« On devient vite accro aux belles couches lavables toutes cutes… »- Caroline

Quand on devient parent, nos sujets de conversations changent drastiquement pour faire place à des sujets qui tournent souvent autour de cacas, de couches et d’absorption. On passe nos jeudis soir à éplucher les publi-sacs à la recherche DU deal sur la boîte de couches, peu importe la marque. Parfois, on lâche prise et on finit par acheter des couches au Costco ou au Wall Mart sans avoir vérifié préalablement les prix et la qualité des produits, parce que de toute façon, c’est par là qu’on passait ce jour-là. La vérité? On a pas toujours le temps ou l’énergie pour faire des recherches à savoir quelle marque est la plus économique, la moins irritante ou la plus écologique!

Afin de vous aider à faire des choix éclairés en matière de couches, je vous donne des informations sur les couches lavables. J’en profite aussi pour glisser quelques témoignages de parents qui utilisent des couches lavables, que j’ai recueillis sur un forum. La question posée était la suivante: quel est, selon vous, LE point positif à l’utilisation des couches lavables?

Une option écologique et économique

Je vous mentionnais brièvement, dans mon tout premier billet quelques impacts reliés à l’utilisation des couches jetables sur l’environnement, ainsi que sur votre portefeuille. Une couche jetable peut prendre jusqu’à 500 ans à se dégrader dans un dépotoir (contrairement à une couche lavable qui en prend moins de 60). L’impact des couches à usage unique est plus grand au niveau des déchets ménagers générés, car elles représentent environ 40% des déchets d’une famille ayant un enfant entre 0 et 2 ans. Juste au Québec, on jette environ 600 millions de couches jetables par années! Vous pouvez voir ici le nombre de ces couches utilisées dans le monde, et ce, depuis le 1er janvier de cette année. Selon le site Féminin Bio, la fabrication des couches jetables  est 3.5 fois plus énergivore et utiliserait 8 fois plus de matières premières non renouvelables que les couches lavables. D’autant plus, l’industrie des couches jetables nécessite environ 80 000 livres de plastique et plus de 200 000 arbres par année, et ce, aux États-Unis seulement. Il y a un grand débat quant à la consommation d’eau nécessaire à l’entretien des couches lavables, versus la quantité utilisée pour la fabrication des jetables. Selon le verdict de Consoglobe, les réutilisables requièrent 2 fois moins d’eau pour l’entretien que leurs acolytes jetables, qui elles, demandent 120 m3 d’eau pour la fabrication.

cb1Le but ici n’est pas de se culpabiliser (nous choisissons nos combats après tout!), mais bien de prendre conscience qu’il existe des alternatives plus respectueuses pour l’environnement et pour notre budget, sans nécessairement être très compliquées.

Parlant de budget… saviez-vous que plusieurs villes du Québec offrent une subvention pour l’achat d’un lot de couches lavables?!

$$$$ KETCHING KETCHING $$$$

Par ici pour connaître la liste des villes offrant cette subvention par régions, ainsi que les montants accordés.

« Avec la subvention de notre ville et le site theluvyourbaby.com, elles n’ont rien coûté! Bon, il y a le lavage à l’eau chaude, mais ce n’est rien. » – Fannie

 « Ça revient encore plus économique quand elles servent à plus qu’un enfant! »- Elsa

Les matériaux, les modèles, les marques et les points d’achat… comment s’y retrouver?

Beaucoup de parents sont d’accord pour dire que les tissus des couches lavables sont plus doux pour les fesses de nos bébés que les couches jetables, car ils sont exempts de parfums et autres ingrédients potentiellement allergisants et laissent respirer la peau délicate de nos trésors.

