Skip to main content

L’huile de coco est définitivement un incontournable dans la fabrication de cosmétiques maison. Elle fait partie de ces super ingrédients qu’on peut utiliser (presque) partout. En plus d’avoir de multiples usages culinaires, elle peut être employée comme démaquillant, comme masque pour les cheveux ainsi que dans nos recettes de déodorants, beurres corporels, beurres visage, exfoliants, etc.

C’est d’ailleurs l’un des premiers ingrédients qu’on ajoute à notre arsenal lorsqu’on débute dans le monde des cosmétiques maison.

Comme tu as dû le remarquer, on propose deux versions de l’huile de coco dans nos recettes et dans notre boutique :

Il peut être difficile de s’y retrouver, car dans l’offre sur le marché, l’huile de coco se décline en plusieurs produits/variantes : solide, liquide, vierge, extra-vierge, désodorisée, fractionnée, caprylis, beurre… Ouff.

huile de coco

Photo: Jacinthe Morin

On va tenter de démêler tout ça!

Beurre ou huile de coco?

L’huile de coco est extraite de la chair et/ou du lait de la noix de coco. Comme elle contient beaucoup de gras saturés (environ 90 %, dont 50 % d’acide laurique), elle devient solide sous les 25 ºC, ce qui lui donne l’apparence d’un beurre végétal, comme le beurre de karité. Même à l’état solide, on n’a qu’à l’appliquer sur sa peau pour voir qu’elle se liquéfie rapidement.

L’important à retenir : il s’agit bel et bien d’une huile, et non d’un beurre. Il est facile de se tromper et l’appeler « beurre ». Le beurre de coco existe bel et bien, mais est complètement différent : c’est une pâte solide faite à partir de la chair de la noix de coco entière. On peut même en produire soi-même en mettant des morceaux de noix de coco dans le robot culinaire.

huile de coco

Photo: Jacinthe Morin

Le beurre de coco est utilisé en cuisine, mais pas en cosmétique. Un peu comme le beurre d’arachide. On peut très bien imaginer utiliser de l’huile d’arachide dans un soin cosmétique, mais du beurre de « pinottes », pas tellement!

Les multiples usages de l’huile de coco

Plusieurs raisons expliquent que l’huile de coco soit un incontournable dans les cosmétiques maison. D’abord, elle contient de l’acide laurique, un bon antibactérien, ce qui en fait un ingrédient idéal dans les déodorants et les dentifrices. Attention, toutefois : comme elle fond à plus de 25 ºC, on doit parfois laisser certains cosmétiques au frigo en été.

Ensuite, elle est très appréciée pour nourrir la peau et calmer les irritations cutanées. On l’aime également pour protéger, nourrir et donner de l’éclat aux cheveux, surtout frisés ou crépus.

L’huile de coco peut aussi servir de lubrifiant intime! C’est l’un des ingrédients clés de notre recette de lubrifiant DIY, bien qu’on puisse tout à fait l’utiliser pour cet usage à l’état pur (pas l’temps d’niaiser)! L’huile de coco possède par ailleurs un pouvoir antifongique : elle pourrait donc aider à prévenir les mycoses vaginales.

Autre utilisation populaire : la savonnerie artisanale. L’huile de coco produit une belle mousse riche dans les savons créés par saponification à froid. Elle contribue aussi à la fermeté des barres, c’est pourquoi elle est présente dans presque toutes les recettes de savons saponifiés à froid.

La modération a bien meilleur goût

Avant de t’en badigeonner le corps comme s’il n’y avait pas le lendemain, il te faut savoir que l’huile de coco peut assécher la peau (et les muqueuses). On évite donc de l’utiliser en grande quantité sur le long terme. On conseille souvent de ne pas en mettre plus de 20 % dans les recettes de cosmétiques utilisées quotidiennement.

Évite aussi de t’en répandre sur le visage comme du beurre sur une toast : son indice comédogène est de 4 sur une échelle de 5, c’est-à-dire qu’elle a une forte tendance à boucher les pores! On peut s’en servir comme démaquillant pour les yeux, mais autrement, on préfère en ajouter juste une petite quantité dans un beurre pour le visage, ou la réserver aux soins du corps. Bien sûr, il s’agit de conseils généraux. Chaque personne est unique et toutes les peaux réagissent différemment. Si les masques d’huile de coco font le plus grand bien à ta petite face, continue!

Vierge ascendant… coco?

Une huile vierge, c’est quoi? Eh non, il ne s’agit pas d’une huile fabriquée entre le 23 août et le 22 septembre! Lorsqu’on qualifie une huile de « vierge » ou d’« extra-vierge », ça signifie qu’elle a été extraite mécaniquement par pression à froid, sans solvant ni chaleur, et qu’elle n’a pas subi de transformation ou de raffinage. Les huiles de coco vierge et extra-vierge conservent aussi l’odeur et la saveur de la noix de coco! Miam! Sache que notre huile de coco Les Mauvaises Herbes est extra vierge. Elle est parfait pour les fans de coconut!

