fbpx

Parce qu’on a d’autres chats à fouetter et parce qu’on « fait notre part » en recyclant, on sort les sacs à vidanges sur le bord du chemin et c’est réglé. « Bon débarras », quelqu’un gère ça à notre place. Ça libère la conscience, mais lorsqu’on connaît un tout petit peu mieux les dessous de la gestion des déchets et du « recyclage » au Québec, il devient plus difficile de faire l’autruche. Les Québécois seraient parmi les plus grands générateurs de déchets au monde, avec en moyenne 285 kilos de déchets résidentiels annuels par tête.

C’est la faute à quoi? À nos choix!

En tant que consommateurs, nos choix ont une incidence directe sur notre environnement, notre économie, notre santé et les pratiques de l’industrie. Acheter ce n’est pas seulement voter. C’est notre pouvoir de nuire à la société ou de la guérir. (J’ai besoin d’un sac pour mes achats, je prends un sac de plastique et je dis à l’industrie: « J’aime les sacs en plastique, continuez à en fabriquer! », ou je le refuse et ça s’arrête là.) Et si on jouait d’un peu plus de lucidité pour améliorer la situation?SAMSUNG

La solution: la réduction pure et simple des déchets, à la source, via nos habitudes. Surtout qu’au bout du compte, on en vient à sauver du temps et de l’argent (individuellement et collectivement). Rien de trop beau et de plus vrai!

Certain(e)s me diront: « Ouais, mais t’as pas d’enfants toi et t’es une artiste! T’as le temps! » À cela je réponds que vous avez raison, que ça me permet entre autres d’écrire ce blogue, et qu’hier j’ai entendu à la conférence de Béa Johnson (Zero Waste Home) le témoignage d’une mère de 3 enfants qui relève le défi Zéro Déchet depuis deux ans et qui n’avait pas le toupet gras! Hehe.

L’important ce n’est pas de se comparer ici, mais de faire ce qui nous tient à cœur et de s’entraider dans nos démarches!

(Photo: déchets annuels de la famille Johnson)

Étape #1

Si ce n’est pas déjà fait, prenez une mini seconde pour connaître l’introduction de cette série, juste ici.

Étape #2

La recette: Celle qui permet de faire glisser le processus de réduction des déchets dans nos vies comme du beurre dans la poêle. Les ingrédients sont peu nombreux, mais ils sont les assises du succès. Le mieux est de se les faire tatouer dans le cerveau, comme des « notes à soi-même » permanentes! On garde donc en tête que:

fearless-records-headerNos actions quotidiennes, souvent devenues des automatismes, tranquillement se transforment sous nos yeux. En émergent alors de nouvelles habitudes qui ont beaucoup plus de sens et à cela s’ajoute tout un volet créatif. En somme, nos vies en sont grandement enrichies!

Par où commencer?

Actuellement, seulement 20% de la population mondiale consomme 80% des ressources naturelles planétaires. En ce sens, le principe de Pareto utilisé pour améliorer les choses importantes avance que 80% des effets sont le produit de 20% des causes. On aurait donc besoin que de 20% de ce que nous possédons afin d’arriver au même résultat d’efficacité (et de jouissance!) dans nos activités quotidiennes. Nous savons que nous sommes tous contraints à devoir vivre avec moins, mais l’idée ici est de chercher à mieux vivre avec moins! Débutons donc par la pièce la plus importante.

Parce que, mis à part ceux et celles qui ont leur entreprise de création à la maison – à moins que vous soyez extrêmement productif(ve) dans la chambre à coucher ou que vous souffriez d’un TOC de changement de couches (non lavables!) de votre bébé hehe ‒­ en général, c’est pas mal dans la cuisine qu’on retrouve la plus grosse poubelle.

Je vous convie donc dans cette pièce afin d’amorcer notre cure minceur. Et si ça se trouve, au bout d’un certain temps, notre poubelle de cuisine ressemblera à celle de la chambre d’invités!

DANS LA CUISINE

Quoi de mieux que le printemps pour faire une détox! Celle qui nous intéresse ici débute par le fait de créer de l’ESPACE. Un espace que l’on ne cherchera toutefois pas à remplir par la suite. Ça n’a rien de douloureux, bien au contraire et c’est la base de la vraie « simplicité volontaire »! L’espace créé engendre un sentiment de liberté et l’action volontaire, un bien-être et de la fierté. Ainsi, en réduisant nos possessions, nos habitudes de consommation futures se transforment. On refuse de plus en plus, on achète de moins en moins, on peut alors se permettre de miser sur davantage de qualité, tout en ayant une conscience accrue en ce qui concerne nos besoins, choix et gestes. Sur ces belles paroles: DÉSENCOMBRONS!

