Des articles ménagers durables pour remplacer leurs équivalents jetables, ça vous dit?

P.-S. Certains produits mentionnés dans cet article ont été gracieusement offerts par Omaïki et Kliin, mais les opinions énoncées dans cet article sont entièrement celles de l’auteure.

***

Plusieurs objets qu’on utilise quotidiennement à la maison peuvent avoir un impact indésirable sur l’environnement à long terme, sans qu’on s’en rende vraiment compte. Ils font partie de nos vieilles habitudes, quoi! L’idée ici n’est pas de se culpabiliser ou de diaboliser les objets de notre maisonnée (#flexibilitéFTW), mais plutôt de se questionner et de proposer des solutions faciles, accessibles et durables. Après avoir récemment scanné l’entièreté de mon appartement, je me suis rendu compte que j’avais tourné certains coins ronds sans m’en apercevoir, malgré mes efforts pour faire des choix écoresponsables. Hehe. Il me reste encore une ou deux éponges jaunes et vertes du Dollarama qui se retrouveront à la poubelle (mmfffff), mais bon, maintenant que j’ai une éponge quasi indestructible, je n’en rachèterai plus.

Faut se rappeler que pour réduire notre empreinte écologique, CHAQUE P’TIT GESTE COMPTE. Ça peut même être de se refuser le luxe d’une boîte de Kleenex et d’utiliser un bon vieux rouleau de papier de toilette 100 % post-consommation, tsé.

Je vous fais donc découvrir 6 objets du quotidien très faciles à remplacer par des alternatives durables, voire glamour, qui vous donneront envie de reléguer aux oubliettes vos « vieilles » habitudes!

Crédit photo : Audrey Woods

P.-S. Les trois premiers articles recommandés dans cet articles proviennent de la gamme Höm de l’entreprise Omaïki, qui me les a gracieusement offerts au moment de leur mise en marché. La qualité des produits d’Omaïki, signés Anouk Bélanger et Ariane Delorme, est toujours impeccable et laisse transparaître un travail de conception méticuleux. Non seulement leurs produits sont conceptualisés et fabriqués au Québec, mais les fibres utilisées sont aussi LOCALES. 

1. Les mouchoirs

Pas de panique, je ne vous suggère pas de troquer vos bons vieux Kleenex pour une feuille d’arbre ou une poche de jute… haha. Mais plutôt avec des mouchoirs en tissu.

Quand j’étais p’tite, je trouvais ça ben drôle de voir grand-papa sortir son mouchoir en tissu bleu picoté blanc de sa poche pour se moucher. Aujourd’hui, je le trouve plutôt intelligent, mon grand-pop’.

Crédit photo : Omaïki

Le mouchoir lavable est un réel must pour s’éponger la goutte du nez au printemps, à l’été, à l’automne et à l’hiver. Fini, le mouchoir croustillant qui s’effrite dans les poches. J’ai particulièrement apprécié les mouchoirs Omaïki pour leur douceur, leur capacité d’absorption, sans parler des motifs! Côté durabilité, à moins que vos mouchoirs ne rejoignent l’espace parallèle où se trouvent vos bas perdus, ils serviront pendant des années! Psst, psst : plus ils sont lavés, plus le tissu s’assouplit et plus il devient doux pour les parois nasales. Quel plaisir.

Si vous n’avez pas encore fait le saut vers les mouchoirs lavables, vous avez l’embarras du choix, car il existe localement une multitude de compagnies qui en fabriquent. Vous n’avez donc aucune excuse côté accessibilité, haha! Les fabricants locaux créent des designs toujours plus mignons les uns que les autres, ce qui donne un petit côté charmant au mouchoir lavable. Je vous recommande de zieuter sur Internet les produits OmaïkiDoo Confections, 4MoustiqueS et Öko Créations.

Le mouchoir lavable n’est pas votre truc? Pas de panique, vous pouvez quand même vous vider les fluides nasaux de manière écoresponsable en période de rhume.

Tournez-vous vers des compagnies locales comme Cascades, qui ont une démarche écoresponsable et qui offrent des produits réalisés à partir de fibres 100 % recyclées. Saviez-vous que la populaire marque Kleenex utilise majoritairement des fibres non recyclées? Se moucher avec la forêt boréale, non merci. Faut se rappeler que l’industrie du mouchoir occupe à temps plein des multinationales qui font d’immenses profits avec leurs milliards de mouchoirs vendus. Eh oui, un nez qui coule, ça paye, pis ça coupe des arbres!

2. Les pads démaquillants

Y a-t-il vraiment eu une époque où je me démaquillais et me nettoyais le visage avec autre chose que des pads démaquillants lavables? Hello, les 80’s.

