Est-ce que je peux utiliser cette huile essentielle si je suis enceinte?

C’est probablement une des questions qui revient les plus fréquemment. Et c’est normal! Dès qu’on tombe enceinte, plein d’interdits se présentent à nous. Plusieurs médicaments en vente libre sont désormais à éviter et même notre épicerie se modifie pour prendre en compte toutes les recommandations. 

Certains professionnels préconisent d’éviter l’utilisation de toutes les huiles essentielles pendant la grossesse, d’autres avancent plutôt que l’utilisation de toutes les huiles essentielles en externe est sans danger, tandis que plusieurs se situent quelque part à mi-chemin. 

Pas évident de s’y retrouver dans toutes ces recommandations diverses et parfois contradictoires, n’est-ce pas? On doit vous l’avouer, l’écriture de ce billet ne fut pas simple. Un vrai casse-tête! Mais après plusieurs relectures et réécritures, on vous présente ici ce que nous avons retiré de nos recherches, en espérant que cela vous éclairera.

 

*Merci à Natacha Rouette, de Hippie Urbaine, pour la révision des informations présentées dans ce texte! ❤

Huile essentielle tea tree

Crédit: Same Ravenelle

Un sujet controversé

L’utilisation des huiles essentielles (HE) durant la grossesse est un sujet assez controversé dans le monde de l’aromathérapie. Il n’est pas rare de lire ou se faire dire qu’elles sont à proscrire complètement pendant le premier trimestre, et que seulement une poignée d’entre elles sont permises pendant la grossesse et l’allaitement. Dans les faits, il est plutôt difficile d’avoir en main des données probantes, puisqu’au niveau éthique, les recherches sur les modèles humains sont plutôt difficiles à faire, et c’est comprenable. Je sais pas pour vous, mais moi, je ne me porterais pas volontaire dans ce genre d’étude, haha. Il y a bien quelques études sur des modèles animaux, mais souvent avec des molécules isolées, ou avec des concentrations et dosages hyper élevés, donc difficilement reproductibles chez l’humain. Les risques qui sont soulevés avec certaines huiles essentielles sont donc essentiellement théoriques. Eh oui.  

Cela laisse donc place à beaucoup d’inconnus et d’extrapolation… mais la grossesse étant ce qu’elle est, plusieurs professionnels de la santé penchent pour le principe de précaution, soit la recommandation d’éliminer complètement des huiles essentielles durant toute la grossesse et l’allaitement. Ce n’est pas mauvais en soi! Vous pouvez choisir d’opter pour cette stratégie si vous désirez rester ultra prudente. Ceci étant dit, nous sommes d’avis qu’il est possible de relativiser et d’utiliser de manière sécuritaire les huiles essentielles durant la grossesse et l’allaitement, tant que l’on est bien informée!

Deux poids, deux mesures?

Un shampoing de pharmacie bourré de parfums synthétiques, réputés pour être des perturbateurs endocriniens, ce n’est pas interdit durant la grossesse, n’est-ce pas? Eh non! Le fameux déodorant à odeur de melon d’eau, avec une liste d’ingrédients longue comme mon bras, ce n’est pas interdit non plus? Nope! Pourtant, il serait peut-être judicieux de les éviter…

Un shampoing naturel, d’une entreprise québécoise consciencieuse, contenant une petite quantité d’huiles essentielles, dans des dosages cosmétiques, ça ne devrait pas non plus être interdit. Encore moins. Même chose pour votre produit fait maison, avec un dosage d’huiles essentielles approprié.

BON, c’est dit. 

Huiles essentielles grossesse

Crédit: Jacinthe Morin

Usage cosmétique vs usage thérapeutique : comparer des pommes avec des oranges!

Le dosage

Premièrement, il est important de faire la différence entre l’usage COSMÉTIQUE et l’usage THÉRAPEUTIQUE. Deux choses complètement différentes.

Ici, chez Les Trappeuses, nous vous proposons principalement des recettes cosmétiques, c’est-à-dire avec des dosages qui tournent autour de 2%. Nos recettes catégorisées comme des remèdes ont parfois des concentrations plus élevées (ex. : huile à moustique), mais il s’agit de produits dédiés à des usages ponctuels, et non un usage quotidien.

