Skip to main content

On te présente LA PREMIÈRE vraie de vraie (de vraie!) recette de crème hydratante sur notre blogue! PARTY!

Après maintenant plus de 6 ans à évoluer avec les membres de notre belle communauté, nous étions rendues-là… et on pense que toi aussi!

« Y’était temps! »

Ouiiiii, ça fait longtemps qu’on nous le demandait! Non pas qu’on ne savait pas fabriquer des crèmes, mais c’est qu’on est de grandes fans de beurres et d’onguents, comme tu l’as probablement constaté haha. Nos p’tits produits « gras » auront toujours la première place dans notre cœur.

La raison principale pour avoir attendu tout ce temps, c’est que les cires émulsifiantes et certains conservateurs qu’on utilisait pour nos batches occasionnelles ne nous épataient pas vraiment. Principalement en raison de l’omniprésence de l’huile de palme dans les cires émulsifiantes sur le marché, mais aussi en raison de l’efficacité souvent limitée ou l’aspect moins naturel de certains conservateurs. On voulait attendre d’avoir trouvé LA combinaison parfaite d’ingrédients avant de te proposer une recette gagnante.

Je te présente aujourd’hui une recette de crème avec nos deux nouveaux ingrédients choisis avec grand soin : l’émulsifiant Éco et le conservateur Éco.

Crème vs beurre et onguent

Les beurres et les onguents

Ils sont constitués d’une seule phase : la phase huileuse.

  • Phase huileuse (ou graisseuse) : huiles végétales, beurres végétaux et cires

Il s’agit de produits simples, nourrissants, protecteurs et polyvalents, qui ne présentent pas de défi en matière de préparation. Comme tu le sais, on peut facilement préparer une recette de beurre avec quelques tasses et cuillères à mesurer. Les crèmes, c’est une autre paire de manches.

De plus, les beurres, les onguents et compagnie sont très stables en ce qui a trait à la conservation puisqu’ils ne contiennent pas d’eau. Comme tu le sais probablement déjà aussi, c’est dans l’eau que les bactéries et les moisissures se développent!

Leurs désavantages? Ils ont un fini plus gras et ne sont pas intrinsèquement hydratants. Il faut les utiliser conjointement avec une phase aqueuse (hydrolat, jus ou gel d’aloès, par exemple) ou bien les appliquer sur une peau humide en sortant de la douche ou du bain.

Les crèmes

Une crème est un produit constitué de deux phases : la phase huileuse et la phase aqueuse.

  • Phase huileuse : huiles végétales, beurres végétaux, cires
  • Phase aqueuse : eau, hydrolat, jus et gel d’aloès, glycérine végétale

Puisque les molécules d’eau et d’huile/de gras ne se mélangent pas naturellement, un agent supplémentaire (émulsifiant) est nécessaire pour former un mélange homogène qui garde les gouttelettes d’eau et d’huile ensemble. Un peu comme une vinaigrette Kraft.

En raison de la présence d’eau, il est donc essentiel d’utiliser un agent de conservation pour préserver le produit des bactéries et des moisissures.

De par sa composition, une crème offre donc à la peau hydratation et protection, en plus d’un fini plus léger et moins gras. Ce sont les aspects qui rendent ce type de produit hyper intéressant! Toutefois, dans certains contextes, les crèmes ne sont pas toujours suffisamment riches pour protéger ou nourrir notre peau (ex. : hiver, changements de saison, activités sportives, soins post coups de soleil, etc.).

Minimalistes, les crèmes?

La préparation d’une crème nécessite beaucoup plus de précaution et de précision que celle d’un beurre ou d’un onguent. Notre premier livre présentait des produits cosmétiques simples et minimalistes. Si tu l’as lu, tu as sans doute remarqué qu’on n’y retrouve pas de recette de crème, et c’est pour cette raison.

Une crème n’est pas un produit minimaliste. Ça ne veut pas dire que ce n’est pas intéressant! Pas du tout. C’est simplement une approche complètement différente. Se lancer dans la fabrication de crèmes implique de devoir peser tous ses ingrédients de manière précise, stériliser son plan de travail et ses outils avec de l’alcool 70 %, s’assurer de respecter l’ordre des étapes, les températures, etc. En d’autres mots, pour fabriquer une crème, on se casse un petit peu plus le bécyk! Mais le jeu en vaut la chandelle!