« Avant, peu importe la marque, il avait toujours les fesses rouges et ça pouvait dégénérer jusqu’à saigner. Maintenant c’est fini tout ça. »- Esla

« …moins de réactions pour les fesses de ma fille (du chimique direct sur la peau de mon bébé, non merci)… »- Lydia

1. L’anatomie des couches lavables

Screen Shot 2015-07-11 at 3.43.33 PMUne couche lavable est constituée d’un feuillet biodégradable (pour collecter les cacas – facultatif), d’un ou des inserts absorbants en dessous (pour les pipis) et d’une couche-culotte imperméable pour retenir le tout en place. Le feuillet peut être lavé et ré utilisé quelques fois s’il est souillé de pipi seulement. Pour les bébés de moins de 6 mois, un seul insert absorbant est très souvent suffisant. Les inserts sont fabriqués à partir de matériaux naturels comme le coton, le chanvre ou le bambou, ou de matériaux synthétiques, comme la microfibre. Les tissus naturels sont plus doux pour les fesses de bébé (et la plupart du temps biologiques), cependant ils requièrent un temps de séchage plus long une fois lavés. La microfibre, quant à elle, est très absorbante, mais s’encrasse plus rapidement donc demande plus d’entretien (nous verrons ce sujet un peu plus bas).

Screen Shot 2015-07-11 at 3.44.31 PM

Bonne nouvelle pour nous : l’époque des épingles est RÉVOLUE! Les couches sont maintenant dotées d’un système d’attaches à boutons pression ou à velcros. Pour ma part, je préfère les boutons à pression, car ils ne s’usent pas aussi rapidement. Par contre, les velcros sont plus faciles à attacher et s’ajustent encore mieux à la taille de notre mini. Petit truc : refermez-les lors du passage à la laveuse afin qu’ils ne se collent pas dans les autres tissus, car ils ramassent plein de mousses et deviennent moins efficaces.

2. Trois principaux modèles

  1. La tout-en-un à poche: couche-culotte imperméable dans laquelle on glisse un insert absorbant (voir photo).
  2. La tout-en-un intégrale: couche-culotte imperméable, dans laquelle sont cousus les inserts.
  3. La tout-en-deux: couche-culotte imperméable sur laquelle sont retenus les inserts par des boutons pression (voir photo).

Il existe aussi des couches lavables pour la baignade. Celles-ci sont surtout destinées à retenir les selles et sont acceptées dans les piscines publiques sans problème.

Screen Shot 2015-07-11 at 3.42.31 PMUn lot de couches qui assure un bon roulement contient de 14 à 16 couches (certains vous dirons 20, voire plus, mais moi je fonctionne très bien avec 16). Il est recommandé d’essayer quelques modèles différents (l’Écoboutik Le Capucinsitué à Québec, offre le service de location destiné à l’essai de marques différentes). Vous aurez également besoin:

  • d’un sceau qui se ferme hermétiquement,
  • d’une pochette imperméable pour l’entreposage des couches souillées à l’intérieur du sceau,
  • d’une pochette imperméable plus petite pour les sorties (vous pouvez aussi opter pour les couches jetables en sortie…),
  • un paquet de feuillets biodégradables, qu’on place sur les inserts afin de recueillir les selles (ils peuvent être jetés dans la toilette sans problème).

Screen Shot 2015-07-11 at 3.46.10 PMPour accompagner votre kit de couches lavables et faire encore plus d’économies, ça peut être intéressant d’utiliser les lingettes lavables! Il suffit de vous procurer des débarbouillettes et un produit nettoyant de votre choix. De mon côté, j’utilise les débarbouillettes de bébé du Dollarama (pour les mamans couturières et fanatiques de DIY, venez voir par ici)! Côté nettoyant, j’utilise tantôt ma recette d’eau de change maison (recette ici), tantôt les Wipe Cubes. J’ai aussi découvert dernièrement un produit que j’aime beaucoup et que je trouve très simple à utiliser: le liniment oléo-calcaire (BB & Moi et Les produits de MaYa, tous deux fabriqués au Québec)! On l’utilise directement sur la peau de bébé lors des changements, nul besoin d’eau (une étape de moins, YEAH on aime ça sauver du temps, nous les parents!). Les lingettes peuvent être nettoyées avec les couches sans problème.