IMG_6789

On se débarrasse des nombreux outils de cuisine dont nous n’avons pas réellement besoin. Si tu ne t’en sers pas au moins une fois par 3 mois, c’est que tu peux t’en passer et donc, t’en débarrasser! Ceci étant dit, nous serons nombreux à désormais offrir autre chose que de la fondue ou de la raclette à nos convives! Et d’autres pourront en profiter et potentiellement en faire un meilleur usage. Ainsi, on gagne à ne plus accorder de temps à l’entretien de ces objets (souvent voués à briser), à gérer l’entreposage et la poussière et à chercher ce dont on a réellement besoin (le bon ustensile dans le tas d’ustensiles). Bref, on économise notre énergie, notre argent, on diminue nos soucis et on offre à notre esprit un plus grand sentiment de liberté.

Plus on a de gadgets, plus on perd le contact avec les aliments. On peut très bien vivre sans essoreuse à salade, rouleau à pâte, emporte-pièce, couverts supplémentaires, gadgets que ta grand-mère n’avait pas et petits électros. Tout ceci peut être remplacé par ce qu’on possède déjà. Un peu d’imagination, sinon, on trouve tout sur les Internets!

IMG_6804IMG_6805IMG_6807IMG_6806

Se restreindre dans sa consommation et se défaire de l’inutile – et encore mieux; se passer de certaines choses qui « pourraient, à un moment donné » nous être utiles –, ne soustrait rien à notre bonheur et à notre qualité de vie. Au contraire, ils n’en sont qu’améliorés. On nous a fait croire qu’on avait besoin de centaines de gadgets pour vivre mieux. On réalise maintenant le poids de nos choix sur notre environnement, ainsi que sur l’avenir et les valeurs de nos enfants. Changeons donc notre façon de laisser entrer de nouvelles choses chez nous!

À suivre…

Les billets à paraître, notamment le prochain à suivre dans deux semaines, vous fourniront une foule d’idées créatives, d’alternatives à nos réflexes de consommation, de propositions d’outils de cuisine écoresponsables, etc. De quoi vous aider à compléter votre désencombrement et poursuivre votre démarche.

IMG_6872

Un petit pas devant l’autre

Pour ceux et celles qui débutent, je trouve important d’y aller tranquillement, un geste à la fois. Comme il s’agit d’une série, les billets qui suivront vous permettront de découvrir un MONDE de possibilités! Dans cette optique, la jugeote, l’ingéniosité et la créativité sont au rendez-vous.

Ainsi, peu importe votre degré de connaissances sur le sujet, je vous invite chaleureusement à vous exprimer, et ce, tout au long de la série, en posant vos questions et en apportant vos idées et suggestions! Et si vous appréciez, n’hésitez pas à contribuer à accroître le mouvement en partageant les billets sur les médias sociaux. Se rapprocher du Zéro Déchet est une mission vraiment très plaisante, cohérente, et qui engendre beaucoup de satisfaction. Voyez par vous même!

Joyeux printemps!

Références (visitez les liens!):

Béa Johnson et son livre: Zéro Déchet, publié aux Éditions Transcontinental (2014), sont une grande source d’inspiration pour mon cheminement et l’écriture de mes billets.

Zero Waste Home : www.zerowastehome.com/p/tips.html

Trash is for Tossers: www.trashisfortossers.com/p/about.html

Cradle to Cradle, Créer et Recycler à l’infini: www.editionsalternatives.com/site.php?type=P&id=1010

Zone Doc; La province poubelle: www.youtube.com/watch?v=TaI3ljyEw2o#t=3173

Gestion des déchets: http://poubelleprovince.radio-canada.ca/Etat-des-lieux/Quebec

Statistique Canada: www.statcan.gc.ca/pub/16f0023x/2006001/5212375-fra.htm

Mieux vivre avec moins: http://liege.mpoc.be/livres/Question-Sante_vivre-mieux-avec-moins_20p_2011.pdf

Pensez au principe de Pareto pour améliorer les choses importantes: http://jeanpierredube.com/blog/2013/08/30/principe-de-pareto/

 

 

Chantal

Auteur Chantal

Je me décris comme : La partie féminine de Saratoga, écolo, créative, artisane, entrepreneuse, amoureuse des vieux objets, toujours coiffée pareil, souvent naïve. Ma devise : Faut faire quelque chose. Mon cheval de bataille écolo : Recréer un mode de vie plus harmonieux et durable et donner le goût au monde d’embarquer. Mes faiblesses : Le sport, la lecture, me souvenir de ton nom, me souvenir... tout court! Ma recette DIY favorite : Le déo au lait de magnésie et huiles essentielles. Je jase de quoi sur le blogue? De réduction significative des déchets et de comment rendre cette simplicité volontaire facilement applicable au quotidien. [Retrouvez Chantal ici : http://www.saratogamusique.ca/]

Tous les billets de Chantal

Rejoindre la discussion 10 commentaires

  • Les DH dit :

    J’adore! Je commence dès ce weekend dans ma cuisine!