Prêt.e pour ce challenge? Tu vas voir, ce n’est pas si sorcier!

Crème hydratante

Photo : Jacinthe Morin

Les types d’émulsifiants

Il existe des deux types d’émulsifiants :

  1. Les émulsifiants huile-dans-eau (O/W), qui maintiennent les gouttes d’huile emballées dans l’eau et qui sont utilisés davantage pour fabriquer des crèmes de jour légères et des crèmes fluides pour le corps.
  2. Les émulsifiants eau-dans-huile (W/O), qui maintiennent les gouttes d’eau emballées dans l’huile et qui donnent des crèmes plus riches, plus épaisses. C’est habituellement ce type d’émulsifiant qu’on utilise pour les crèmes de nuit, les crèmes solaires, etc.

Le premier type d’émulsifiant (O/W) est le plus commun et le plus polyvalent. Bien qu’on l’utilise habituellement pour des crèmes légères, il est possible d’élaborer des formulations plus riches en gras afin d’obtenir un produit « de nuit » ou pour peau fragile ou mature.

« Et la cire d’abeille/de tournesol, elles? »

Ce ne sont pas des émulsifiants. Eh non.

Même s’il est possible d’ajouter de l’aloès ou de l’hydrolat dans un mélange d’huile et de cire, de faire une suspension au fouet et que le résultat soit relativement stable, il ne s’agira pas d’une émulsion, mais bien d’une suspension. Ce type de « crème » (qui n’en est pas réellement une) a plus de chances de se déphaser.

La cire d’abeille et la cire de tournesol sont plutôt des agents épaississants.

La fameuse coldcream

Dans le cas de la cire d’abeille, la SEULE et unique manière de la rendre émulsifiante, c’est de l’utiliser conjointement avec du borax pour créer une fameuse coldcream (comme la populaire crème Pond’s), une recette ancestrale. En fait, le borax (qui est basique) va « saponifier » la cire d’abeille et les autres gras (de la même façon que l’eau de chaux saponifie l’huile pour donner du liniment), ce qui résulte en une substance crémeuse. Au final, ce n’est pas non plus la cire qui est émulsifiante, mais plutôt le « savon » qui en résulte.

Le monde des émulsifiants « naturels »

Si tu fais une petite recherche sur Google, tu trouveras de nombreuses options : Émulsifuze, Ritamulse, Olivem, Lanette, Polawax, alcool cétylique, alcool stéarique, etc.

Qu’ont en commun ces ingrédients? L’HUILE DE PALME.

C’est là qu’on a fait le saut. C’est bien beau être d’origine végétale… mais si le produit est complètement dérivé de l’huile de palme, c’est pas mal moins intéressant côté environnemental.

L’huile de palme : experte en camouflage

L’huile de palme est une petite vlimeuse qui se cache un peu partout et qui ne révèle son identité qu’aux plus averti.e.s. Parfois, on est chanceux.se, et on retrouve le terme palm, palmitate, ou palmityl dans la liste d’ingrédients, ce qui nous donne un pas pire indice de sa présence. Mais d’autres fois, c’est plus subtil.

Les ingrédients suivants sont eux aussi dérivés de l’huile de palme. UGH.

  • cetearyl olivate
  • sorbitan olivate
  • sorbitan stearate
  • cetearyl glucoside
  • ceteareth-20
  • cetearyl alcohol
  • glyceryl stearate
  • glyceryl oleate
  • sodium laureth sulphate
  • stearic acid
  • et plusieurs autres!
Donc, je prends quoi?

Puisque la majorité des émulsifiants dits naturels sont faits à partir d’huile de palme et que ni la cire d’abeille ni la cire de tournesol ne sont émulsifiantes, on prend quoi?

On s’est retroussé les manches et on est parties à la recherche d’un émulsifiant naturel sans huile de palme. On est arrivées à la conclusion que la crème de la crème des émulsifiants (on n’est pas objectives pantoute, haha) c’est : l’émulsifiant Éco! Le seul qui a passé nos tests de qualité et de facilité d’utilisation.

