L’Alchimiste en herbe

https://chaga.ca/comment-le-consommer

Collaboratrice invitée

Author Collaboratrice invitée

More posts by Collaboratrice invitée

Join the discussion 2 Comments

  • Valérie T. dit :

    Bonjour!
    Super article! Mais je me demande, si le schizandra est déconseillé aux gens souffrant d’hyperthyroidie, c’est par interaction avec les hormones de remplacement (synthroid etc.) ou parce qu’il est très stimulant? Je fais de l’hypothyroidie contrôlée sur synthroid, donc théoriquement ce serait ok dans mon cas? Ou je serais mieux de consulter chez l’Alchimiste avant pour être certaine? :) Merci!

    • Marie dit :

      C’est important de vérifier auprès de votre pharmacien pour les intéractions possibles. Nous ne sommes pas des professionnels de la santé et ne pouvons te conseiller à ce niveau. Prudence est de mise!

Leave a Reply