L’utilisation

Outre la concentration des huiles essentielles, il est aussi important de prendre en considération l’utilisation qu’on fait des produits : est-ce un produit que vous appliquez directement sur votre ventre? Est-ce un produit rincé, comme un exfoliant ou un savon? Est-ce que vous l’utilisez tous les jours ou seulement au besoin? Ces éléments d’information sont importants à prendre en compte pour choisir si, oui ou non, on décide d’utiliser des produits contenant des huiles essentielles, et si oui, lesquelles.

Dans les faits, selon Tisserand et Young, la grande majorité des huiles essentielles serait complètement sécuritaire durant TOUTE la grossesse, lorsqu’elles sont utilisées dans des proportions allant de 1% à 4% en application externe.

Avouez que ça enlève un poids des épaules, non?

Attention, je ne suis pas en train de dire qu’il ne faut pas s’en préoccuper, pas du tout. Ce que cela démontre, c’est qu’en raison de l’application rigide du principe de précaution, une certaine désinformation s’est répandue quant aux restrictions concernant les huiles essentielles. On a perdu de vue le dosage et l’utilisation, alors qu’ils sont clés.

Pour des utilisations thérapeutiques (donc avec des pourcentages plus élevés), oui, il faut vraiment être prudent et se faire guider par un aromathérapeute. Mais pour votre beurre fouetté, masque, déo ou sérum, vous pouvez fort probablement dormir tranquille, tant que vous respectez les dosages!

Comment calculer le dosage d’une recette

Voici comment calculer la concentration d’une recette cosmétique en huiles essentielles, afin de pouvoir vérifier si elle contient un dosage sécuritaire pour vous! Il suffit de sortir la bonne vieille règle de 3.

Le calcul est en réalité beaucoup plus complexe que ça si on veut avoir un résultat ultra précis (voir le dossier ici), mais on peut tout de même se fier grosso modo aux balises suivantes :

1 ml d’HE = 20-30 gouttes

1 ml d’HE = 0.9 g d’HE

1 g d’HE = 1.1 ml d’HE

Rappelons-nous qu’on calcule le dosage des huiles essentielles par rapport au poids ou au volume des ingrédients dans lesquels elles sont solubles uniquement. On oublie la fécule, le sel, le bicarbonate de soude, l’argile, etc. des calculs. 

Vous pouvez vous fier à cette charte de dilution pour vous aider à calculer :

Source: tisserandinstitute.org

Question de rendre les choses encore plus concrètes, voici un exemple de recette et le calcul pour vérifier le dosage des huiles essentielles.

Exemple: Beurre fouetté corporel des Trappeuses

  • ¾ de tasse (187.5 ml) de beurre de karité
  • ⅛ de tasse (31.25 ml) d’huile de coco
  • ⅛ de tasse (31.25 ml) d’huile végétale liquide au choix
  • ½ c. à thé (2.5 ml) de vitamine E
  • 1 c. à soupe (15 ml) de fécule d’arrow-root
  • 20-30 gouttes de HE de verveine des Indes
  • 5 gouttes de HE de géranium rosat

Volume total de la phase graisseuse: 252.5 ml 

Volume total des huiles essentielles (si vous choisissez d’en mettre 25 gouttes) = 1 ml

= 253.5 ml

Établissez ensuite quel pourcentage de la recette l’huile essentielle occupe dans le volume graisseux (ou le poids si la recette est en grammes) en appliquant la règle de 3. 

253.5 ml = 100% 

        1 ml =  x

             x = 1 x 100 / 253.5

             x = 0.38%

Proportion de chaque ingrédient dans la recette :

  • 73.97 % beurre de cacao
  • 12.33 % coco
  • 12.33 % HV
  • 1% vitamine E
  • 0.38% huile essentielle

Total = 100%

CONCLUSION : Cette recette serait donc sécuritaire pour les femmes enceintes et allaitantes, puisque le dosage des huiles essentielles de Verveine des Indes et de Géranium rosat dans la recette est de seulement 0.38%.

