Cette semaine, c’est la Semaine nationale de la santé mentale. Selon l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, près d’une personne sur cinq souffrira d’un problème de santé mentale dans sa vie. Il n’y a pas à dire, c’est beaucoup! Si vous avez la chance de ne pas vivre avec ce genre de défi quotidien, vous connaissez assurément quelqu’un dans votre entourage qui doit l’affronter. Mais qu’est-ce que c’est, la santé mentale? La définition qu’on peut trouver sur le site de Mouvement santé mentale Québec va comme suit :

«C’est un équilibre dynamique entre les différentes sphères de la vie : sociale, physique, spirituelle, économique, émotionnelle et mentale. Elle nous permet d’agir, de réaliser notre potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie et d’apporter une contribution à la communauté. Elle est influencée par les conditions de vie, les valeurs collectives dominantes ainsi que les valeurs propres à chaque personne.»

Dedans ma tête : un joyeux aperçu 

J’ai découvert il y a un peu plus d’un an que je vivais avec un trouble d’anxiété généralisé. Il a fallu me rendre jusqu’à l’épuisement psychologique avant de m’en apercevoir, ce qui est assez typique, comme scénario.

À l’époque, une journée normale pouvait facilement ressembler à ça : me lever avec la peur d’être en retard au travail. Prendre la route avec la peur d’être «pognée» dans le trafic. Avoir peur de ne pas arriver à descendre la pile de travail, de faire des erreurs ou d’oublier un rendez-vous important. Suranalyser une discussion après coup pour être certaine de ne pas avoir dit quelque chose d’absurde (maladresse, quand tu nous tiens!). Avoir la tête tellement pleine de peurs que la rétention d’information RÉELLE et IMPORTANTE devient impossible. Avoir la tête tellement pleine tout court que le sommeil n’arrive pas à s’installer, car le cerveau est trop agité. Ne plus être capable de rire avec mes enfants. Me planifier des plans B, C, D, E et F pour être CERTAINE de ne pas rencontrer de problème dans une journée (parce que l’énergie pour y faire face est devenue inexistante; elle a été dépensée lors de la planification desdits plans de secours). Être tellement fatiguée et oppressée qu’au moindre serrement de poitrine, l’idée d’être en train de faire une crise cardiaque devient le premier scénario plausible… Heureusement, une visite chez le médecin m’a confirmé que mon corps était en parfaite santé, mais que ma tête, elle, allait moins bien.  

Diagnostic? Un trouble anxieux et un trouble d’adaptation.

Oui aux médecines alternatives, mais pas que…

Admettre que nous avons un problème est la première étape de la guérison, le premier pas vers l’équilibre. Ensuite, il y a les actions qu’on peut entreprendre, les modifications qu’on peut apporter dans notre façon de penser et les traitements qui viennent appuyer le tout.

IMPORTANT: Le but de ce billet n’est absolument pas d’opposer les produits naturels aux médicaments ni de débattre à savoir lesquels devraient être favorisés pour soulager tel et tel symptôme de tel et tel trouble de santé mentale. Loin de moi l’idée de me prétendre psychiatre ou médecin! Chaque situation est différente et chaque personne a des besoins qui lui sont propres. Or, comme il n’y a pas toujours d’indicateurs physiques et concrets dans le monde des maladies mentales, la mission de trouver le bon remède et parfois le bon diagnostic peut s’avérer compliquée, même pour un médecin.

C’est d’un point de vue complètement personnel que je vous en parle et que je partage avec vous des trucs qui ont vraiment bien fonctionné DANS MON CAS. Sachez que les trucs et méthodes décrites ci-bas ne peuvent en aucun cas se substituer à l’avis d’un professionnel de la santé. L’autotraitement peut entraîner des conséquences graves et même des dommages collatéraux. Il ne faut jamais prendre un problème de santé mentale à la légère et je vous encourage à consulter si vous pensez en vivre un.

Ceci étant dit, voici les p’tits trucs naturels qui m’ont grandement aidée.

