12294792_895509243863594_5126847409489889810_nCette semaine, nous avons le plaisir de recevoir une troisième collaboratrice invitée sur le blogue. Il s’agit cette fois d’Isabelle, esthéticienne et propriétaire de l’Institut Goarin à Québec. Bretonne d’origine, mais québécoise de cœur, Isabelle offre à sa clientèle un service différent de celui des salons d’esthétique conventionnels, soit des soins basés sur les principes de la slow cosmétique, dans le respect de l’environnement. Elle n’utilise que des produits naturels de première qualité! Wow, on aime ça!

Vous êtes plusieurs à nous écrire et à nous demander conseil pour les soins de votre visage. Malheureusement, nous n’avons pas toujours les connaissances nécessaires pour vous orienter dans la bonne direction en ce qui concerne les produits et les traitements. Nous avons donc décidé de contacter une professionnelle «granoécochic» afin qu’elle démystifie pour nous la peau, cet organe qu’on a souvent de la difficulté à comprendre! La vôtre vous fait-elle des misères? Est-elle grasse, déshydratée ou les deux à la fois? Oui? Alors cet article est pour vous!

***

«Être bien dans sa peau», «avoir quelqu’un dans la peau» : toutes ces expressions, vous les connaissez. Mais votre peau, l’organe de votre corps ayant la plus grande surface, la connaissez-vous vraiment?

Au fil des années passées à recevoir des clientes en soins, j’en suis venue à dresser un portrait assez juste de ce que vous pensez généralement savoir de votre peau. Je peux vous résumer la situation en une phrase : vous êtes peu objectives, et ce, souvent au détriment de votre épiderme! OK, me dites-vous, et je fais quoi avec ce constat? Eh bien, laissez-moi vous expliquer les besoins réels de votre peau, lesquels, malgré les apparences, ne sont pas si compliqués. Cela vous sera plus que nécessaire lorsque viendra le temps de choisir vos produits cosmétiques, que vous les fabriquiez vous-même ou non.

*Note : Ce texte est au féminin, mais vous pouvez en faire la même lecture si vous le mettez au masculin. Ici, je traite de la peau du visage, mais vous pouvez aussi en déduire beaucoup d’info pour celle du corps au complet.

Il était une fois… la peau

Toxic_beautyproducts

Source : The Story of Cosmetics.

Il était une fois une industrie des cosmétiques qui, par souci de faire plus de profit, trouva l’idée géniale d’introduire dans ses produits des composants issus de la pétrochimie, moins coûteux et plus stables : ô miracle! C’était il y a plus d’un siècle. Et depuis plus de 60 ans, à force de publicités (trop souvent mensongères) et de formations auprès des esthéticiennes (et ne vous laissez pas leurrer, auprès des dermatologues aussi), vous voici complètement démunie quand vient le temps de faire l’état des lieux de votre peau. Tout d’abord, la peau est comme le reste de votre corps, elle est le reflet de votre génétique et de votre santé. Bien manger, boire de l’eau et pas trop d’alcool, faire de l’exercice, bien dormir sont essentiels à son équilibre. Ses principaux agresseurs sont :

  • le stress
  • le tabac
  • les brûlures causées par le soleil, l’eau trop chaude/trop froide ou chlorée
  • l’air sec ou pollué, etc.

Les fameux radicaux libres sont présents PARTOUT. Donc, si vous êtes en déficit de ces éléments essentiels ou si vous abusez côté agresseurs, je vous conseille de commencer par corriger ça avant de regarder vos cosmétiques de travers.

Votre peau est composée de trois couches : l’hypoderme, le derme et l’épiderme (pour une fiche d’information complète, Wikipédia sera votre ami). En ce qui concerne les soins que vous apportez à votre peau, c’est la couche supérieure de l’épiderme qui est la plus à surveiller.

image

Source : http://acces.ens-lyon.fr/

Celle-ci est composée de la couche cornée, qui baigne dans son «ciment intercellulaire» (permet la cohésion), le N.M.F (Normal Moisturising Factor, substances qui maintiennent l’hydratation) ainsi que le film hydrolipidique de surface (FHLS). Cette couche superficielle doit rester en équilibre. Les peaux mortes (cornéocytes), l’eau (sueur), l’huile (sébum) et les bactéries sont un tout indissociable. Ils forment ensemble une émulsion, une sorte de crème naturelle sur votre peau!

