fbpx

Un miel médicinal pour vous aider à passer à travers l’hiver, ça vous dit?

***

L’hiiiiver! On aime ou on aime pas… Ou on aime quand-il-y-a-de-la-neige-mais-pas-trop-de-slush-et-surtout-qu’il-fait-pas-trop-froid… ni-gris. Dans tous les cas, une chose est sûre : c’est une saison très énergivore pour le corps. Il doit dépenser une bonne dose d’énergie, simplement pour se réchauffer et assurer ses fonctions habituelles correctement. Cela a parfois pour effet de lui laisser moins d’énergie disponible pour ses batailles contre les infections et on connaît toutes et tous la suite de l’histoire…

Congestion, toux, irritation et infections des voies respiratoires. #beaucoupdeplaisir

Heureusement, pour contrer les difficultés hivernales, de très nombreuses options s’offrent à nous. N’étant pas une fan née (mes proches noteront ici l’euphémisme) de la saison froide moi-même, j’ai exploré, à travers le temps, un échantillon plutôt large d’options visant à me faire apprécier davantage cette période de l’année.

Le résultat de mes expériences : plus je suis dehors, plus j’aime l’hiver (vive le ski de fond et la crazy carpet). Bravo Sherlock.

Toutefois, pour moi, deux problèmes de taille demeurent :

  1. J’ai TOUT LE TEMPS froid.
  2. J’ai la nette impression que mon fond de gorge est un aimant à infections.

Crédit: Yan Kaczynski

Ce qui m’amène à vous parler de l’une de mes recettes d’herboristerie préférées of all times (mais surtout en hiver). J’ai nommé : le miel de conifères! TATAAAA! Êtes-vous déjà excité.e.s? Moi oui.

Pssst! Le fire cider est aussi une option intéressante pour stimuler votre système immunitaire tout l’hiver.

Comment ça fonctionne?

En fait, il s’agit tout simplement d’une préparation dans laquelle le miel agit comme solvant, c’est-à-dire qu’il recueillera les propriétés médicinales des plantes, ici les conifères, que l’on y plonge. On pourrait, par ailleurs, utiliser notre créativité et faire des miels à plein d’autres choses. Notre miel de conifères, en plus de goûter vraiment top délicieux, jumelle les propriétés médicinales des conifères et du miel, qui en a déjà plein! On le met dans nos tisanes, on le prend à la cuillère, on le met sur du pain, dans notre salade… où on veut!

Quelles sont les propriétés du miel de conifères?

Le miel (non pasteurisé), en plus d’être très riches en éléments nutritifs (vitamines, minéraux), est un excellent antiseptique qui adoucit à merveille les tissus irrités. On comprend donc son intérêt, en cas d’infections respiratoires, pour calmer les gorges irritées, la toux et aider à chasser les vilaines bactéries.

Les conifères possèdent chacun leurs propriétés respectives, mais la majorité d’entre eux se rejoignent sur le fait d’être d’extraordinaires antiseptiques en plus d’être stimulants sur le système circulatoire. Cette dernière propriété a notamment pour effet de réchauffer le corps! Le plus beau dans tout ça? On y a accès en cueillette sauvage (respectueuse, of course) TOUTE L’ANNÉE!

Et voilà : moins de froid, moins de bactéries. Me voici comblée! Et vous aussi, j’en suis certaine, lorsque vous en ferez l’expérience.

La recette

  • Un pot de verre avec un couvercle étanche.
  • Un mélange de conifères comestibles en quantité suffisante pour remplir, sans trop tasser, le pot de verre. Des mélanges à infuser en tisane sont offerts dans certaines épiceries fines ou magasins d’aliments naturels. Vous pouvez aussi les récolter à l’état sauvage si vous savez le faire de manière respectueuse et sécuritaire (ex. : sapin, pin et épinette) ou prendre quelques branche de votre sapin de Noël bio.
  • Du miel biologique en quantité suffisante pour remplir le pot de verre.

Préparation:

  1. Stériliser le pot de verre en le faisant bouillir une vingtaine de minutes. Vous pouvez nettoyer les bouchons avec de l’alcool à friction.
  2. Remplir, sans tasser, le contenant de votre mélange de conifères.
  3. Verser le miel dans le contenant, sur les conifères, jusqu’au bord.
  4. Piquer le mélange avec un ustensile pour faire sortir toutes les bulles d’air et rajouter du miel au besoin, jusqu’à ce que les plantes soient parfaitement submergées (important pour éviter les risques de moisissures).
  5. Refermer le contenant et le conserver à l’abri de la lumière.
  6. Laisser macérer un minimum de trois semaines en retournant chaque jour, si possible, le pot de côté. Ça équivaut à brasser le contenu du pot, mais à « vitesse miel ». #slowtoute :)
  7. Optionnel :  Si le miel a cristallisé, ce qui est probable, plonger le pot dans un chaudron d’eau chaude quelques minutes. Le miel redeviendra liquide.

Pour déguster

Option A

  • Retournez le pot de miel ouvert, dans un tamis ou un coton fromage installé sur un contenant et laissez le miel se filtrer.