Perite exception  : dans vos crèmes ou lotion (avec émulsion), vous pouvez doser vos HE selon son poids total.

Donc, est-ce qu’il y a des huiles essentielles à proscrire finalement? 

Malgré tout ce que je viens de vous dire, il y a effectivement des huiles essentielles avec lesquelles il faut être prudente durant toute la grossesse et l’allaitement. Surtout au niveau de la ceinture abdominale et des seins. N’ayez crainte, de toute manière, cette liste comprend une majorité d’HE qu’on utilise que très rarement, ou qui sont facilement remplaçables. 

Qu’est-ce qu’on leur reproche? Certaines pourraient avoir des effets sur le système nerveux, hépatique ou rénal, en plus d’avoir la capacité de passer la barrière placentaire. D’autres sont potentiellement tératogènes, c’est-à-dire qu’elles pourraient causer des malformations du fœtus. Tandis que certaines sont utéro-tonique : elles peuvent causer des contractions, ce qui pourrait mener à une fausse couche ou un accouchement prématuré. Finalement, certaines HE pourraient avoir un effet sur le système hormonal. Bon, tout ça, c’est épeurant, on vous l’accorde, mais il faut garder en tête que ces effets n’ont pas été prouvés et qu’ils impliquent habituellement des dosages et concentrations invraisemblablement élevés. Vraiment là. Et on a confiance en vous, vous n’allez PAS caller de bouteilles complètes d’huiles essentielles, n’est-ce pas? GOOD!   

On aurait aimé vous fournir une liste claire, pas trop longue, avec plein de certitude. Toutefois, au fil de nos recherches, nous avons constaté que plusieurs références dans le monde de l’aromathérapie n’avaient pas les mêmes informations. Comment départager? Qui dit vrai? 

Plutôt que de jouer aux juges, nous avons finalement choisi de vous présenter une liste globale d’huiles essentielles à proscrire selon trois références :

  1. Tisserand et Young (Essential oil safety, 2014)
  2. Michel Turbide (L’aromathérapie pour les enfants et les femmes enceintes, 2012)
  3. Danièle Festy (Quelles huiles essentielles pendant ma grossesse?, 2016)

Parfois, certaines huiles proscrites par l’un ne sont pas évaluées par l’autre. D’autre fois, une HE proscrite peut être considérée sécuritaire par un autre. Rien pour nous faciliter la tâche, hein? En vous les présentant comme cela, ça vous permettra donc de vous faire une tête et de faire un choix éclairé.

Femme enceinte huile essentielle

Crédit: Jacinthe Morin

Avant de vous présenter la liste, quelques petites règles de base à suivre pour la grossesse et l’allaitement.

Petit manifeste de la femme enceinte/allaitante

  1. Suivre les recommandations générales pour une utilisation sécuritaire des huiles essentielles en consultant notre article ici, comprenant entre autres l’importance d’utiliser des huiles essentielles de qualité. Allez lire attentivement, c’est un ordre.
  2. Avoir une grossesse qui n’est pas à risque. Si vous avez une grossesse à risque, parlez-en d’abord à votre professionnel de la santé.
  3. Ne pas prendre d’huile essentielle en interne, à moins d’être guidée par un aromathérapeute certifié. 
  4. Éviter d’appliquer des produits contenant des huiles essentielles directement sur la région abdominale et sur les seins*, surtout de manière répétée.
  5. Faire preuve de davantage de prudence durant le premier trimestre.
  6. Vérifier les contre-indications des huiles essentielles que vous désirez utiliser.
  7. NE PAS utiliser des HE qui sont proscrites (voir la liste ci-dessous). 

*Certaines huiles essentielles peuvent être bénéfiques pour guérir les mamelons maganés. Consultez un aromathérapeute pour une utilisation sécuritaire pour maman et bébé.