3. Quelques marques de couches lavables sur le marché

Il existe plusieurs marques de couches lavables sur le marché! Certaines sont fabriquées au Québec, comme les Mini Kiwi, BummisMère Hélène et Bic et biquette, d’autres, au Canada, comme les Omaïki ou aux États-Unis, les Bum Genius. Ceci n’est pas une liste exhaustive, il en existe plein d’autres! Les prix varient généralement entre 19 et 31$ par couche (incluant les inserts et la couche-culotte). Prenez le temps de la magasiner, car certaines boutiques offrent des rabais pour l’achat d’un lot et du matériel mentionné plus haut.

4. Les points d’achat

Le principal point d’achat dans la ville de Québec est l’Écoboutik Le Capucin.

*Petite précision, l’Écoboutik située à Charlesbourg est maintenant fusionnée avec Le Capucin, qui se situe sur le boulevard Hamel. Ces deux boutiques ne feront qu’une dès le mois d’août, pour ainsi vous offrir le meilleur des deux mondes sous le même toit! WOW! C’est sur le boulevard Hamel que vous pourrez continuer à vous procurer vos petits produits écolos pour couches lavables et autres articles (savon à couche en vrac, feuillets à couches, etc.). La boutique offre également d’autres services : un kit de location de couches pour nouveau-nés, différents kits d’essais de couches multitailles, la réparation des couches et élastiques, des ateliers sur les couches lavables et d’autres sujets reliés aux bébés. Je vous invite à les contacter pour de plus amples renseignements.

À Montréal, on retrouvent la boutique Câlins et popotin sur Beaubien (points de service à Longueuil et Gatineau également). On peut aussi en acheter dans plusieurs boutiques de maternité ou écoresponsables, comme la Mistinguette à Verdun ou en ligne, à la boutique Bummis (notez que celle-ci est maintenant fermée, cependant, vous pouvez continuer vos achats via leur boutique en ligne).

Et l’entretien, dans tout ça?!

UNITED STATES - CIRCA 1940s: Young father with baby lying on table, trying to figure out how to put on diaper. (Photo by H. Armstrong Roberts/Retrofile/Getty Images)

 ‘’Les points positifs sont trop nombreux pour en écrire juste un : pratique, on ne manque jamais de couches, économique, écologique, jamais des tites fesses rouges, beaucoup plus absorbantes, faciles à nettoyer et tellement plus belles!!!!’’- Annie-Claude

Pour l’entretien des couches lavables, il faut s’instaurer une routine qui soit adaptée à notre réalité quotidienne. À la maison, entre les lavages, on entrepose les couches souillées dans un sceau fermé hermétiquement, sans les rincer à l’eau ni les faire tremper. Ce qui fonctionne chez moi, c’est de laver les couches aux deux jours, le soir, après les bains. Le lavage des couches sera un peu plus long qu’un lavage régulier, car il faut idéalement faire un rinçage à l’eau froide au tout début, ensuite un lavage à l’eau chaude, un rinçage régulier additionné d’un autre rinçage à l’eau froide. Personnellement, je ne lave pas les couches avec mes vêtements réguliers afin de minimiser la consommation d’eau chaude. On les laisse sécher toute la nuit sur une corde ou un rack et parfois, à la sécheuse à cycle régulier. Les couches-culottes imperméables peuvent aller à la sécheuse de temps en temps, mais idéalement, il vaut mieux les laisser sécher à l’air ambiant. Les inserts absorbants devraient aller à la sécheuse aux cinq lavages environ, afin qu’ils retrouvent leur absorption maximale. Cette méthode n’est qu’un exemple, sachez que certaines personnes les entretiennent différemment et obtiennent tout de même de bons résultats!

De plus, il est recommandé d’utiliser un savon doux pour couches lavables et d’en mettre en moins grande quantité dans la laveuse, afin d’éviter que les couches ne s’engorgent de ce savon, ce qui peut aussi affecter leur absorption. À la maison, on a décidé d’utiliser le même détergent pour toute la famille, on l’achète en vrac donc c’est très économique! Notez que certaines personnes obtiennent tout de même de bons résultats avec un détergent régulier.