L’extraction à froid est la meilleure méthode d’extraction pour conserver les propriétés de l’huile de coco. Du côté du marché conventionnel, certaines techniques d’extraction sont peu reluisantes. On utilise souvent l’hexane comme solvant, un dérivé du pétrole connu pour laisser des résidus toxiques dans son sillage. Pour retirer le solvant, l’huile doit ensuite être chauffée à de très hautes températures, ce qui détruit par le fait même plusieurs de ses composantes thérapeutiques. L’extraction par solvant est moins coûteuse et plus productive que l’extraction par pression, ce qui explique le prix plus bas des huiles conventionnelles.

La morale de cette histoire?

On opte toujours pour une huile de coco vierge ou extra-vierge! Y a-t-il une différence entre les deux? Dans le cas de l’huile de coco, c’est la même chose, contrairement à l’huile d’olive, pour laquelle il existe des réglementations qui différencient les deux variétés.

Et l’huile de coco désodorisée?

Pour se débarrasser de l’odeur et de la couleur beige de l’huile de coco, certains producteurs lui font subir plusieurs traitements, entre autres un traitement à la vapeur et une filtration à l’argile – on croirait lire la carte de soins d’un spa! Ce sont des méthodes qu’on peut qualifier de « naturelles » car elles ne comportent pas de solvants « chimiques », mais comme il s’agit d’une forme de raffinage, l’huile perd son titre de « vierge/extra vierge ».

L’huile de coco fractionnée

L’huile de coco fractionnée, aussi appelée caprylis, est une huile de coco qui demeure liquide et translucide à n’importe quelle température. Comment est-ce possible? On lui a retiré son acide laurique (l’acide gras saturé solide) par hydrolyse pour ne garder qu’une fraction de l’huile, d’où son nom.

caprylis

Photo: Jacinthe Morin

Contrairement à l’huile de coco non fractionnée, le caprylis est peu comédogène; il peut donc être utilisé dans le visage sans problème par la majorité des gens. Il s’agit d’une huile dite sèche, c’est-à-dire qu’elle pénètre très facilement la peau sans laisser de fini gras. Elle est très appréciée dans la fabrication de sérums pour le visage et comme support pour faciliter la pénétration d’huiles essentielles.

L’huile de coco fractionnée, comme l’huile de soya, emprisonne les molécules volatiles des huiles essentielles et conserve leur efficacité olfactive plus longtemps. Une propriété particulièrement bienvenue dans la fabrication d’huile anti-moustiques, de parfums et de roll-ons aromathérapeutiques!

Comme elle est très légère et moins « graisseuse », elle convient parfaitement aux recettes de crèmes légères et de sérums pour le visage, ainsi qu’à tous les produits qu’on utilise surtout l’été! Elle tient bien dans les émulsions, elle offre une bonne résistance à l’oxydation et c’est aussi un excellent solvant, ce qui la rend idéale pour les macérations huileuses et comme support pour les huiles essentielles.

En résumé

Huile de coco

  • solide à moins de 25 °C et liquide à plus de 25 °C
  • indice de comédogénicité : 4
  • contient environ 50 % d’acide laurique
  • propriétés antibactériennes et antifongiques
  • recettes : déodorants, dentifrices, beurres visage hivernaux, beurres corporels
  • l’huile extra-vierge sent la noix de coco
  • très riche et huileuse

Huile de coco fractionnée (caprylis)

  • toujours liquide, même au frigo
  • indice de comédogénicité : 1
  • contient de l’acide myristique, de l’acide palmitique, de l’acide caprylique et de l’acide caprique (pas d’acide laurique)
  • émolliente
  • recettes : sérums, crèmes légères, roll-ons aux huiles essentielles, anti-moustiques
  • sans odeur
  • texture fluide et soyeuse, pénètre rapidement la peau

Voilà! Désormais, l’huile de coco n’a plus aucun secret pour toi! Tu peux maintenant savoir quelle variété utiliser dans tes recettes maison sans trop te casser le COCO (eheheh).

Les Trappeuses

Les Trappeuses, c’est le projet d’Audrey Woods, Marie Beaupré et Mariane Gaudreau, un projet entièrement féminin qui vise à inspirer les gens, depuis 2014, à adopter des gestes de consommation responsables et à fabriquer leurs produits cosmétiques et ménagers dans une approche minimaliste et à faible impact sur l’environnement. La demande grandissante pour nos ingrédients, notre livre (plus de 30 000 exemplaires vendus à ce jour!), nos recettes (plus de 100 000 visiteurs uniques sur le blogue chaque mois) et nos produits nous a stimulées à franchir ce nouveau cap entrepreneurial: ouvrir une boutique en ligne en 2018, ainsi qu’un pignon sur rue en 2019!

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.