Huiles essentielles à proscrire (utilisation en interne, externe et en diffusion) selon une ou plusieurs références 

Huiles essentiellesRéférences
Tisserand et YoungDanièle FestyMichel Turbide
Achillée de Ligurie (Achillea ligustica)À proscrire
Achillée millefeuille (Achillea millefolium)À proscrireÀ proscrireSécuritaire
Achillée musquée (Achillea moschata)À proscrire
Acore calamus (Acorus calamus)À proscrire
Ajowan (Trachyspermum ammi)À proscrire
Aneth des Indes (Anethum sowa)À proscrire
Anis étoilé (Illicium verum)À proscrireÀ proscrire
Anis vert (Pimpinella anisum)À proscrireÀ proscrire
Antractylis (atractylis ovata)À proscrire
Araucaria sauvage (Neocallitropsis pancheri)À proscrire
Armoise (Artemisia vestita, Artemisia afra, Artemisia genipi, Artemisia alba, Artemisia scoparia… bref, aucune armoise, haha)À proscrireÀ proscrire
Aunée (Inula helenium)À proscrire
Balisic camphré (Ocinum canum camphoriferum)À proscrire
Balsamite (Chrysanthemum balsamita)À proscrire
Bergamote (zeste) (Citrus bergamia)*À proscrire
Bouleau flexible (Betula lenta)À proscrire
Buchu (Barosma betulina) (CT diosphenol et CT pulegone)À proscrireÀ proscrire
Cajeput (Melaleuca cajeputii)À proscrire
Calament népéta (Clinopodium nepeta)À proscrireÀ proscrire
Camomille bleue (Tanacetum annuum)À proscrire
Camphrier (cinnamomum camphora ct camphre)À proscrireÀ proscrire
Cannelle casse ou cannelle de Chine (Cinnamomum cassia)À proscrireÀ proscrire
Cannelle de Ceylan (Cinnamomum verum)À proscrireÀ proscrire
Carotte (graine) (Daucus carota)À proscrire
Carvi (Carum carvi)À proscrire
Cèdre de l’Atlas (Cedrus atlantica)À proscrireÀ proscrire
Cèdre de l’Himalaya (Cedrus deodara)À proscrireÀ proscrire
Chénopode vermifuge (Chenopodium anbrosioides anthelminticum)À proscrire
Citron (zeste) (Citrus limonum)*À proscrire
Curcuma (Curcuma longa)À proscrire
Cyprès (Cupressus sempervirens)À proscrire
Cyprès bleu (Cupressus arizonica)À proscrire
Eucalyptus à cryptone (Eucalyptus polybractea cryptonifera)À proscrire
Eucalyptus mentholé (Eucalyptus dives Shau. piperitoniferum)À proscrire
Fenouil (Foeniculum vulgare)À proscrireÀ proscrire
Gattilier (Vitex agnus-castus)À proscrire
Génévrier sabine (Juniperus sabina)À proscrireÀ proscrire
Germandrée maritime (Teucrium marum)À proscrire
Giroflier (Syzygium aromaticum ou Eugenia caryophyllus)Tonique utérin. Utilisé en aromathérapie DURANT l’accouchement, pour stimuler les contraction (faites-vous accompagner si cela vous intéresse). Éviter durant la grossesse. N’est pas dans les principales HE à proscrire selon les trois sources mentionnés ici, mais l’est selon Passeport Santé et d’autres références. 