Dans la même lignée que les mouchoirs, les tampons démaquillants lavables éclipsent DE LOIN leurs équivalents jetables par leur douceur, leur durabilité et leur qualité. Ai-je besoin de vous rappeler l’impact environnemental HORRIBLE du coton conventionnel sur l’environnement

Crédit photo : Omaïki

J’ai toujours détesté les pads en coton jetables avec leurs p’tites mousses qui se ramassaient toujours dans mes yeux. Gros contraste avec les produits durables, qui sont tout doux pour le visage, les yeux et l’environnement. Les pads d’Omaïki que j’ai testés sont plus doux que des fesses de bébé… Just saying.

Comme pour les mouchoirs, les entreprises locales qui fabriquent des tampons démaquillants sont nombreuses : Öko Créations, Marie-fil, pour n’en nommer que quelques-unes.

Astuce

Les pads tachés de maquillage vous rebutent ? C’est vraiment pas compliqué de leur redonner leur propreté originale. Comme astuce de lavage, vous pouvez garder à proximité de votre lavabo de salle de bain un savon détachant (comme le Madame Blancheville de la Savonnerie des Diligences) pour frotter votre pad sale avant de le faire sécher, en attendant la journée du lavage. Ça prend réellement 2 secondes et ça les garde comme neufs. Pour les taches tenaces, un petit trempage au percarbonate de soude fera l’affaire!

3. Le papier de toilette

Plusieurs des compagnies nommées plus haut offrent aussi du papier de toilette lavable. Pour une option plus économique, on peut toujours aussi redonner une deuxième vie à nos débarbouillettes de bébé… haha.  

J’aime vraiment BEAUCOUP la douceur du tissu des papiers de toilette lavables d’Omaïki, ainsi que leur format et épaisseur. C’est comme s’essuyer avec un papier jetable en soie bio 10 épaisseurs tissé par des vers à la pleine lune : le tissu est assez mince et long pour pouvoir être replié une fois sur lui-même et n’irrite pas du tout la région du périnée comme pourrait le faire le papier jetable cheapette.

Crédit photo : Omaïki

« Les autres affaires, je veux bien. Mais le papier de toilette, ça atteint ma limite psychologique… », soupirez-vous. Je vous entends. Si utiliser du papier de toilette lavable vous extirpe votre zone de confort plus violemment qu’un changement subit de température dans la douche, j’ai quelques astuces qui peuvent rendre son utilisation attrayante et confortable. Je vous jure.

Astuce 1

L’utiliser seulement pour les pipis et disposer ensuite du papier de toilette lavable dans un panier réservé à cet effet en attendant le lavage.

Astuce 2

L’utiliser en combinaison avec un bidet. Ark, un bidet? Ne-non! Le bidet rend non seulement l’utilisation du papier de toilette lavable possible pour les #2, mais il vous permet d’avoir le popotin propre 100 % du temps, un avantage non négligeable. Oui, ça nous fait utiliser de l’eau, mais le peu qui est nécessaire à l’utilisation du papier de toilette lavable (bidet + lavage) comparativement à la quantité d’eau nécessaire pour fabriquer du papier de toilette, c’est une goutte dans l’océan.

Crédit photo : 4MoustiqueS

Perso, je ne possède pas de bidet et utilise mon papier de toilette lavable seulement pour le pipi. Constat : ça sauve quand même beaucoup de papier de toilette jetable sur le long terme! Psst, psst, 4MoustiqueS offre un distributeur à papier de toilette lavable et jetable qui facilite leur utilisation combinée. WOW! Je ne me suis pas encore procuré cet objet, mais ça me parle vraiment.

Vous n’êtes pas prêt(e)s à faire le saut vers l’option lavable ? Même combat que pour les mouchoirs : optez pour le papier de toilette Cascades Fluff Enviro fait à 100 % de fibres recyclées.  

4. Les essuie-tout

Je n’ai jamais réellement consommé d’essuie-tout conventionnels. Comme ma mère, j’ai toujours préféré opter pour une guenille en tissu qui fait selon moi mieux la job qu’un bout de papier. Mais si vous êtes une/un adepte de cet objet, sachez qu’il existe plusieurs options durables. L’entreprise québécoise Kliin offre une lingette absorbante lavable jusqu’à 300 fois, faite à 100 % de fibres végétales et compostable en fin de vie. Oui, oui, après seulement 28 jours, votre essuie-tout écolo sera décomposé. C’est-tu pas extraordinaire, ça?!? Oubliez les Scott Towels jetables qui abîment nos forêts, et « kliinez » vos surfaces de façon écoresponsable (wink, wink).

Crédit photo : Marie Beaupré

Crédit photo : Marie Beaupré

Nous avons eu la chance de tester récemment les magnifiques essuie-tout de cette compagnie (coup de cœur pour la collection réalisée en partenariat avec Darvee!). #produitoffert La quantité de liquide que peut absorber une seule lingette est hallucinante. Ça rend le nettoyage vraiment agréable et c’est multifonctions, comme on aime. C’est vraiment un genre d’hybride entre la guenille et l’essuie-tout. Bon pour la cuisine, les vitres, la salle de bain, le garage, le patio…

Crédit photo : 4MoustiqueS

4MoustiqueS et Petit Poh offrent des essuie-tout lavables, dans un format « rouleau » de tissu gaufré et/ou absorbant (les motifs des tissus sont troooooop beaux).