Les outils naturels

1. La thérapie cognitive

Les gens qui, comme moi, ont besoin de rationaliser et de comprendre intellectuellement leur état auront de bons résultats avec cette approche, à mon avis. Les causes de la dépression et de l’épuisement sont difficiles à cerner, mais s’il y a bien une chose que j’ai apprise, c’est que les pensées quotidiennes que l’on entretient dans notre tête sont souvent coupables d’alimenter notre état d’anxiété ou dépressif. La plupart du temps, on ne se rend pas compte que ces pensées toxiques agrémentent notre monologue intérieur. La thérapie cognitive a été pour moi un outil extrêmement puissant et m’a aidée à identifier mes propres pensées néfastes, à les déprogrammer et les modifier. Une thérapie cognitive s’effectue avec l’aide d’un professionnel de la santé (psychologue, sociologue, thérapeute accrédité, etc.), mais il existe également certains ouvrages qui ont été écrits afin d’aider les gens à se traiter avec cette approche. C’est le cas de ce livre-ci.

2. La méditation

La méditation est une discipline que je pratique depuis une douzaine d’années. J’ai appris par des livres, des cours de méditation et une retraite de 10 jours au nord de la Thaïlande. Jamais je n’aurais pu penser que ces précieux outils me serviraient un jour pour m’aider à vaincre un trouble de santé mentale. La méditation est utile en cas d’anxiété, d’épuisement et de dépression, car elle permet de cerner nos pensées néfastes, de calmer notre esprit et de nous aider à retrouver une paix mentale. Le phénomène est bien simple: notre mental est comme une petite bête sauvage qui gambade d’une pensée à l’autre. Bien souvent, le simple fait de penser à un objet insignifiant à première vue peut nous entraîner vers un souvenir fort en émotion, puis nous amener à vivre cette émotion comme si la situation était toujours en cours. Au final, la plupart de nos pensées anxieuses sont irréelles et ne font que gruger notre énergie; le but est d’arrêter de les prendre au sérieux ou de les laisser dicter notre comportement. J’aime bien cet article de Passeport Santé, qui traite des bienfaits psychologiques de la méditation.

 3. L’exercice physique

Les médecins et thérapeutes recommandent de faire de l’exercice pour aider à surmonter la dépression et l’épuisement. Si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire cet article, qui explique bien le rôle de l’exercice dans la régulation des différents neurotransmetteurs. Sans nécessairement se lancer dans un programme intense, on peut simplement prendre des marches rapides au grand air ou faire du vélo, par exemple. Le yoga et la marche rapide ont été, dans mon cas, vraiment efficaces.

4. Les huiles essentielles

Certaines huiles essentielles sont reconnues pour aider à régulariser l’humeur, calmer en cas de stress et d’anxiété, et même favoriser un état de détente. Je m’offrais une séance de diffusion quotidienne d’une trentaine de minutes avec ces huiles :

  • Lavande vraie — Lavandula officinalis (relaxante)
  • Ylang Ylang — Cananga odorata (antifatigue mentale et psychologique, et peut aider à lutter contre les attaques de panique)
  • Mélisse — Melissa officinalis (combat les troubles de l’humeur)
  • Litsée citronnée — Litsea cubeba (antidépressive et favorise le sommeil)
  • Épinette noire — Picea mariana (anti-épuisement)

Je me suis également préparé une huile contre l’anxiété, à appliquer dans le creux du cou, sur les poignets et sur l’estomac (plexus solaire) en cas de trouble anxieux.

 5. Les plantes en concentré ou en infusion

Plusieurs plantes sont reconnues pour aider en cas de problèmes légers à modérés de troubles de l’humeur, de stress et d’anxiété. ATTENTION, si vous êtes présentement sous médication, vous devez impérativement vérifier auprès de votre pharmacien que vous pouvez les consommer, car des interactions avec certains médicaments sont possibles. Par exemple, les plantes qui ont un effet calmant comme la mélisse, la valériane et le millepertuis sont habituellement contre-indiquées avec la prise d’antidépresseurs.

En voici quelques-unes qui peuvent être d’un bon secours, mais une consultation avec un(e) herboriste certifié(e) ou naturopathe peut aider à cibler des plantes qui conviennent mieux à chaque situation:

  • L’avoine (reminéralisante et nourrissante pour le système nerveux)
  • L’ortie (reminéralisante et nourrissante pour le système nerveux)
  • La valériane (favorise le sommeil et aide à calmer en cas d’anxiété)
  • Le millepertuis (aide à surmonter les troubles de l’humeur)
  • L’astragale (adaptogène)

 6. La massothérapie

Ayant pratiqué moi-même la massothérapie, il n’y avait nul besoin de me convaincre des bienfaits de cette approche sur le corps et l’esprit. Dans mon cas, voici la liste des bienfaits que j’ai observés durant les séances ou les jours qui ont suivi :

  • Amélioration de la qualité de mon sommeil
  • Calme et détente
  • Meilleure conscience de mon corps et de mes tensions musculaires
  • Sensation de légèreté (dos)
  • Sensation de décrocher de mon mental pour diriger mon attention sur mon corps durant le massage
  • Augmentation de mon niveau d’énergie au cours des jours suivants

Je vous invite à consulter le site de la Fédération des massothérapeutes du Québec pour plus d’information.

