Cet article peut contenir des liens affiliés. Ce qui signifie que nous pouvons recevoir une commission si vous cliquez sur un lien et achetez quelque chose que nous avons recommandé. Bien que cliquer sur ces liens ne vous coûtera pas d’argent supplémentaire, ils nous aideront à maintenir ce site opérationnel! Merci de votre soutien!

On vous parle d’un sujet pas très glamour aujourd’hui : les toilettes et l’hygiène. Parce que, qu’on le veuille ou non, ça occupe une place assez grande dans nos vies et c’est un lieu plutôt important en termes d’empreinte écologique. Selon la très sérieuse World Toilet Organization, nous allons en moyenne 2500 fois par an aux toilettes. C’est pas rien!

Il est relativement simple de faire mieux au p’tit coin, et pour nous, ça passe par le siège bidet (ou une douchette) sur notre toilette! Quessé ça? C’est un petit ajout tout simple qu’on installe sous la lunette de la toilette (le bidet) ou sur le réservoir (la douchette), transformant ainsi cette dernière en SUPER toilette. Tout ça, sans avoir à dépenser une fortune pour vous acheter une toilette japonaise qui chante, ou à troquer complètement votre système pour une toilette à compost. Quoiqu’une toilette à compost avec un siège bidet, ce serait le SUMMUM, haha! Mais restons sur la simplicité et l’accessibilité dans le cadre de ce billet.

Crédit photo : Caroline Parent

Pourquoi on l’a adopté, ce fameux siège bidet? On vous dresse la liste des pour ici :

1. Un arrière-train spic and span, vraiment.

Observons les faits. En rentrant à la maison après une bonne journée de travail et un voyage en métro, que fait-on? On se lave les mains. On ne se contente pas de les essuyer sur une serviette sèche. Et avant de manger, que fait-on? On se lave les mains. On ne les essuie pas sur un morceau de papier sec. On pourrait s’attendre à la même chose pour le trône, non? N’ayons pas peur des mots : se sent-on plus propre en s’essuyant avec un petit boutte de papier sec, ou en utilisant un jet d’eau? Ici, on opte pour l’expérience foufounesque style Bota-Bota. Sincèrement, on en vient à s’ennuyer du feeling de propreté inégalable quand on passe du temps ailleurs que chez soi et qu’il n’y a pas de bidet. C’est pour dire.

« Si un oiseau me faisait caca sur la tête (chose qui m’arrive anormalement souvent), est-ce que je ferais juste essuyer son guano avec une napkin et attendre ma prochaine douche pour laver l’insulte en profondeur? I don’t think so. » — Mariane

2. Une alternative plus écologique au fameux papier-cul

Quant à savoir ce qui est le plus écolo, la question se pose : un siège de toilette ou du papier de toilette? Effectivement, le bidet et la douchette nécessitent de l’eau pour fonctionner, et ils sont presque entièrement composés de plastique, une ressource non renouvelable et difficilement recyclable. Le papier, lui, provient des arbres, une ressource renouvelable, mais dont la coupe déborde souvent sur le bois des forêts anciennes canadiennes, notamment (selon Greenpeace). Qu’est-ce qui est mieux? On n’a pas la réponse, seulement des faits.

« Mais un bidet, ça gaspille de l’eau. »

On aurait peut-être tendance à dire que c’est mieux d’utiliser le papier de toilette. Le rouleau a l’air bien inoffensif comme ça, mais il n’a pas un très bon bulletin. D’un point de vue environnemental, pour la production d’un seul rouleau de papier de toilette, il faut 37 gallons d’eau. Selon National Geographic, 27 000 arbres sont coupés chaque jour pour qu’on ait les fesses relativement propres. On flushe des arbres à la toilette pour nettoyer nos fesses. Hum. Du point de vue économique, on flushe littéralement des sous dans les égouts. Du point de vue de la santé, les agents blanchissants ne sont pas sans conséquence pour le corps. Le bisphénol A, un perturbateur endocrinien, risquerait même d’être dans le papier recyclé.

3. Une économie d’argent

Un des avantages du bidet, c’est qu’on peut remplacer le traditionnel papier-cul par du papier hygiénique lavable. Pour les numéros 1 et les numéros 2. Si vous faites le grand saut, mis à part l’investissement initial (qui peut être presque nul si vous optez pour des lingettes faites maison, avec de vieux t-shirts), vous vous retrouverez avec une dépense récurrente en moins! YEAH! Si vous n’en êtes pas encore là, sachez que l’utilisation d’un siège bidet est tout de même hyper « payante » côté environnement, parce que vous réduisez alors grandement la quantité de papier nécessaire vu que vous n’employez que de l’eau pour vous essuyer. Selon Statistiques Canada, chaque Canadien utilise en moyenne 22 kg par an de papier hygiénique, alors que la moyenne mondiale est de moins de 4 kg par an. On abuse un peu, non? C’est 120 rouleaux de papier hygiénique par an et par personne, et 480 rouleaux pour une famille de 4. C’est beaucoup de rouleaux, ça.

4. Des menstruations 2.0

Pouvoir se nettoyer la vulve facilement après chaque vidage de la coupe menstruelle ou changement de serviette hygiénique lavable, ça n’a pas de prix. Faut le vivre pour comprendre.