Nous avons fait le choix de ne plus offrir notre cire émulsifiante Émulsifuze (on liquide ce qu’il reste et on n’en rachète plus), qui contenait aussi des ingrédients dérivés de l’huile de palme. Ça nous dérangeait pas mal.

Émulsifiant Éco

Pourquoi on l’a choisi?

  • sans huile de palme
  • sans PEG
  • hypoallergène
  • non comédogène
  • conforme aux normes d’Ecocert et COSMOS
  • propriétés hydratantes intrinsèques
  • hydratation efficace et continue pendant 5 heures
L’Émulsifiant Éco : bien plus qu’un simple émulsifiant!

L’émulsifiant Éco, de type huile dans eau (O/W), est 100 % d’origine végétale et SANS HUILE DE PALME ! Il s’agit d’un émulsifiant de type glucolipidique, c’est-à-dire dérivé d’un mélange de sucres et de gras. La partie « gluco » provient du blé, du maïs ou du manioc. La partie lipidique est dérivée de l’huile de canola.

Bien plus qu’un simple émulsifiant, c’est carrément une plus-value pour ta crème, puisque sa structure lui confère des propriétés hydratantes intrinsèques, facilitant l’action des autres éléments hydratants de ta formulation. Il offre une hydratation efficace et continue jusqu’à 5 heures durant, puisqu’il agit sur la barrière lipidique de la peau en la renforçant. En gros, il va ralentir la perte d’eau transépidermique.

Les conservateurs

La conservation des cosmétiques maison naturels, c’est un peu un sujet tabou. Les gens cherchent des produits « sans agents de conservation » à tout prix… mais pour les produits composés d’une phase aqueuse, comme une crème, nous sommes d’avis qu’ils sont essentiels.

Un party de bactéries ou de moisissures dans sa crème? Non merci. Ça ben beau être naturel, c’est p’tites bêtes là (haha), ce n’est quand même pas super pour la peau, ni pour la santé (encore moins si on est immunosupprimé.e…).

On a épluché toutes les options disponibles et on a dressé pour toi une liste des points positifs et négatifs de chacun d’eux. Malheureusement, l’extrait de pépins de pamplemousse n’est pas un conservateur à large spectre (efficace autant contre les bactéries que les levures et les moisissures) et, comme mentionné dans notre livre, il ne rallonge la vie des produits contenant une phase aqueuse que d’un mois seulement.

Nous nous sommes arrêtées sur le conservateur Éco pour sa grande polyvalence et sa facilité d’utilisation.

Le conservateur Éco : le plus polyvalent!

Conservateur Éco

Pourquoi est-ce notre préféré?

  • agent de conservation à large spectre
  • efficace dans une grande échelle de pH (3 à 8)
  • sécuritaire
  • conforme aux normes Ecocert et COSMOS
  • compatible avec les gels
  • sans paraben, formaldéhyde, fragrance et isothiazolone
  • sans huile de palme (!)
  • testé et éprouvé par de nombreux fabricants de cosmétiques et adeptes du fait maison!

Notre conservateur Éco est hyper sécuritaire, à large spectre, testé et éprouvé par de nombreux fabricants de cosmétiques et adeptes du fait maison. Tu peux voir toutes ses spécificités dans la fiche du produit ici. La glycérine qu’il contient est dérivée des huiles de canola et de soya (pas d’huile de palme!). YAAAY!

Son point négatif? Il est déconseillé dans les produits sans rinçage pour les enfants de moins de 3 ans en raison de la présence d’acide salicylique. Il est toutefois sécuritaire dans les produits à rincer (ex.: : gel douche, shampooing, revitalisant).

Fabriquer sa crème hydratante : une question de dosage!

On utilise l’émulsifiant Éco à un dosage variant de 1 à 5 %. Pour se faciliter la vie, on recommande le dosage maximal, question de mettre toutes les chances de notre côté pour la stabilité de notre émulsion.

Concernant le ratio phase aqueuse et phase huileuse d’une crème, on peut vraiment s’amuser. Les crèmes standard ont habituellement un ratio (%) « phase aqueuse : phase huileuse » de 70:30 ou 80:20.

On peut jouer avec les ratios pour obtenir une crème soit plus riche et nourrissante, soit plus légère et fluide. L’ajout de beurres végétaux et la concentration en cire émulsifiante auront aussi un impact sur la texture finale de la crème.