7. Savoir mettre son perfectionnisme et la culpabilité à la porte (lâcher prise)

Ce point rejoint beaucoup un billet qu’a écrit Mélissa ici, au sujet de se donner du lousse pour garder son équilibre.

Parfois, le perfectionnisme et la poursuite d’idéaux de vie peuvent ajouter beaucoup de stress dans notre quotidien, surtout lorsque les contradictions et les bloquants s’accumulent. Nous avons tous un certain niveau d’énergie, des responsabilités quotidiennes, et nous vivons dans une réalité qui fait que parfois, il faut savoir dire #FuckToute pour rester zen, héhé! Essayer, c’est y prendre goût (mais avec modération quand même, haha).

Pour ceux et celles qui vivent de l’épuisement, de l’anxiété et de la dépression, je tiens à vous dire que vous n’êtes pas seul(e)s dans votre situation.

Petite anecdote: une fois, j’ai confié à mes collègues et amies du blogue Les Trappeuses, lors d’une discussion sur Facebook, que j’avais un trouble d’anxiété, et c’est ainsi que nous nous sommes rendu compte que la plupart d’entre nous avaient aussi vécu ou vivaient avec un tel problème. Comme quoi sortir de l’ombre et briser les tabous entourant la santé mentale permet aussi de se rapprocher et permet à d’autres de s’ouvrir. Ça donne l’occasion de se rendre compte qu’on n’est pas seul(e)!

C’est vraiment possible de s’en sortir, à condition d’apprendre à se respecter, à mettre ses limites, à s’écouter et surtout, à condition d’en parler et de ne pas avoir peur d’aller chercher de l’aide extérieure. Ce cheminement permet de développer de précieux outils qui vont servir pour toute la vie par la suite. Je suis de tout cœur avec vous, je sais à quel point ce sont des moments pénibles et sombres.

N’oubliez pas que la situation est temporaire et que le retour vers l’équilibre est imminent. Je vous souhaite de retrouver doucement le chemin vers vous-même et vers ce qui vous fait plaisir dans la vie!

Caroline xxx


Crédits photo:

Caroline Parent

Mariane Gaudreau

Source GIF:

http://moicani.over-blog.com/2014/11/les-cheveux-dresses-sur-la-tete.html

Références :

http://www.mouvementsmq.ca/sante-mentale/definition

http://sante.lefigaro.fr/mieux-etre/sports-activites-physiques/depression-activite-physique/quels-mecanismes

http://www.iusmm.ca/hopital/usagers-/-famille/info-sur-la-sante-mentale/trouble-danxiete-generalisee.html#enfants

http://www.iusmm.ca/hopital/foliewood/faits-et-statistiques-sur-la-sante-mentale.html

http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=psychotherapies_th

http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=meditation_th

https://www.fqm.qc.ca/fr/les-bienfaits-du-massage

http://www.psychomedia.qc.ca/diagnostics/2009-10-04/depression-ou-trouble-de-l-adaptation-avec-humeur-depressive#psychomedia-footer -1— menu

(http://www.cmha.ca/fr/mental_health/comprendre-les-troubles-anxieux/#.WQeVcPk1-Uk

Caroline

Auteure Caroline

Je me décris comme : Moitié sociable, moitié sauvage. Nomade amoureuse de la nature et exploratrice invétérée. Cerveau hyperactif aspirant au mode slow. Ma devise : En a-t-on vraiment besoin? Mon cheval de bataille écolo : Promouvoir une consommation intelligente via une approche globale conscientisée (minimalisme, soins au naturel, réduction des déchets, éthique animale). Mes faiblesses : Ma dépendance au chocolat noir et mon surplus de vêtements. Ma recette DIY favorite : Les produits laitiers végétaux. Je jase de quoi sur le blogue? Notre quotidien est truffé de produits qui sont facilement remplaçables par des produits DIY. Je propose des recettes inspirées de mon quotidien familial.

Les billets de Caroline

Répondre

X