Attention, il faut éviter d’utiliser des crèmes pour érythème fessier en trop grande quantité ou tout autre produit pour les fesses de bébé non compatible avec les couches lavables. En effet, certaines crèmes, beurres et huiles peuvent laisser une pellicule à la surface des inserts et, ainsi, corrompre l’absorption. Les poudres pour bébé (recette ici) sont un meilleur choix pour les couches lavables. Les produits assouplissants sont aussi à éviter lors de l’entretien, pour les même raisons.

Screen Shot 2015-07-12 at 8.13.52 AMLorsque les couches deviennent moins absorbantes et/ou qu’on  remarque qu’une odeur plus forte s’en dégage si elles sont mouillées, il est temps de faire ce qu’on appelle un décapage.

Voici quelques recommandations pour un décapage, fournies par l’Écoboutik Le Capucin :

  • Commencer par un cycle de lavage des couches (propres), sans savon, à l’eau chaude;
  • Si le problème persiste, répétez l’opération 2 à 3 fois, puis mettez le tout dans la sécheuse;
  • Si les deux méthodes plus haut ne donnent aucun résultat, vous pouvez mettre du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude ou du percarbonate de sodium (1/2 t. de chaque pour une laveuse régulière ou ¼ de t. de chaque pour une frontale) dans la laveuse et laisser tremper un minimum de deux à trois heures. Faites ensuite un cycle régulier et un autre lavage à l’eau chaude sans savon,  puis un séchage.

Il n’est pas habituel de devoir faire des décapages tous les mois. Si c’est votre cas, il faudrait vérifier si vous utilisez trop de savon, ou pas assez. Profitez du beau temps pour les faire sécher sur la corde à linge; le soleil les rendra presque comme neuves. Oui oui, les taches tendent à disparaître au soleil!

« Qui n’a jamais entendu une histoire de bébé qui en avait jusque dans le cou? Avec l’élastique de taille des couches lavables, jamais de caca qui remonte dans le dos, tout est maintenu à l’intérieur. »- Laurence

Petite découverte géniale pour les gens de Montréal, la compagnie Lange bleu offre un service clé en main de location de couches lavables aux particuliers, ainsi qu’un service d’entretien pour les CPE.

La compagnie Bébé Auric, quant à elle, offre le service de location ainsi que d’entretien des couches aux particuliers. La livraison et le ramassage des couches souillées se font à raison d’une fois par semaine. Cette compagnie offre ce service partout à Montréal depuis 8 ans. Pour ceux et celles qui veulent utiliser ce système sans avoir à s’occuper de l’entretien, c’est une solution fantastique!

À Sherbrooke et les environs, la compagnie Lav’O couches offre un service de location et d’entretien des couches lavables. Ils font également la livraison et le ramassage à domicile!

Une alternative aux couches, ça existe?

Je voulais ouvrir une porte sur ce qu’on appelle l’hygiène naturelle infantile. Cette technique consiste à observer de près son enfant afin d’apprendre à reconnaître les signaux comme quoi un besoin d’éliminer est imminent, pour l’emmener aussitôt au-dessus de la toilette. C’est l’alternative la plus écologique, car elle n’entraîne pas de déchets ménagers autres que l’eau nécessaire au tirage de la toilette et restreint l’utilisation des couches. Cependant, cette technique nécessite beaucoup de temps pour observer son enfant et apprendre à reconnaître les signes, ainsi que de la patience lorsque vient le temps de nettoyer les dégâts qui sont fort possibles. Voici trois sites qui ont déjà traité de ce sujet:

Connaissiez-vous cette méthode? L’avez-vous utilisé?

Sinon, il y a la technique du  »il fait beau et chaud, alors on laisse bébé en couche maillot dehors toute la journée! »… c’est ma technique préférée ces jours-ci! Hehe!

