Ils sont faits de plastique, de céramique, de verre et même de bambou. Leurs teintes varient du noir élégant au blanc épuré en passant par les teintes de bois. Les diffuseurs d’huiles essentielles ont la cote en ce moment et de nombreux modèles existent sur le marché. Afin d’y voir plus clair, voici un petit guide pour mieux s’y retrouver et faire un bon choix. On prend une grande respiration… et c’est parti!

Pourquoi diffuser des huiles essentielles?

La diffusion permet de libérer de très fines particules d’huiles essentielles (HE) dans l’air, lesquelles font ensuite leur chemin dans notre corps, par les voies respiratoires. Si certaines personnes diffusent des huiles essentielles pour parfumer une pièce, les bénéfices de la diffusion vont beaucoup plus loin qu’une odeur de frais! Ses avantages sont nombreux : que ce soit pour faciliter la respiration lors d’une sinusite, se calmer le pompon en période de stress ou, au contraire, stimuler nos facultés cognitives, il s’agit d’une méthode peu coûteuse à long terme, facile d’utilisation et qui comprend peu d’effets secondaires… à condition de choisir la bonne!

Précision : la diffusion d’huiles essentielles est plus sécuritaire que l’application cutanée ou l’ingestion des HE, fortement déconseillées pour les femmes enceintes et les enfants. Renseignez-vous auprès d’un aromathérapeute avant de diffuser des HE, surtout si vous avez une condition de santé particulière. De même, n’utilisez pas votre diffuseur lorsqu’il y a un enfant dans la même pièce et limitez le temps de diffusion à une dizaine de minutes maximum.

Les appareils chauffants : sauve qui peut!

En 1898, un employé de pharmacie, Maurice Berger, met au point un système permettant de parfumer les pièces avec un brûleur dans le but d’assainir l’air souvent contaminé des hôpitaux. Au fil des ans, son invention gagne en popularité et devient une pièce de collection luxueuse utilisée dans les maisons des gens fancy de l’époque. Plus de 100 ans après sa création, la lampe Berger se vend toujours à des centaines de milliers d’exemplaires chaque année.

Mais aussi populaire soit-elle, la lampe Berger aurait son lot d’effets négatifs. Une étude publiée en 2008 par le magazine français Que choisir mentionne la présence de particules cancérigènes et allergènes résultant des émanations d’huiles essentielles chauffées, notamment le formaldéhyde et le benzène. La lampe Berger ne serait donc pas meilleure que les aérosols aux parfums synthétiques de style Febreeze. Ouch! Bon, je sais que j’en déçois plusieurs avec cette information, mais il faut noter qu’il s’agit d’une seule étude, parue il y a quelques années; d’autres recherches seront donc nécessaires afin de mieux identifier les risques réels.

En attendant, si vous choisissez de vous tourner vers les bougies, tenez-vous loin de celles faites de paraffine, un ingrédient issu du pétrole. Ces chandelles colorées et fortement parfumées polluent la plupart du temps l’air, en plus d’être allergisantes pour certaines personnes. Mon conseil : au lieu de remplir votre chambre d’odeurs de confiseries cheap, ouvrez donc une fenêtre!

Le brumisateur ultrasonique : pour une ambiance zen

Si le nom fait penser à une pièce de vaisseau spatial (mouhaha), le principe est plus simple que d’aller faire un tour dans l’espace : on ajoute un peu d’eau dans le récipient (ou de l’hydrolat si on veut une odeur plus forte) et quelques gouttes d’HE. Une pastille au fond du contenant va émettre des ultrasons, permettant au liquide d’être pulvérisé sous forme de brume dans l’atmosphère. On peut même y ajouter un peu de lumière. C’est (presque) comme un spa dans ton salon!  J’ai opté pour le modèle O’Me de la compagnie Aliksir, conçu au Québec. Je le trouve super cute avec son boîtier en bambou! Son prix : autour de 69 $.

Son grand avantage est qu’il ne chauffe pas les huiles essentielles, leur permettant ainsi de conserver leurs propriétés thérapeutiques. C’est un mode de diffusion silencieux et très doux, idéal si vous avez de jeunes enfants ou des animaux à la maison. Par contre, vu la douceur de la diffusion, si vous voulez chasser les mauvaises odeurs que vos ballonnements ont causées chez votre nouvelle date, c’est peut-être pas le meilleur moyen. Pour la salle de bain, vaut mieux se fabriquer un vaporisateur « sent-bon » avec de l’alcool et quelques gouttes d’HE dans ce cas. L’honneur est sauf!