Option B

  • Ma façon préférée de le consommer? Prendre des cuillères de miel non filtré et les plonger dans une tasse de tisane dans laquelle j’avais installé un filtre à thé. Easy breazy.

Variantes

  • Vous pouvez aussi expérimenter et ajouter toutes sortes d’autres plantes dans votre miel : thym, origan, menthe… alouette! La boutique en ligne des Trappeuses est pleines de belles plantes biologiques parfaites pour en faire des miels médicinaux.

Voilà, aussi simple que ça. Vous m’en donnerez des nouvelles!

Psst! Et pour celles qui n’ont pas envie de passer par tout le processus, vous pouvez essayer ma version, qui est un miel aux conifères et à la lavande.

Crédit: Clotilde du balai

Alexandra

Auteur Alexandra

Je me décrit comme: Herboriste un peu sorcière, féministe, jumelle, intello-enfant-sauvage... toutes ces choses là mélangées. :) Ma devise: On va y arriver, on fini toujours par y arriver (avec la voix de mon papa dans ma tête). #jsuiscapablepitoiaussi Mon cheval de bataille écolo: La réappropriation des connaissances et des savoir-faire en santé, à l'aide de la nature, notamment des plantes médicinales (autant que possible!) Mes faiblesses: Je n'ai aucune notion du temps, je tombe dans la lune au milieu de mes phrases, j'ai toujours beaucoup trop de projets en même temps, aussi je parle de ma soeur ou de mes parents aux 20 mots... Je penses que mes ami.e.s sont un peu plus capables :) Ma recette DIY favorite: Mon petit onguent pour les blessures sur les tissus profond de la peau à base de consoude et de piment de cayenne. #mesarticulationsont90ans Je jase de quoi sur le blogue? D'herboristerie ou de questions de santé en général... principalement! ;) [Alexandra est herboriste et propriétaire de Clotilde du balai : https://clotildedubalai.com/]

Tous les billets de Alexandra

Rejoindre la discussion 8 commentaires

  • Ariane dit :

    Lorsque vous dites «  si vous savez le faire de manière respectueuse et sécuritaire », que voulez-vous dire ? Comment doit-on procéder ?

    • Alexandra dit :

      Bonjour Ariane,

      Ça signifie simplement que pour cueillir en milieu sauvage il faut être bien certaine de savoir identifier correctement ce que l’on cueille et que ce soit sécuritaire à manger, et s’assurer que l’on ne blesse pas inutilement les plantes ou les arbres, ou que l’on ne compromet pas leur reproduction. :)

  • Louise Simard dit :

    Je vous félicite pour votre site, class, joyeux, inspirant et tres instructif, quoi de mieux, je me fais une joie de partager avec mes amis (es)

  • Marie-Eve Levesque dit :

    Bonjour, plusieurs petites questions pour moi. Un contenant de quelle quantité est préférable? Doit-on mettre le conifère avec la branche? Si on laisse les conifères dans le miel pour faire l’option B, le risque de moisissure est possible? Merci pour les belles découvertes.

  • claudie michaud dit :

    Bonjour ! J’aimerais savoir si on peut mettre la plante fraîche dans le miel ou si elle doit être déshydrater avant la macération ? Merci ✨

  • Marie-Hélène dit :

    Bonjour, j’ai fait 3 beaux pots de miel de sapin, ils sont dans mon armoire depuis 3 semaines. J’ai lu par contre quelque chose qui m’inquiète et c’est en lien avec les risques de botulisme! Il semble que toutes les conditions soient réunies pour cette recette! Avez-vous plus d’information qui pourraient me rassurer!? Merci beaucoup!

    • Marie dit :

      Bonjour Marie-Hélène,

      Le miel peut effectivement contenir naturellement des spores de Clostridium botulinum. Les spores de la bactérie Clostridium botulinum sont très fréquentes dans notre environnement, dans la poussière, sur presque toutes les matières végétales (racines, fleurs, feuilles). Les spores ne sont pas problématiques, c’est lorsque les conditions optimales sont rassemblées et que cette bactérie sécrète des toxines que c’est problématique, puisque cela peut causer le botulisme. Toutefois, le miel n’est pas du tout un environnement favorable au développement de la toxine. La présence des spores dans le miel est simplement naturelle, puisque le miel un produit dérivé directement des plantes. Le risque avec le miel, c’est pour les enfants de moins d’un an. Le botulisme infantile se produit lorsque le nourrisson ingère des spores de la bactérie Clostridum botulinum. Chez la plupart des adultes et les enfants de plus d’un an, les défenses naturelles de l’organisme qui se développent avec le temps empêchent la germination et la croissance de ces spores. Toutefois, comme les nourrissons ne possèdent pas encore ces défenses naturelles, les spores se multiplient dans leurs intestins, produisant la bactérie qui libère la toxine. Le miel et le sirop de maïs sont les sources alimentaires du botulisme infantile. Il est donc fortement recommandé de ne pas donner de miel (avec ou sans conifère) à des enfants de moins d’un an.

      Espérant que cela réponde à votre question!

Répondre

X