Grande camomille (Tanacetum parthenium)À proscrire
Hyélichryse italienne (Immortelle) (Hélichrysum italicum)À proscrire
Hysope (Hyssopus officinalis)À proscrireÀ proscrireÀ proscrire
Lantana (Lantana camara)À proscrire
Lavande papillon (Lavandula stoechas)À proscrireÀ proscrireÀ proscrire
Menthe des champs (mentha arvensis)À proscrire
Menthe poivrée (Mentha piperita)SécuritaireÀ proscrireSécuritaire
Menthe pouliot (Mentha pulegium)À proscrireÀ proscrire
Menthe suave à dihycrocarvone (Mentha suaveolens dihydrocarvoniferum)À proscrire
Menthe sylvestre (Mentha longifolia ou Mentha sylvestris)À proscrire
Menthe verte (Mentha spicata)À proscrire
Moutarde (Brassica nigra)À proscrire
Myrique baumier (Myrica gale)À proscrire
Myrrhe (Commiphora molmol, Commiphora myrrha ou Commiphora abyssinica)À proscrire
Myrte anisée (Syzygium anisatum)À proscrire
Niaouli (Melaleuca quinquenervia)À proscrireÀ proscrire
Nigèle cultivé (Nigella sativa)À proscrire
Orange douce zeste (Citrus sinensis)*À proscrire
Origan compact et vulgaire (Origanum compactum et Origanum vulgare)À proscrireÀ proscrire
Pamplemousse zeste (Citrus paradisii)*À proscrire
Persil (Petroselinum crispum)À proscrireÀ proscrire
Persil simple à apiole (sativum apioloferum)À proscrire
Ravensare (Ravensara anisata)À proscrire
Romarin (Rosmarinus officinalis)À proscrire
Romarin à camphre (Rosmarinus officinalis camphoriferum)À proscrireÀ proscrire
Romarin verbénone (Rosmarinus officinalis verboniferum)À proscrire
Rue des jardins ou rue odorante (Ruta graveolens)À proscrireÀ proscrire
Santoline (Santolia chamaecyparissus)À proscrire
Sariette des montagnes (Satureja montana)À proscrire
Sassafras (Ocotea pretiosa)À proscrireÀ proscrire
Sauge à feuille de lavande (Salvia lavandulafolia)À proscrire
Sauge officinale (Salvia officinalis)À proscrireÀ proscrireÀ proscrire
Sauge sclarée (Salvia sclarea)SécuritaireÀ proscrire
Sauge trilobée (Salvia fructicosa)À proscrire
Saussurea costusÀ proscrire
Souchet (Cyperus)À proscrire
Tagete (Tagetes glandulifera)À proscrire
Tanaisie commune (Tanacetum vulgare)À proscrireÀ proscrire
Thé des bois: Gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens) et Gaulthérie odorante (Gaultheria fragrantissima)À proscrire
Thuya occidental (Thuja occidentalis)À proscrire
Thujopsis (Thujopsis dolabrata)À proscrire
Thym vulgaire à thymol (Thymus thymoliferum)N’est pas dans les principales HE à proscrire selon les trois sources mentionnées ici, mais elle l’est selon Passeport Santé et d’autres références. 
Zdravets (Geramiun macrorrhisum)À proscrire
Zédoaire (Curcuma zedoaria)À proscrireÀ proscrire