Les nébulisateurs : pour les passionnés d’huiles essentielles

Là, on niaise plus. Les nébulisateurs, c’est du sérieux : en quelques minutes seulement, ils diffusent les huiles essentielles dans toute la pièce et leurs effets thérapeutiques se font ressentir assez rapidement. Les nébulisateurs fonctionnent aussi à l’aide des ultrasons, mais ils ne nécessitent pas d’eau. Il suffit simplement d’ajouter quelques gouttes d’HE et de diffuser une dizaine de minutes tout au plus.

Ce n’est que tout récemment que j’ai acheté mon premier nébulisateur, un modèle en verre conçu au Québec par la compagnie Zayat Aroma… en forme de colibri! Il fallait voir mon excitation quand j’ai ouvert le paquet; je devais être aussi énervée qu’une ado de 17 ans qui réussit à rentrer dans un bar avec sa fausse carte (histoire vécue à de nombreuses reprises… mais on s’égare).

Non, mais quelle beauté! J’ai pu l’essayer alors que j’avais le rhume. En quelques minutes, j’ai senti mon nez se déboucher avec une diffusion d’eucalyptus. Le seul bémol est son prix, très souvent au-dessus de 100 $. Mais pour l’équivalent de six bouteilles de vin, c’est un investissement qui en vaut largement la peine selon moi et qui va durer, à condition de l’utiliser régulièrement et d’en prendre soin.

Quelques synergies intéressantes d’huiles essentielles

Généralement, on diffuse d’une à trois huiles essentielles à la fois et jamais pendant plus d’une vingtaine de minutes consécutives. Certaines HE sont déconseillées pour la diffusion, car elles sont gommantes ou irritantes, comme la cannelle ou la menthe poivrée en trop grande concentration. C’est aussi possible d’acheter des mélanges déjà embouteillés, mais libre à vous d’expérimenter dans le merveilleux monde olfactif!

*Attention : l’eucalyptus radiata ne convient pas aux personnes asthmatiques.

  • Pour relaxer avant de se coucher : lavande, orange, mandarine, camomille
  • Pour augmenter sa concentration : romarin, citron, pin sylvestre
  • Pour éloigner les insectes : géranium, eucalyptus citronné,lavande
  • Pour les nostalgiques des années 70 : patchouli (croyez-en mon expérience : ça sent très fort!)
  • Pour une odeur divine : lavande, bergamote et laurier noble. J’ai fait cette synergie un peu par hasard, mais je l’ai a-do-rée. Le mélange d’effluves floraux, sucrés et frais en fait mon mélange préféré à ce jour.

Combien ça coûte?

Les prix varient énormément d’un modèle à l’autre et se situent généralement entre 45 et 170 $. Pas besoin d’acheter le plus dispendieux pour avoir un diffuseur de bonne qualité, hein! Les facteurs qui vont influencer le prix seront le nombre d’options (éclairage, temps de diffusion), les matériaux de fabrication et le design.

Où est-ce que ça s’achète?

Les magasins de santé naturelle en proposent souvent, tout comme les herboristeries. Si vous habitez dans une région éloignée, le commerce en ligne sera votre meilleur ami. On en profite pour encourager les compagnies québécoises qui en vendent comme Aliksir, Zayat AromaKamelya et Spherebrooke notamment.

Bonne diffusion, les granochics!

Stéphanie

 

Sources :

https://fr.lampeberger.ca/les-origines

https://aliksir.com/fr/diffusion.html

http://www.spherebrooke.com/index.php?productID=5680

http://vieenvert.telequebec.tv/sujets/555/chandelles-a-la-paraffine

https://www.quechoisir.org/dossier-desodorisant-d-interieur-t287/

https://www.huiles-et-sens.com/fr/guide-huiles-essentielles/8_huiles-essentielles-pour-diffuseur.html

https://www.aroflora.com/blog/diffuseurs/diffuseur-d-huiles-essentielles-lequel-choisir

https://plante-essentielle.com/la-recherche-du-diffuseur-dhuile-essentielle-parfait-comparatif/

Stéphanie

Stéphanie

Je me décris comme : Souriante et cynique, curieuse et gourmande. Ma devise : C’est mieux que rien! Mon cheval de bataille écolo : Les cosmétiques sécuritaires, l’alimentation sans viande, le suremballage (ça suffit, les pamplemousses emballés dans du plastique!). Mes faiblesses : Mon côté éparpillé et mon amour pour le papier cellophane. Ma recette DIY favorite : Ma crème hydratante et mon baume à lèvres au beurre de cacao. Je suis incapable de faire d’autres recettes que celles-là! Je jase de quoi sur le blogue? De plantes et de maquillage maison, mais sûrement d’autres choses à l’avenir.

2 Comments

Leave a Reply


X