Après la puberté, la peau (ses trois couches) subit les affres du temps. Entre autres, elle s’affaisse, elle se renouvelle moins bien et moins vite, se protège moins du soleil, sécrète moins de sébum et perd donc plus facilement son eau. Aïe qu’on n’a pas hâte de vieillir, vu comme ça… Les soins cosmétiques ne ralentissent pas ce processus (ou si peu), ils l’accompagnent plutôt en tentant de combler les déficits. Votre mode de vie, votre génétique et l’environnement sont des facteurs beaucoup plus importants.

Cerner les besoins de votre peau

Alors, de quoi votre peau a-t-elle besoin pour ce qui est des soins «extérieurs»? On peut le dire en trois mots : HYDRATATION, HYDRATATION et HYDRATATION.

Quand on dit hydrater la peau en cosmétique, il s’agit en fait de la GARDER hydratée en maintenant la quantité d’eau dans laquelle baignent les cellules et qui les constitue. Goarin5Il faut donc la NETTOYER (la démaquiller, la débarrasser des polluants et poussières), oui, mais sans la décaper. Et il faut la PROTÉGER, donc la maintenir hydratée, et au besoin fournir un écran supplémentaire (anti-UV, anti-froid/vent).Goarin7

Goarin6Il faut comprendre d’une part que le type de peau est d’abord défini par la génétique et évolue avec le temps, entre autres à cause des hormones) : on ne peut pas le changer. D’autre part, il y a les conditions de la peau, qui découlent en partie du type de peau, mais aussi des facteurs extérieurs. Lorsqu’on parle de sensibilité, rougeurs, «boutons», peau qui tire, rides, taches pigmentaires, etc., on fait référence à la condition de la peau. Ce sont les conditions de la peau sur lesquelles on agit en cosmétique.

Étape 1

Tout d’abord, asseyez-vous devant un miroir avec un bon éclairage. Votre peau doit être sans maquillage, mais pas fraîchement lavée (au moins une heure après). Prenez une bonne inspiration… et maintenant oubliez tout ce que vous pensez savoir sur votre peau : regardez-la comme si vous aviez une inconnue devant vous. Appliquez-y un mouchoir en papier et observez les «cernes de gras» qu’elle laisse. Touchez-la, pincez-la (ouch, délicatement!), souriez, faites des grimaces.

Étape 2

Maintenant, cherchons de quel type est votre peau : grasse, sèche, mixte, mixte tendance quelque chose?

Argh! Stop!

Votre peau sécrète plus ou moins de gras, point.

Généralement, la zone médiane ou zone T (nez, front, menton) est plus grasse (ou «normale»).

Les faits

  • La très grande majorité des personnes ont une peau mixte.
  • Les peaux très grasses sont souvent l’apanage des plus jeunes (25 ans et moins). Et non, très ne veut pas dire trop (dans ce cas, la zone grasse déborde du «T»).
  • Les peaux grasses peuvent être exemptes de problèmes (séborrhée fluide) ou à risque (séborrhée retenue).
  • Les peaux réellement sèches (alipiques), sans aucune sécrétion de sébum, et donc sans huile, sont rares et exclusives aux personnes (très) âgées ou atteintes d’une maladie.
  • La peau de votre visage a une épaisseur et un pH différents de celle du reste du corps. Les conseils pour la peau du visage s’appliquent facilement au corps, mais l’inverse est moins vrai.

Observez vos pores de peau (ces espèces de trous plus petits qu’une tête d’épingle). S’ils sont vraiment visibles, pas besoin d’une loupe pour les voir (ni d’un miroir grossissant). Plus la zone où ils sont très apparents est grande, plus votre peau est grasse (ex. : déborde jusque sur les joues). Joie! Cela vous protège de la déshydratation excessive. C’est votre protection numéro un!

Attention, je vous connais, vous les voyez plus gros qu’ils ne le sont! Vous vous maquillez? Plus votre maquillage tient tout au long de la journée, sans retouche, moins vous avez la peau grasse. S’il «coule» avant l’heure du dîner, bingo, vous avez une peau qui travaille fort sur la sécrétion du sébum.Coupons la tête à un mythe : le pore de peau ne peut pas être réellement «resserré», il n’est pas élastique.

L’été, la peau s’épaissit un peu et le sébum est plus fluide. Elle ne change pas pour autant de type (mais plutôt de condition!). Votre type de peau, en revanche, varie avec l’âge : vous aurez une peau qui sera de moins en moins grasse. Donc, une peau peu grasse à 30 ans sera plus sèche à 60 ans. CQFD.