L’important, c’est de vérifier les spécificités de son émulsifiant, puisque certains nécessitent des ratios précis.

Ce qu’on aime de notre émulsifiant Éco, en plus de tout le reste, c’est sa grande flexibilité. On peut utiliser entre 5 % et 30 % de phase huileuse sans problème! Il est aussi 100 % compatible avec notre conservateur Éco.

Bon, ça suffit le blabla. On fait de la crème maintenant!

Canevas de crème hydratante

  • Phase aqueuse (70-80 %)
  • Phase huileuse (20-30 % ou 5-30 % avec l’émulsifiant Éco)
  • Émulsifiant Éco (1-5 %)
  • Conservateur Éco (0,6-1 %)
  • Huiles essentielles (0,5-1 %)
crème hydratante

Photo: Jacinthe Morin

5
(28)

Crème hydratante légère et nourrissante (visage et corps)

Une crème polyvalente, autant adaptée pour le visage que pour le corps. Comme pour tout, on peut varier les hydrolats et les huiles pour la personnaliser.

  • Temps45 min
  • Rendement100 ml
  • ConservationDans des conditions optimales : plusieurs mois

    Ingrédients

    Phase A : phase huileuse chauffée

    Phase B : phase aqueuse chauffée

    Phase C : phase de refroidissement

    Outils

    • Balance de précision 0,01 g
    • Thermomètre à bonbon ou infrarouge
    • Deux contenants résistants à la chaleur (ex. : tasses en Pyrex)
    • Petite spatule ou maryse
    • Pied-mélangeur
    • Contenant à pompe ou bocal ambré pour entreposer la crème
    • Chaudron ou grosse poêle pour faire un bain-marie

    Marche à suivre

    1

    Avec de l’alcool 70 %, tout désinfecter :  le plan de travail, les outils et les contenants qui seront utilisés : comptoir, balance, bol ou tasse en Pyrex, spatule ou maryse, cuillères, pied-mélangeur, pots pour la crème… TOUT.

    2

    Mesurer les ingrédients de la phase A dans un contenant résistant à la chaleur (une tasse en Pyrex, par exemple). Il ne faut pas oublier de faire la tare sur la balance pour soustraire le poids du contenant!

    3

    Mesurer les ingrédients de la phase B dans l’autre contenant résistant à la chaleur, en n’oubliant pas de faire le zéro sur la balance.

    4

    Déposer les deux contenants dans deux bains-marie, avec suffisamment d’eau pour recouvrir les ingrédients.

    Personnellement, je dépose les tasses à mesurer sur un petit linge replié au fond de chaque chaudron pour éviter les éclaboussures et j’ajoute l’eau dans les chaudrons jusqu’à la moitié des contenants (ou plus, en fonction du type de contenant utilisé. L’idée c’est d’en mettre suffisamment pour chauffer de manière uniforme.) Attention de ne pas mettre d’eau dans les contenants avec tes ingrédients!

    5

    Chauffer à feu moyen pendant environ 30 minutes, ou jusqu’à ce que les deux phases atteignent 85°C.  Attention, cette étape est importante pour la stabilité de l’émulsion. L’émulsifiant Éco doit être chauffé jusqu’à cette température pour fonctionner de manière optimale. J’utilise un thermomètre infrarouge pour vérifier périodiquement la température. Un thermomètre à bonbon (qu’il faut bien désinfecter avant d’utiliser) fait aussi l’affaire!

    6

    Une fois la température atteinte, retirer les deux contenants des bains-marie.

    7

    Verser la phase B dans la phase A. Mélanger d’abord simplement les deux phases avec une petite spatule, ou une fourchette (préalablement désinfectée, évidemment). Utiliser ensuite un pied-mélangeur ou un mousseur à lait pour émulsifier la crème, en y allant d’abord par petites pulsions (sinon ça va revoler partout) et mélanger pour environ 2-3 minutes. Pas plus. Cet émulsifiant n’a pas besoin d’être fouetté trop longtemps. En fait, c’est même contreproductif de trop fouetter. À cet étape, le résultat sera liquide, comme du lait. C’est NORMAL.