5. Éponges/brosses pour la vaisselle

Qui a encore des éponges synthétiques jaunes et vertes à la maison? Moi. Ma résolution : les utiliser et ne plus jamais en acheter. Cette fameuse icône du ménage existe depuis les années 60 et est faite de mousse de résine, un dérivé du pétrole, mélangée à des produits chimiques. Certaines sont faites de cellulose (pulpe de bois) et de coton, mais le plus souvent, elles sont enduites de produits toxiques, et donc non compostables. 

Opter pour des objets durables ou compostables est vraiment le meilleur choix qu’on puisse faire pour l’environnement. En plus, ces options pullulent aujourd’hui sur le marché et il y en a pour tous les goûts!

Je pense aux très cutes tampons à récurer de La Capitaine Crochète :

Crédit photo : La Capitaine Crochète

Aux tampons plats à récurer World’s Best (Mariane a utilisé le sien pendant près d’un an!) :

 

Crédit photo: Twisted Goods

 

Aux éponges luffa éco&éco :

Aux tampons à récurer en fibre de noix de coco Safix :

Crédit photo : éco&éco

Aux brosses à vaisselle à tête rechargeable Redecker :

Crédit photo : The Unscented Company

6. La brosse à dents

Objet que les dentistes recommandent de changer tous les 4 à 6 mois environ, la brosse à dents se retrouve bien vite à la poubelle! La brosse en bambou est une belle alternative écologique aux brosses en plastique. Plusieurs marques locales existent sur le marché et, comme elles ont toutes leurs particularités, il y en a pour tous les goûts.

Crédit photo : BKIND

On aime particulièrement les brosses à dent Planète BambouLa tête de la brosse proposée par la même compagnie est facilement cassable après usage. On peut donc aisément mettre le manche au compost quand la brosse n’est plus utilisable. On aime aussi la brosse BKIND qui est faite de poils infusés au charbon activé, ce qui leur ajoute un effet antimicrobien. Plutôt original!

Une autre option est la brosse à dents Lamazuna à tête rechargeable. Conçu en bioplastique, le manche est fait de fibres à 70 % végétales. Lorsque la tête est en fin de vie, suffit de la remplacer par une nouvelle :). Même si la brosse contient du plastique, on évite ainsi la fabrication d’une nouvelle brosse à dents chaque fois qu’on remplace la tête! Bonjour le durable!

***

Vous pouvez trouver tous les articles durables mentionnés dans ce billet (et plus encore) dans les boutiques écologiques près de chez vous ou en ligne. En plus de faciliter la vie en nous faisant moins aller au magasin, le fait d’opter pour des alternatives lavables et durables a sans contredit un impact POSITIF sur la santé de l’environnement, celle des humains et celle des animaux! Et si faire attention à notre empreinte écologique est la meilleure des raisons, ne plus avoir de vieux mouchoir croustillant qui s’effrite dans sa poche de manteau est aussi ben le fun.

Audrey xx

 

_________

Sources :

https://giphy.com/gifs/season-12-the-simpsons-12×6-l2Jef9d2NFRBajXNe

http://metro.co.uk/2017/05/31/all-the-friends-characters-ranked-from-terrible-human-to-someone-youd-actually-be-friends-with-6655913/

https://www.consoglobe.com/mouchoir-papier-vs-mouchoir-tissu-3916-cg

https://www.consoglobe.com/eponge-face-qui-gratte-environnement-cg

Woody

Woody

Je me décris comme : Passionnée de tout ce qu’offre la nature, amoureuse des artisans et artistes locaux, de mon chum et de la bonne bière. Ma devise : Rire (ou : Mieux vaut prévenir que guérir). Mon cheval de bataille écolo : Acheter le plus local possible, équitable et bio. Mes faiblesses : Très désorganisée, avec une mémoire d’oiseau et pleine de contradictions. Ma recette DIY favorite : Le déo naturel. Je me sens indépendante face aux grandes industries cosmétiques depuis que je le fabrique moi-même. Je jase de quoi sur le blogue? De plein d’affaires, mais surtout de recettes DIY.

2 Comments

  • Annie-Claude Murray dit :

    Merci Audrey Woody! Il y avait des objets que je ne connaissait pas dutout car, perdu dans le fin fond de ma campagne profonde, il y a juste le cercle des fermières pour me fournir en tites mopettes coton écolo fabriquées main! Je retiens particulièrement les brosses à vaisselle à tête interchangeables!
    Bisous!

Leave a Reply

X