Vous êtes toujours devant votre miroir? Vous connaissez votre type de peau désormais, elle est plus ou moins grasse. POINT. C’est tout simple. Trop simple, me direz-vous. Eh bien non, c’est vrai.

Étape 3

Maintenant, attardons-nous aux différentes conditions de la peau. Elles sont toutes possibles, peu importe votre type de peau.

La première chose à regarder est l’état d’HYDRATATION de la peau. Celle-ci a-t-elle un aspect velouté, doux, rebondi quand vous la touchez? C’est le plus important et de loin. Une bonne hydratation doit être votre priorité absolue, en tout temps, à tout âge, peu importe les autres «problèmes»!

L’hydratation est le reflet de la santé de votre corps (alimentation, activités) et des facteurs extérieurs (climatiques, environnementaux). Si votre peau est terne, type papier de soie, peu confortable, pensez en premier à l’hydrater.airplane-film-landing-plane-sweating-1404124197oSi votre peau n’est pas assez grasse, son FHLS est déséquilibré, le sébum ne joue pas son rôle de barrière et elle perd trop facilement son eau. En corrigeant l’hydratation de votre peau, vous agirez souvent sur d’autres conditions qui en découlent (rougeurs, ridules et mêmes les fameux «boutons»!). Dormez-vous assez, l’air ambiant est-il sain, fait-il très chaud, buvez-vous assez? Quand vous nettoyez votre peau, est-elle confortable après?

Se laver la peau deux voire trois fois par jour n’est certainement pas un service à lui rendre. Les peaux, même très grasses, se trouvent parfois déshydratées à force de vouloir contrôler le sébum (cosmétiques trop astringents ou mal utilisés). Pour hydrater votre peau, un hydrolat, une lotion ou un gel ne suffisent pas, car l’eau qu’ils contiennent ne reste pas. Il faut en plus appliquer une barrière de «gras» : une huile ou un beurre végétal.Goarin8Les autres conditions à surveiller ensuite sont les rougeurs, puis les boutons. Elles ont besoin d’être abordées avec précaution. Elles sont un sujet d’article à part entière. Mais si vous avez bien corrigé la situation de l’hydratation, vous aurez peut-être réglé ces problèmes en même temps!

Malheureusement, les conditions qui sont souvent traitées en premier sont plus esthétiques que problématiques : les comédons (points noirs), les taches pigmentaires et les rides. Or, si on s’occupe des autres au préalable, ces dernières seront souvent moins apparentes!

À savoir

Rosacée et acné sont des maladies de peau et elles doivent être diagnostiquées par un(e) dermatologue ou votre médecin. Le constat est le même pour l’eczéma, le psoriasis et autres bibittes en «ites» ou «oses».

De plus, assurez-vous que ce que vous prenez pour une tache pigmentaire en soit bien une! Il existe une multitude de maladies bénignes de la peau à faire vérifier par un(e) spécialiste avant de chercher à les «traiter».

Choisir les bons produits?

Vous avez donc fait le bilan sur votre peau. Il ne vous reste maintenant qu’à choisir les bons produits! N’oubliez pas que la simplicité est votre meilleure alliée. Les huiles végétales, pour la très grande majorité, conviennent à toutes les peaux. Il est d’ailleurs plus facile de nommer celles dont il vaut mieux éviter l’usage au quotidien, dans certains cas (bien qu’elles puissent tout de même être utilisées ponctuellement), ou de nommer les meilleures pour traiter certaines conditions. En général, c’est surtout une question de disponibilité, de coût et de goût (odeur et texture sur la peau). Les hydrolats sont encore plus polyvalents. Les huiles essentielles, quant à elles, sont l’arme secrète qu’il n’est pas toujours nécessaire de dégainer, considérant qu’une peau ne présentant aucun problème majeur n’en a souvent pas besoin! Bien entendu, on veut toutes avoir une peau «normale»! Dans un prochain article, je vous expliquerai à quel point cet objectif est accessible à toutes lorsqu’on fait les bons choix.

Lâchez votre miroir, il vous ment s’il vous dit que vous n’êtes pas la plus belle! ;-)

Isabelle

________________________

Crédits photo : Institut Goarin

Références :

Auteur Collaboratrice invitée

Tous les billets de Collaboratrice invitée

Rejoindre la discussion 11 commentaires

  • Valérie dit :

    Wow, merci beaucoup, super intéressant ton article!! ????