5. Un post-partum de rêve

T’sais, la zone de guerre post-accouchement? Faire pipi avec une p’tite bouteille spray pour soulager la douleur quand on a déchiré et que ce n’est vraiment pas agréable, vous connaissez? On est quelques-unes à connaître le feeling ici, et on vous jure que le bidet va RÉVOLUTIONNER vos séances sur la toilette durant la période post-partum. Imaginez un jet d’eau rafraîchissant, en continu, à la force désirée. ALLÉLUIA. Attention de bien régler le jet sur le mode douceur, pour ne pas réattaquer votre war zone sensible.

Crédit photo : Caroline Parent

Concrètement, on vit ça comment?

Marie :

« Ma consommation de papier de toilette a DRASTIQUEMENT diminué. Vraiment. Il me sert maintenant seulement à éponger l’eau, donc j’en utilise très peu chaque fois. Je n’ai pas encore réussi à adopter le papier de toilette lavable, mais ça fait partie de mes plans. Un petit changement à la fois! Je ne me passerais plus de mon siège bidet, le feeling de propreté est inégalable, et sincèrement, je ne comprends pas pourquoi ce n’est pas la norme sur toutes les toilettes. Depuis que j’ai compris le deal, je nous trouve pas mal niaiseux de trouver ça normal de s’essuyer avec du papier sec. »

Laurence:

« La décision d’opter pour le bidet était légèrement émotive (wooow le Japon! Une toilette qui chante! Le siège chauffant!), mais surtout écologique. Malgré une utilisation quotidienne, le nôtre ne montre aucun signe d’usure. On en prend soin et on le nettoie bien comme il faut. Évidemment, le bidet nécessite une dépense, mais si nous faisions le calcul, je suis certaine qu’on constaterait qu’on est rentrés rapidement dans notre argent. On a réduit considérablement notre utilisation de papier de toilette, et le passage vers le papier réutilisable se fera beaucoup plus facilement. »

Mariane:

« J’avais acheté un siège bidet pouvant se connecter à l’eau chaude (plus cher), parce que l’idée de me nettoyer avec de l’eau froide me refroidissait un peu (lol), mais finalement, c’est totalement inutile. Parce que le temps que l’eau chaude arrive à ton derrière, tu as le temps de te laver 5 fois, haha! Sincèrement, on s’habitue vraiment vite à se nettoyer avec l’eau froide. Ça devient vite normal et pas du tout traumatisant. Petit bémol au niveau pratique, si c’était à refaire, personnellement, je prendrais une douchette. Parce que nettoyer un bidet dans une maison avec des chats et deux filles aux cheveux longs quand la toilette est juste à côté du lavabo, c’est ardu. Côté papier : je flirte avec les lingettes lavables, mais seulement pour les pipis. Je n’ai pas encore réussi à renoncer au papier complètement, mais mes besoins et dépenses mensuelles en PQ sont maintenant ridicules.»

On trouve ça où, un bidet?

On en trouve dans plusieurs quincailleries, dans des magasins d’équipements de salle de bain, ou en ligne. Ici, Mariane a opté pour celui de marque HelloTushy, Caroline a un Fresh Spa de la marque Brondell, alors que Marie s’est acheté un siège bidet très basique, mais elle compte se procurer celui-ci pour sa deuxième toilette. Laurence a plutôt opté pour un modèle de marque Biobidet, avec un siège chauffant. Il en existe vraiment une panoplie, pour tous les goûts et budgets! Vous désirez tester la chose avant de faire le grand saut? Il existe aussi des bidets portatifs tout simples.

 Prêt(e) pour le passage du papier rêche au doux jet d’eau du bidet? On veut de vos nouvelles si vous faites le saut! 😉

**Attention : Si vos proches comptent essayer le bidet en toute discrétion, sachez que l’opération a été un échec du côté de notre groupe d’ami(e)s. Ils ont tous émis un petit cri de surprise lorsque le jet a atteint sa cible.

Un grand Merci à Laurence, coauteure de ce billet, pour son aide incroyable à la rédaction de celui-ci! En plus d’être une collaboratrice des Trappeuses, elle a aussi son blogue, Les Cocos Écolos, où vous pouvez la suivre. Les Cocos ont également une page Facebook et un compte Instagram (@les_cocos_ecolos).


Crédit photo : Merci à Caroline Parent, qui a réussi un miracle, soit rendre magnifiques des photos de toilettes. 

Sources :
http://www.rcinet.ca/fr/2017/09/02/les-canadiens-sont-ils-vraiment-plus-propres-que-dautres/

World Toilet Organization

Greenpeace

Marie

Marie

Je me décris comme : Une maman, amoureuse, féministe, directrice d'un organisme, intense et résolument grano/sorcière. Ma devise : Tout, tu-suite, maintenant. Mon cheval de bataille écolo : Trouver l'équilibre entre mes valeurs écologiques, notre société de consommation et mon bien-être. Mes faiblesses : Le sucre et le sel. Autant j’adore mon panier bio, autant j’ai zéro self-control avec les cochonneries. Rien de bon pour ma santé, ni pour l’environnement. J’essaie fort d’arrêter. Ma recette DIY favorite : Le liniment oléocalcaire. Tellement polyvalent! Je jase de quoi sur le blogue? Un peu de tout. Quand c’est possible, j’aime ajouter une petite twist scientifique!

2 commentaires

  • Lou dit :

    On « flushe » des arbres, oui, mais le pire, papier ou pas, c’est qu’on fait nos besoins dans de l’eau POTABLE (en tout cas, chez moi)!
    Reste plus qu’à brancher le bidet sur la citerne d’eau de pluie (lorsque c’est possible) :-)

Écrire un commentaire


X