J’espère que ce billet éclairera un peu votre décision quant à l’utilisation des couches lavables vs. des couches jetables. Pour être franche, il m’arrive parfois de m’imaginer en train de jeter les couches par la fenêtre quand je suis vraiment fatiguée! Haha. Aussitôt que ça m’arrive, je repense à tout ce que j’épargne à notre chère planète comme pollution et me tape fièrement sur l’épaule en startant ma brassée. Au bout du compte, rares sont les moments de grande difficulté avec cette méthode et chez nous, les points positifs pèsent plus lourds dans la balance que les négatifs. Certains facteurs peuvent rendre plus difficile l’utilisation de cette méthode comme par exemple, l’entrée à la garderie (ce n’est pas toutes les garderies qui les accepte), avoir plusieurs enfants aux couches, ne pas avoir les installations nécessaires pour l’entretien, etc. Nous vivons tous des réalités et situations différentes alors l’important, c’est d’être bien dans nos choix et heureux au quotidien!

Je vous laisse sur d’autres témoignages de parents qui utilisent des couches lavables.

Bon magasinage de couches!

« … la propreté!  Ma fille peut tolérer une couche jetable sale, mais au moindre  pipi dans ses couches lavables, il faut la changer… alors elle commence à nous avertir. »- Lydia

  »Belles sur la corde à linge, hahaha! Voilà! »- Amélie

« …mais il y a tellement de positif. Entre autres, l’odeur est moins prononcée dans les couches lavables, le fait que bébé ne soit pas en contact avec des produits chimiques en permanence, le fait d’avoir toujours une couche sous la main et ne pas avoir à courir à la pharmacie quand on réalise qu’on est à sec, etc. »- Jacinthe


Crédits photos:

Caroline Parent (Produits Artémis)

dailymail.co.uk/

inhabitots.com/video-how-to-get-started-with-cloth-diapers/

Sources:

Les conseillères de l’Écoboutik Le Capucin qui ont aimablement pris le temps de répondre à mes questions!

planetoscope.com/hygiene-beaute/325-consommation-de-couches-jetables-dans-le-monde.html

thenewparentsguide.com/diapers.htm

consoglobe.com/couches-lavables-vs-couches-jetables-2678-cg

consoglobe.com/couches-lavables-odeur-saintete-3174-cg

consoglobe.com/les-couches-de-nos-bambins-lembarras-du-choix-cg?plusloin=true

fr.ekopedia.org/Couche_lavable#Qu.27est-ce_qu.27une_couche_lavable_.3F

mamanautrement.com/fr/lessive/987-percarbonate-de-sodium.html

vieenvert.telequebec.tv/sujets/663/couches-lavables

langebleu.org/

babyauric.com/fr/

Caroline

Écrit par Caroline

Mon souvenir le plus lointain d’exploration remonte à ma petite enfance, lorsque j’allais me réfugier dans la forêt entourant le chalet rustique de mes parents. Mon élément est le bois. J’adore aussi les hauteurs, la photographie, le DIY et la cuisine gourmande, mais santé. J’ai voyagé durant ma vingtaine et vécu un mode de vie minimaliste en transformant une roulotte en mini maison écolo, habitable à l’année. Les randonnées en montagnes de 3 jours durant lesquelles ont doit traîner nos déchets m’ont ouvert les yeux sur notre empreinte écologique en général. Je suis de nature nomade; l’exploration fait partie de ma vie dans toutes les sphères, autant professionnelle que culturelle, en voyageant avec mon sac à dos et alimentaire en expérimentant divers régimes (végéta*isme, sans gluten…). J’explore présentement le monde merveilleux du parentage et tout ce que ça implique. Fournir un environnement naturel pour mes enfants et les orienter vers des valeurs écoresponsables est un but que j’atteins un peu plus chaque jour à travers des petits changements. J’utilise probablement trop de papier essuie-tout, parfois des couches jetables et de la vaisselle pour enfant en plastique du Ikea… Malgré cela, j’ai l’intention de vous parler de sujets reliés à la maternité, la grossesse, les bébés et les enfants, tout ça de façon très granochic. Au plaisir!

Les billets de Caroline

Question? Commentaire? Un commentaire

Mon commentaire