  • Genevieve Ouellet dit :

    Donc pour bien hydrater la peau on doit appliquer un hydrolat puis une huile végétale? est-ce la même chose qu’un sérum tel qu’indiqué sur la photo de l’étape 3? Et pour l’hydrolat, ils sont pas mal tous équivalents? Merci :)

    • isabelle dit :

      Bonjour,
      Un sérum est un mélange d’huiles végétales souvent additionnées d’huiles essentielles. Attention, certains produits contiennent de l’eau dans leur sérum (hydrolat et/ou aloe vera), dans ce cas ils devraient s’appeler crème et l’étape 2 devient alors beaucoup moins utile (voir inutile).
      Les hydrolats ont tous une action différente. Mais, comme ils ont une action très douce, ils sont facilement interchangeables. Je vous encourage vivement à alterner les hydrolats ou les mélanger (l’odeur résultant de cette synergie peut être passablement désagréable ou son contraire ;-)!)
      Bon soin.

  • Valérie T. dit :

    Des conseils pour des produits naturel pour les poussées de démangeaisons pour l’eczéma? J’en souffre depuis des années, surtout sur les jambes et les hanches. J’ai éliminé la majorité des irritants et j’utilise exclusivement des produits naturels et/ou bio maintenant (lessive, shampoing, savon, produits d’entretien DIY etc.) mais lors de poussées d’eczéma j’ai pas mal de misère à me passer de ma crème anti-démangeaisons (Avène).. j’aimerais trouver un remplacement plus naturel.. des idées? Merci! :)

    • Bonjour. C’est toujours difficile de conseiller pour une « maladie » de peau (l’eczéma nécessite un diagnostique médical). Chaque cas est particulier. Vous semblez avoir évité bon nombre d’irritants. Pensez aussi: s’assurer d’un bon taux d’humidité chez soi/au travail, éviter les chocs thermiques sur la peau (eau trop chaude), éviter les bain prolongés (sinon y ajouter de l’huile ou autre produits adoucissants), ne pas savonner votre peau tous les jours (seulement les zones intimes), etc. Attention à certaines huiles essentielles qui sont réputées apaisantes additionnées au baume/aux huiles mais qui peuvent s’avérer être à effet inverse (ex: H.E de lavande, sans doute à cause de ses propriétés aussi régénérantes). Pour les poussées effectivement c’est dur de trouver quelque chose de naturel qui stop l’envie de se gratter. Depuis quelques mois j’expérimente, avec succès, cette petite astuce: mettre de l’aloe vera (gel d’aloes), dès que ça picote/démange, en quantité suffisante pour avoir du confort (stopper l’envie de gratter et sentir la zone hydratée) puis j’applique une fine couche de beurre de karité (bien masser). Entre les crises, il faut garder sa peau hydratée à son maximum (donc si on la lave, on la crème toujours après). Bonne chance!

      • Valérie T. dit :

        Merci! J’ai été diagnostiquée par un dermatologue en 2001 pour l’eczéma. J’ai utilisé des crèmes à l’hydrocortisone pendant des années pour arrêter après avoir découvert les produits Avène ( et avoir gaspillé un tas de fric dans tout ce qui s’appelle crème « machin » à la pharmacie!). Pour l’Aloes Vera je vais essayer ça! J’utilise déjà le beurre de karité et un liniment avec coco et karité que j’achète des Produits de Maya, qui fonctionne vraiment bien pour hydrater et pour aider à cicatriser les plaies. C’est pratique aussi pour éviter que les tissus collent sur les plaies, comme les bas sur le dessus des pieds..(ouch!!)
        Sur une autre note, est-ce que vous faites des consultations à Montréal parfois, ou connaissez-vous une esthéticienne spécialisée en esthétique « grano-éco-chic » (slow cosmétique) à Montréal? ;)
        Merci :)

        • Bonjour,
          Je demeure et travaille seulement à Québec.
          Effectivement, les produits de Maya sont excellents (je vous suggère d’essayer leur protection solaire).
          Pour une référence y a Caroline à Sherbrooke http://www.esthetiquequintessence.ca/
          Si vous trouvez quelqu’un à Montréal je prendrai la référence. Désolée de ne pouvoir faire mieux. Cordialement.

          • Valérie T. dit :

            Merci c’est grandement apprécié :)
            Si un jour je vais à Québec, je ne manquerai pas de prendre un rendez-vous!

  • Annick dit :

    Bonjour,

    Est-ce que le démaquillage à l’huile est suffisant comme nettoyage du visage ou il risque d’y laisser des résidus sur la peau?

    Merci ! :)

Répondre