    8

    Phase de refroidissement : c’est maintenant l’étape la plus longue de la fabrication. Laisser refroidir tranquillement la crème, tout en mélangeant délicatement et régulièrement. Pour ma part, j’utilise ma petite spatule et je brasse doucement, de manière constante. Il ne FAUT PAS utiliser le pied-mélangeur pour le refroidissement. Mieux vaut se préparer un petit thé et prévoir de la lecture pour occuper notre main libre (héhé).

    Bien que certaines personnes utilisent un bain de glace pour refroidir plus rapidement leur crème, je ne le recommande pas. Les chocs de température, ce n’est jamais bon pour la stabilité d’une émulsion.

    C’est durant cette étape que la crème va commencer à épaissir tranquillement.

    9

    Faire descendre la température jusqu’à 35-40°C en mélangeant constamment, mais doucement! On ne veut pas faire rentrer d’air dans la crème.

    10

    Ajouter les ingrédients de la phase C un à un, en mélangeant à chaque fois.

    11

    Mettre la crème dans le bocal choisi et laisser tempérer encore une quinzaine de minutes avant de refermer. La crème est encore trop fluide? À noter que ça peut prendre jusqu’à 24h avant d’atteindre la texture finale.

    12

    Conserver la crème à température pièce, dans un contenant hermétique, à l’abri de la lumière. Si tu as tout bien désinfecté et suivi toutes les étapes, que tu entreposes et utilises ta crème correctement (sans introduire d’eau ou de contaminant), tu devrais pouvoir la conserver pendant plusieurs mois!

    13

    Faire une petite danse de la joie, parce que tu viens de fabriquer ta propre crème naturelle, sans huile de palme!

    Imprimer et partager la recette

    Comment as-tu trouvé cette recette? On veut savoir!

    Donne ton avis en cliquant sur les coeurs

    Avis

    Pas d'avis encore. Sois la première personne à voter!

    On est vraiment désolé que cette recette ne te convienne pas.

    Comment pourrait-on l'améliorer?

    Foire aux questions

    Ma crème se déphase... pourquoi?

    Ça peut être attribuable à différents facteurs :

    • La phase A n’a pas atteint la température nécessaire pour assurer une émulsion stable. Il faut monter à 85 °C.
    • La crème n’a pas été mélangée doucement avant d’être mélangée au pied-mélangeur.
    • La crème a été mélangée trop vigoureusement, trop longtemps. Rappel : 2-3 minutes au pied-mélangeur, pas plus!
    • La crème n’a pas été mélangée durant la phase de refroidissement.
    • Les proportions de la recette n’ont pas été respectées.
    • Les ingrédients ont été modifiés : cette formulation a été élaborée pour fonctionner spécifiquement avec notre émulsifiant Éco et notre conservateur Éco. On ne peut pas garantir le résultat si des émulsifiants ou conservateurs différents ont été utilisés. Chaque émulsifiant et chaque conservateur a ses propres spécificités.
    • La crème a eu trop chaud : tu as traîné ta crème dans ta sacoche durant une chaude journée de canicule? La chaleur peut faire fondre les ingrédients et causer la séparation. On doit la conserver à température pièce, à l’abri du soleil direct.
    • Les astres n’étaient pas alignés (haha) : un peu comme pour une mayonnaise maison, des fois, l’émulsion ne prend juste pas et on ne sait pas trop pourquoi. Ça fait aussi partie du plaisir de la chose! On expérimente, parfois on réussit du premier coup, d’autres fois non!

    BON, maintenant que c’est déphasé… on fait quoi avec ça? 

    Si en agitant la crème elle redevient uniforme et belle, il est possible de l’utiliser telle quelle, sans problème! Ça ajoute une petite étape, mais au moins ce n’est pas gaspillé!

    Combien de temps va se conserver cette crème?

    Ça dépend, haha. Réponse poche, hein? Malheureusement, c’est qu’il n’y a pas de réponse simple. Nous ne contrôlons pas la manière dont tu fabriques, entreposes et utilises tes produits. Nous ne savons pas non plus quelle est la fraîcheur des ingrédients que tu as sélectionnés. Dans des conditions optimales : probablement plusieurs mois. Pour mettre toutes les chances de ton côté, assure-toi de l’entreposer dans un endroit sec, à température pièce, à l’abri des rayons du soleil. On peut opter pour un contenant à pompe afin de réduire les contacts entre nos mains et le produit. Si on prend un bocal, on peut prélever la crème avec une petite spatule OU des mains bien lavées et séchées.