*À noter que Michel Turbide ne recommande pas les huiles essentielles photosensibles, comme les agrumes, puisque la peau des femmes enceintes est plus sensible. Elles sont toutefois sans danger pour le fœtus.

Huile essentielle lavande vraie

Crédit: Same Ravenelle

Petite liste d’huiles essentielles considérées sécuritaires durant la grossesse et l’allaitement 

Comme on le disait plus tôt dans l’article, mis à part les huiles essentielles de la liste précédente, la grande majorité des huiles essentielles peuvent être utilisées de manière sécuritaire à des dosages cosmétiques (4% et moins), et ce, tout au long de la grossesse et de l’allaitement. Oui, oui. Mais si vous désirez être on the safe side, nous vous avons dressé ici une liste des huiles qu’on peut utiliser en toute quiétude, puisqu’elles sont considérées sécuritaires par au moins deux de ces références : Michel Turbide, Tisserand et Young, Stéphanie Plamondon, Aliksir ou Passeport Santé. 

  • Bergamote (Citrus bergamia)*
  • Lavande officinale ou vraie ou fine (Lavandula angustifolia ou officinalis)
  • Camomille romaine (noble) (Chamaemelum nobile)
  • Bois de hô (Cinnamomum camphora ct linalol)
  • Ravintstara (Cinnamomum camphora ct cinéole)
  • Petitgrain bigarade (Citrus aurantium ssp. amara)  
  • Orange douce (Citrus sinensis)
  • Laurier noble (Laurus nobilis)
  • Mandarine (Citrus reticulata)*
  • Citron (Citrus limonum)*
  • Néroli (Citrus aurantium ssp. amara)
  • Ylang-Ylang (Cananga odorata)
  • Patchouli (Pogostemon cablin)
  • Pamplemousse (Citrus paradisii)*
  • Pruche du Canada (Tsuga canadensis)
  • Tea tree (Melaleuca alternifolia)

*Huiles essentielles photosensibilisantes : à utiliser préférablement en diffusion, ou éviter de vous exposer au soleil si vous les utilisez de manière topique. La peau des femmes enceintes et des enfants est plus sensible aux huiles essentielles photosensibilisantes.

Vous trouvez que c’est trop peu et vous avez envie de mettre plus de plantes dans votre routine de soin? Tournez-vous plutôt vers les hydrolats et la macération huileuse, qui sont des produits beaucoup plus doux, moins concentrés et tout à fait compatibles avec la grossesse et l’allaitement. 

Grossesse et allaitement : les mêmes précautions?

Dans la majorité des ouvrages de référence consultés, on a tendance à faire un amalgame entre grossesse et allaitement au niveau des précautions à prendre. On propose de proscrire les mêmes huiles essentielles durant ces deux périodes de la vie, puisque les composantes des huiles essentielles pourraient effectivement passer dans le lait maternel, mais cela va dépendre de plusieurs facteurs : le dosage, l’utilisation, l’absorption, la surface de contact, la vitesse de métabolisation, etc. Doit-on proscrire toutes les huiles essentielles énumérées dans le tableau ci-haut durant l’allaitement? Ça devient vraiment un choix personnel, un peu comme pour la consommation d’alcool. Si vous connaissez Dr Jack Newman, un médecin spécialisé en allaitement, voici son avis (traduction libre) sur l’utilisation de médicament et sur l’allaitement. 

Est-ce que l’ajout d’une très petite quantité de médicaments dans le lait du parent allaitant rend l’allaitement moins favorable qu’une alimentation au lait maternisé? La réponse est : presque jamais. L’allaitement, avec la présence d’un peu de médicaments dans le lait, est presque toujours plus favorable. En d’autres termes, être prudent signifie continuer d’allaiter au lieu de s’arrêter.” – Jack Newman, breastfeeding and medication

Selon nous, l’utilisation d’huiles essentielles en externe et en dosage cosmétique, c’est pas mal moins intense que des médicaments, non? Et vous avez ci-haut l’avis d’un médecin concernant la recommandation de continuer l’allaitement malgré la présence de médicament, et ce, dans presque tous les cas. Cela pourrait vous aider à faire votre choix!  

Qu’en est-il de l’impact des huiles essentielles sur la production de lait? Est-ce que certaines huiles essentielles peuvent stimuler ou réduire la quantité de lait produite? On trouve peu d’information à ce sujet, malheureusement. L’huile essentielle de menthe poivrée pourrait diminuer la production de lait selon certaines personnes. La sauge officinale a aussi été utilisée pour réduire la production lactée. Toutefois, aucune étude scientifique n’a été faite pour valider cette information.

D’autres plantes pourraient aussi réduire la production de lait, comme le thym, la mélisse ou l’achillée millefeuille, mais encore une fois, les recherches pour appuyer ces informations manquent. Voir ce dossier de KellyMom pour la liste complète (anglais).

Et pour les poupons?

Les petits nez, poumons et foies des bébés sont beaucoup plus sensibles que ceux d’un adulte. Il faut redoubler de prudence. En plus d’être plus fragiles, nos p’tits cocos ne peuvent pas vraiment nous témoigner leur malaise clairement. C’est donc d’autant plus important d’être TRÈS TRÈS prudents. Certains recommandent d’éviter complètement avant trois mois, d’autres l’autorisent, mais avec des dilutions appropriées. Ci-dessous la charte de dilution tirée de Tisserand Institute.