  • Jean Vaugeois dit :

    Je serais extrêmement surpris que votre famille se soit soucié de son empreinte écologique bien avant que l’on parle de simplicité volontaire. Henri David Thoreau qui a vécu au 19 siècle à été un des principaux penseurs de ce mode de vie

    Faut faire attention quand on prends la parole publiquement, la vie ne viens pas d’être inventé à ce moment.

    Par ailleurs, je trouve votre billet très intéressant et je pense qu’il fera oeuvre utile. La simplicité volontaire ce n’est pas seulement un concept intellectuel pour intellectuel avec des recettes toutes faites. C’est un esprit , un mode de vie qui demande d’examiner nos gestes quotidiens. Votre bloque saura sûrement contribuer à cette réflexion.

    • Chantal dit :

      Merci pour la précision. L’idée n’était pas de remonter aux sources du concept de simplicité volontaire, mais plutôt de sa remise au « goût du jour » pour notre époque, notamment grâce aux publications de Serge Mongeau sur le sujet il y a quelques années. Au même titre que le tofu est un aliment qui ne date pas d’hier, et pourtant, il en est souvent question comme d’une nouveauté. Merci du temps accordé à la lecture de ce billet!

    • Henri Jacob dit :

      Cher M. Vaugeois,

      Q.q. précisions.

      Évidemment je n’ai pas vécu au 19e siècle avec Thoreau , j’ai lu son livre « Walden » qui décrit son expérience de vie de 2 ans dans une petite cabane dans les bois.

      Ma mère, la grand-mère de Chantal, réduit sa consommation,réutilise, récupère et recycle depuis plus de 80 ans, bien avant que se soit une mode.

      J’ai, par ailleurs, vécu durant 10 ans dans les mêmes conditions que Thoreau, sans électricité et sans eau courante dans les bois, malheureusement, je n’ai pas écrit sur mon expérience.

      Faut faire attention quand on veut faire la leçon publiquement.

      Bravo Chantal pour ton billet et les suivants. Je suis fier de toi.

      Solidairement
      Ton oncle Henri

  • Bonjour ,

    Nous avons justement entrepris un virage 180degré ici …(bon mettons 90) car nous fesions déjà plusieurs trucs à la maison. Mais le mois d’avril est l’étape épuration pour nous. WOW j’adore, disons que je vais repasser mes armoires une fois de plus je suis certaine que je vais trouver encore des choses non utiles qui feront plaisir à d’autre…. Votre site est une petite mine d’or pour notre famille! Merci

  • Pamela dit :

    Nous venons aussi tout juste de commencer a épuré.. en fait non c’est pas vrai, j’ai l’idée d’épuré et j’ai peur hehe Mais suite a l’écriture de mon commentaire, je me »garoche » dans la cuisine. Pour nous, notre première étape est de ce débarrassé du sur emballage. J’ai trouvé un endroit de vrac, tout près de chez moi, qui nous permet d’utiliser nos propres contenants et qui nous offre un beau gros 15% de rabais lorsque nous achetons des produits avec nos contenants. L’expérience fut agréable (première fois ce matin) et définitivement a refaire. 14$ pour 4 pots massons remplie de Quinoa, riz, couscous et amandes! Je fait la lecture du blog et trouve des articles très intéressant, celui ci entre autre ;). Un pas a la fois, nous ne savons pas si nous nous renderons a un beau gros 0 déchets mais, qui sais?

  • Cara dit :

    Bonjour! Depuis un certain temps, je me renseigne de plus en plus sur le zéro déchet et je commence à mettre davantage de trucs en application dans mon quotidien et ça me rend très fière! L’article me rejoint beaucoup et je vais le faire lire à mes proches car ce n’est pas toujours évident de trouver les bons mots pour expliquer ce nouveau mode de vie.. Et là dans l’article c’est si clair! Merci! ☺️
    P.s j’adore votre blog

Répondre

X