    Est-ce que je peux ajouter un agent stabilisant, comme de la gomme de xanthane?

    Oui, on peut ajouter une petite quantité de gomme de xanthane dans la phase aqueuse, entre 0,1 et 2 %. Ce n’est pas essentiel pour cette crème, mais notre émulsifiant et notre conservateur Éco sont compatibles avec cet ingrédient.

    Est-ce que je peux mettre du gel d'aloès dans la phase aqueuse?

    Oui! On pourrait remplacer en tout ou en partie la phase aqueuse par du gel d’aloès. Notre émulsifiant et notre conservateur Éco sont compatibles avec les gels. Je ne peux toutefois pas garantir le résultat final pour cette recette, puisque cette formulation n’a pas été élaborée avec cet ingrédient.

    Ma crème n'est pas blanche... pourquoi?

    La couleur de la crème va dépendre des ingrédients qu’on va choisir. De l’huile de chanvre va donner une crème verdâtre, alors qu’un macérât de calendula ou de carotte donnera une crème jaunâtre. Ça ne change absolument rien à l’efficacité de la crème!

    J'ai encore votre ancien émulsifiant Emulsifuze. Est-ce que je peux prendre celui-ci à la place?

    Ça devrait fonctionner, oui! Note que le résultat final ne sera pas tout à fait pareil, puisque la composition de l’émulsifiant est complètement différente. Tu obtiendras un fini un peu plus cireux qu’avec l’émulsifiant Éco.

    « Y'est ben cher votre émulsifiant Éco! »

    Il est effectivement plus cher que les émulsifiants naturels dérivés d’huile de palme, puisqu’il est conçu à partir d’ingrédients plus dispendieux (l’huile de palme est justement utilisée à outrance en raison de son prix ridicule, ce qui engendre d’ailleurs les désastres écologiques qui vont avec). C’est aussi un émulsifiant moins connu : moins en demande, donc plus cher. Sincèrement, juste par ses qualités intrinsèques, on est HYPER à l’aise avec le prix proposé. C’est ce que ça vaut. On oserait même dire que c’est un super bon prix pour la qualité du produit. En plus, on en met seulement quelques grammes par recette, donc il va te donc durer looongtemps!

    Ma crème est trop liquide!!

    Après avoir émulsionné les deux phases ensemble pendant 2-3 min, c’est normal que ça donne une texture liquide, un peu comme du lait. Les liquides sont chauds. La crème doit refroidir pour s’épaissir. La texture de la crème va commencer à prendre forme durant la phase de refroidissement. Il est inutile de malaxer excessivement pour tenter d’épaissir. Ce serait contreproductif. Si tu as un liquide d’un beau blanc/crème uniforme, c’est parfait! Ensuite, il faut aussi garder en tête que la texture finale du produit peut nécessité un 24h de repos.

    Utilisation

    On l’utilise comme n’importe quelle crème! Et ce qui est l’fun de cette version, c’est qu’elle est autant adaptée pour le visage que pour le corps.

    Crème hydratante 3

    Photo : Jacinthe Morin

    Bon crémage! ;)

    Dans notre boutique

    Une crème, c'est un peu trop intense pour toi? Notre ensemble de fabrication est là pour ça!

    On te guide pas à pas dans la fabrication de deux baumes à lèvres, un beurre fouetté exfoliant à l’hibiscus, un beurre corporel à la calendula et en bonus : un sel de bain floral!

    Marie

    Je me décris comme : Une maman, amoureuse, féministe, intense et résolument grano/sorcière. Ma devise : Tout, tu-suite, maintenant. Mon cheval de bataille écolo : Trouver l'équilibre entre mes valeurs écologiques, notre société de consommation et mon bien-être. Mes faiblesses : Le sucre et le sel. Autant j’adore mon panier bio, autant j’ai zéro self-control avec les cochonneries. Rien de bon pour ma santé, ni pour l’environnement. J’essaie fort d’arrêter. Ma recette DIY favorite : Le super baume. Tellement polyvalent! Je jase de quoi sur le blogue? Un peu de tout. Quand c’est possible, j’aime ajouter une petite twist scientifique!