 

ÂgeDilution 
0 à 3 mois0,1% à 0,2%
3 à 24 mois0,25% à 0,5%
2 à 6 ans1% à 2%

On ne vous dit pas que les huiles essentielles sont toutes dangereuses pour les poupons et qu’il faut les fuir comme la peste, mais d’y penser comme il le faut avant d’en ajouter à vos produits. Est-ce qu’il y a vraiment un besoin thérapeutique? Est-ce que la dilution est la bonne? Est-ce que mon huile est de qualité? Est-ce que je peux m’en passer? Ces petites pistes de réflexion pourront sans doute vous aider à faire votre choix. Comme pour les femmes enceintes et allaitantes, on peut toujours se tourner vers les macérations huileuses et les hydrolats.

Voilà. Espérant que cela vous éclaire un peu, les parents! Bonne grossesse!


Références 

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DES AROMATHÉRAPEUTES PROFESSIONNELS (IFPA). Pregnancy guidelines: Guidelines for aromatherapists working with pregnant clients, 2014.

FESTY, Danièle. Quelles huiles essentielles pendant ma grossesse?, 2016.

PLAMONDON, Stéphanie. Aromathérapie efficace et sécuritaire pour femmes enceintes, mamans et bébés, Vitalité Québec, 2017.

TISSERAND, Robert et Rodney YOUNG. Essential Oil Safety, 2014.

TURBIDE, Michel. Aromathérapie pour les enfants et les femmes enceintes : les huiles essentielles comme un outil de soin, 2012.

Passeport Santé

Aliksir

https://verysafehands.co.uk/blogs/guides/everything-you-need-to-know-about-aromatherapy-in-pregnancy-labour?fbclid=IwAR33A56M73OBeqLoOAy3j956dOiZRFivFGeagHx_Q8wEIyvoL2xbulp8W5E

https://naha.org/index.php/explore-aromatherapy/safety/?fbclid=IwAR3XoWoMgL5q-d3PwexJiOtCwzN7srIydn7P9MiYWMQh90RhC8mM05O8dew

https://tisserandinstitute.org/peppermint-and-breastfeeding-results-of-poll/

https://www.drugs.com/breastfeeding/sage.html

https://hunzaroma.com/blogs/huiles-essentielles/huiles-essentielles-et-grossesse

https://www.universtao.fr/2016/04/22/huiles-essentielles-poids-mesures/

Auteur Marie

Je me décris comme : Une maman, amoureuse, féministe, directrice d'un organisme, intense et résolument grano/sorcière. Ma devise : Tout, tu-suite, maintenant. Mon cheval de bataille écolo : Trouver l'équilibre entre mes valeurs écologiques, notre société de consommation et mon bien-être. Mes faiblesses : Le sucre et le sel. Autant j’adore mon panier bio, autant j’ai zéro self-control avec les cochonneries. Rien de bon pour ma santé, ni pour l’environnement. J’essaie fort d’arrêter. Ma recette DIY favorite : Le liniment oléocalcaire. Tellement polyvalent! Je jase de quoi sur le blogue? Un peu de tout. Quand c’est possible, j’aime ajouter une petite twist scientifique!

Tous les billets de Marie

Rejoindre la discussion 4 commentaires

  • Alexandra dit :

    Très éclairant ! Merci ! Est-ce que ces recommandations sont également vraies pour l’usage en diffusion ?

  • Catherine dit :

    Quel serais votre recommandation pour un bébé de 3 mois congestionné? Dans un autre article vous parliez du bois de rose pour les petits troubles ORL Merci beaucoup.

    • Marie dit :

      L’idéal serait de consulter un aromatérapeute. Il est toujours délicat de faire des recommandations comme ça, sans savoir réellement ce qu’il en est, sans connaître l’historique médical. L’huile essentielle de bois de hô (ct. linalol) (Cinnamomum camphora) est maintenant l’huile essentielle qu’on utilise à la place du bois de rose (en voie d’extinction). On peut effectivement l’utiliser chez les bébés, diluée, pour les infections broncho-pulmonaires et ORL. L’huile essentielles de ravintsara (Cinnamomum camphora cineoliferum) est aussi intéressante pour les affections de ce genre.

Répondre